Chrestien de Troyes

Le chevalier au lion


À la cour, récit de Calogrenant Artus, li boins rois de Bretaingne, La qui proeche nos ensaingne Que nos soions preu et courtois, Tint cort si riche conme rois A cele feste qui tant couste, C'on doit clamer le Pentecoust. La cors fu a Cardoil en Gales; Aprés mangier, parmi ces sales, Li chevalier s'atropelerent U les dames les apielerent U damoiseles u puceles. Li un racontoient nouvieles, Li autre parloient d'Amors, Des angoisses et des dolors Et des grans biens que ont souvent Li desinple de lor couvent, Qui mout estoit rices et boins; Mais or i a poi des suns, Car pres l'ont ja trestuit laisie, S'en est Amors mout abaissie; Car cil qui soloient amer Se faisoient courtois clamer, Larges et preu et honerable; Or est Amors tornee a flabe Por ce que cil qui mal n'en sentent Dïent qu'il ainment, mais il mentent, Et cil fable et mencoinne en font Qui se vantent et droit n'i ont. Mais or parlons de ceus qui furent, Laisons ceus qui en vie durent, Qu'encor vaut mius, ce m'est avis, Uns cortois mors q'uns vilains vis. Por ce me plaist a raconter Chose qui fait a escouter Del roi qui fu de tel tesmoing On en parloit et pres et loig; Que tosjors mais dura ses nons Si m'acort de tant as Bretons, Que par lui sont amenteü Li bon chevalier esleü, Et en bonté se travillierent. Mes cel jor mout s'esmervillierent Del roi, qui d'entr'eus se leva; Si ot de teus qui mout pesa Et qui mout grant parole en firent, Que mes avenir ne le virent A si grant feste en chanbre entrer Por dormir ne por reposer; Mes ensi adonc l'en avint Que la roïne le retint, Si s'oublia tant dalés li, Tant demoura qu'il s'endormi. A l'uis de la cambre defors Fu Didones et Sagramors Et Kes et mesire Gauvains, Avuec eus fu mesire Yvains Et si i fu Galosgrenans, Uns chevaliers preus et vaillains, Qui lor ot conmenchié .i. conte, Non de s'onnor, mes de son honte. Quequ'il sa bonte contoit Et la roïne l'escoutoit, Si s'est dalés le roi levee Et vint entr'eus si a enblee Que ains que nus le peüst veir, Se fu laissie entr'eus chaïr, Fors que Galosgrenans san plus Encontre lui est saillis sus. Kes, qui estoit mout ranproneus, Fel, enprenans et asiceus, Li dist: " Par Diu, Galogrenans, Mout estes or preus et vaillans, Certes il m'es mout bel que vos Estes li plus courtois de nos; Et bien sai que vos le cuidiés, Tant estes vos de sens voidiés. S'est drois que ma dame le cuit Que vos aiés plus que nos tuit De courtoisie et de proeche: Ja le laissiens nos par perece, Espoir, que nos ne nos levames; Espoir que nos ne daigames. Mes par fei, sire, non feïsmes, Mais por ce que nos ne veïsmes Ma dame, ains fustes vos levés. - Certes, Kes, ja fuisiés crevés, Fait la roïne, au mien cuidier, Se ne vos peüssiés vuidier Del venin dont vos estes plains. Enuieus estes et vilains De ranproner vos conpaignons. - Dame, se nos n'i gaingnons, Fet Kes, en vostre conpaignie, Gardés que nos n'i perdons mie. Je ne cuit avoir clase dite Qui me doie estre a mal escrite Et, s'il vos plet, tasiés vos ent, Car n'est cortoisie ne sens De plet d'uiseuse maintenir; Cis plais ne doit avant venir Ne l'en nel doit avant monter. Mais faites nos avant conter Ce qu'il avoit ja conmenchié, Car ci noie estre tenchié. " A cele parole s'apont Galogrenans, et si respont: " Sire, fait il de la tencon N'aie mie grant cuisencon; Petit m'en est, et poi la pris. Se vos avés vers moi mespris, Ja n'i avrés mal ne damage: A plus vaillant et a plus sage, Mesire Kes, que je ne sui, Avés vos dit honte et anui, Car bien en estes costumiers. Tosjors doit puïr li femiers, Et thahons poindre, et malos ruire, Si doivent anuier et nuire. Mes je n'en conterai huimés, Se ma dame me laist en pes, Et je li pri qu'ele s'en taisse, Que la chose qui me desplaisse Ne me conmant, soie merchi. - Dame, trestuit cil qui sunt ci, Dame, fet Kes, bon gré vos savront Et volentiers l'escouteront; Si n'en faites ja rien por moi, Mais, foi que devés a no roi, Le vostre signor et le mien, Conmandés li, si ferés bien. - Galogrenans, fait la roïne, Ne vos caille de l'aatine Monsingnor Ké le senescal; Costumiers est de dire mal, Si c'on ne l'en puet castoier. Conmander vos vul et proier Que ja n'en aiés au cuer ire Ne por ce ne laissiés a dire Chose qui me plaise a oïr, Se de m'amor volés joïr, Si conmenciés tot de recief. - Dame, fait il, ce m'est mout grief Que vos me conmandés a faire; Ains me laisse .i. des dens traire Que nule rien huimais contaisse, Se courecier ne vos cuidaisse; Mes je ferai ce qu'il vos siet, Coment que il onques me griet, Des qu'il vos plest; or escoutés! Cuer et orelles i metés, Car parole est tote perdue S'ele n'est de cur entendue. De ceus i a que ce qu'il oent N'entendent pas, et si le loent; Et cil ne quier mes que l'oie, Des que li cuers n'i entent mie; Qu'as orelles vient la parole, Ausi conme li vens qui vole, Mais n'i areste ne demoure, Ains s'en part en mout petit d'oure Se li cuers n'est si esvilliés Qu'al prendre soit aparilliés, Que il l'en puisse souvenir, Prendre et enclore et retenir. Les orelles sunt huis et dois Par coi vient au cuer la vois; Et li cuers prent dedens le ventre La vois qui par l'oreille i etre. Car qui or me vaudra entendre, Cuer et orelle me doit rendre, Car je ne vul parler de songe, Ne de fable ne de mencoinne, Dont maint honme vos ont servi, Ains vos dirai ce que je vi. Il avint passé a .v. ans Que je fui conme païssans, Aloie querant aventures, Armés de totes armeüres Si conme chevaliers doit estre; Si truis en .i. cemin a destre, Parmi une forest espesse. Mout i ot voie felenesse, D'espines et de ronsces plainne; A grant anui et a grant painne, Tieg cele voie et cel sentier; Des que pres tot le jor entier Mout alai cevaucant ensi Tant que de la forest issi, Et ce fu en Broceliande. De la forest, en .i. lande Trovai et vi .i. bretesce A demie liue galesce; Se tant i ot, plus n'i ot pas. Ileuc m'en vieg plus que le pas, Et vi le baille et le fosé Tot environ parfont et lé, Et sor le pont en piés estoit Cil cui la forterece estoit, Sor son puig .i. mué ostor. Ne l'oc mie bien salué Que il me vint a l'estrier prendre, Si me conmanda a descendre. Je descendi, il n'i ot el, Car mestier avoie d'ostel; Et il me dist tot maintenant, Plus de .c. fois en .i. tenant, Que beneite fust la voie Par u laiens venus estoie. Atant el chastiel en entrames, Le pont et le porte passames. Enmi la cort al vavasor, Cui Dius doinst joie et grant honnor Tant con il fist moi cele nuit, Pendoit .i. table, je cuic, U il n'avoit ne fer ne fust Ne rien qui de ceuvre ne fust. Sor cele table, d'un martiel Qui dalés ert a .i. postiel Feri li vavasors .iii. cols. Cil qui laiens erent enclos Oïrent le noise et le son, Cil qui erent en la maison, Et vinrent de la tor ava. Li un corent a mon ceval, Que li bons vavasors tenoit; Et puis vi que a moi venoit Une pucele biele et gente. En li esgarder mis m'entente; Ele fu graile et longe et droite. De moi desarmer mout s'esploite Et si le fist et bien et biel; Puis m'afubla .i. cort mantiel Var d'eskerlate paonnace; Et tuit nos guerpissent la place, Que avuec moi ne avuec li Ne remest nus; ce m'enbieli, Car plus n'i queroie veoir. Et ele me mena seoir El plus biel praelet del monde, Clos de fort mur a la reonde. La le trovai si afaitie, Si parlant et bien ensignie, De cel sanblant et de cel estre Que mout m'i delitoit a estre, Ne jamais por nul estavoir Ne m'en quesisse je mouvoir; Mais tant me fist, la nuit, de guerre Li vavasors qu'il me vint querre Quant de souper fu tans et eure; Ne poc plus faire de demeure, Lor fis tot son conmandement. Del souper vos dirai briement Que il fu tot a ma devise, Desque devant moi fu assise La pucele, qui s'i asist. Aprés mangier itant me dist Li vavasors qu'il ne savoit Le termine que il avoit Chevalier herbergié errant Qui aventure aloit querant; Si en avoit maint herbergié. Et aprés me proia que je Par son ostel me revenisse En gueredon se je peüsse, Et je li dis: " Volentiers, sire. " Hontes me fu de l'escondire; Petit por mon hoste fesise Se cest don li escondesisse. Mout fui la nuit bien ostelés. Et mes cevaus fu ensielés Lués que je poic le jor veoir, Car mout en oc prié le soir, Si fu oïe ma priere. Mon bon oste et sa fille chire, A Saint Espir le conmandai; Et a cascuns congié pris ai, Si m'en alai lués que je poi. Mon oste gaire eslongié n'oi Que je trouvai en .i. essart Ors sauvages, lions, lupars Qui se conbatoient, je cuic, Car mout demenoient grant brut Et tel fiierté et tel orguel, Se le voir conter vos en vul, Que de paor me trais arieres, Car dures ces bestes fieres† Ne plus orguillouse que tor. Uns vilains, qui resanble Mors, Grans et hideus a desmesure, Et si tres laide creature Qu'en ne poroit dire de bouche, Se seoit la sour .i. coche, Une grant machue en sa main. Je m'aprocai vers le vilain, Si vi qu'il ot grosse la teste Plus que roncis ne autre bieste, Cevex meslés et front pelé, Si avoit .ii. espans de lé, Orelles velues et grans Ausi lees conme .ii. vans, Les sorcis grans et le vis plat, Iex de cuete et nes de cat, Boche fendue conme lous, Dens de sangler agus et rous, Barbe noire, grenons tortis, Et le menton aers au pis, Longe eskine torte et bocue. Apoiés ert sor sa machue. Vestus fu d'une robe estrange: Il n'i avoit ne lin ne lange, Ains ot a son col atacié Dex cuirs, de noviel escorcié, De dex toriaus u de .ii. bués. En piés sailli li vilains lués Qu'il me vit de lui aprocier. Ne sai si me voloit tocier, Ne sai que il voloit enprendre, Mais je me garni de desfendre Tant que je vi que il s'estut, En piés tos cois, si ne se mut. Quant fu montés desus le tronc, S'ot bien .xvii. piés de lonc, Si m'esgarda et mot ne dist, Nient plus q'une cuire fesist; Lors cuidai ge qu'en lui n'eüst Raison ne parler ne peüst. Totesvoies tant m'enhardi Que je li dis: " Va, cor me di Se tu es bone chose u non! " Et il me dist: " Je sui .i. hom. - Ques hon es tu? - Teus que tu vois; Je ne sui autres nule fois. - Que faite ci? - Je m'i estois, Si garc les bietes de cest bois. - Gardes? Por saint Piere de Ronme Je ne connoissent eles honme; Je ne cuic qu'en plain n'en boscage Puist on garder bieste sauvage, N'en autre liu, por nule chose, S'ele n'est loïe u enclose. - Je les garc; si je vos plevis Que ja n'istront de cest porpris. - Et tu, conment? Di m'ent le voir. - N'i a nule qui s'ost mouvoir Des que eles me voient venir; Car quant j'en puis .i. tenir, As puins que j'ai et grans et fors, Si le destraing parmi le cors Que les autres environ tranblent, Totes environ moi s'asanblent Ausi conm por merchi crier; Et nus ne s'i poroit fier, Fors moi, s'entr'eles s'estoit mis, Que maintenant ne fust ocis. Ensi sui je des biestes sire, Et tu me redois or bien dire Ques hon tu es et que tu quiirs. - Je sui, ce vois, uns chevaliers Qui quier ce que trouver ne puis; Assés ai quis, et rien ne truis. - Et que vaudroies tu trover? - Aventures, por esprover Ma proeche et mon hardement. Or te requier, pri et demanc, Se tu ses, que tu me conselles U d'aventure u de mervelles. - A ce, fait il, fauras tu bien: D'aventure ne sai je rien, N'onques mais n'en oï parler. Mais se tu voloies aler Ci pres dusqu'a .i. fontainne, Ne reverrois sans grant painne, Se tu li rendoies son droit. Ci pres trouveras orendroit .i. sentier qui la te menra. Tote la droite voie va, Se bien vius tes pas enbloier, Car tost poroies forvoier, Qu'il i a autres voies mout. La fontainne verras qui bout, Si est ele froide que marbres. Unbre li faisoit .i. biaus arbres C'unques peüst faire nature. Tot adiés sa foille li dure, Qu'il ne la per por nul iver. Et .i. baciens i pent de fer A .i. si longe fonta caine Qui dure dusqu'a la fontainne. A la fontainne troveras .i. bachin, tel con tu verras; Je ne te sai a dire quel, Car je ne vi onques nul tel; Et d'autre part .i. capiele, Petite, mais ele est mout biele. S'au bacins vius de l'aue prendre Et desus le peron espandre, Lors verras .i. tel tenpeste Qu'en cest bois ne remanra beste, Cievrex ne dains ne cers ne pors, Nes li oisiel s'en itront fors; Car tu verras si foudroier, Venter, et arbres pecoier, Plouvoir, tonner et espartir Que, se tu t'en pués departir Sans grant anui et sans pesance, Tu seras de grinnor poissance Que chevaliers qui i fust onques. " Del vilain me parti adonques, Qui m'avoit la voie mostré. Espoir s'estoit tierce passé, Si pot estre pres de midi Quant l'abre et la capiele vi. Bien sai de l'abre, c'est la fins, Que ce estoit li plus biaus pins Qui onques sor terre creüst. Ne cuic qu'onques si fort pleüst C'onques i passast nule goute, Ancois coloit par desus tote. A l'abre vi le bacin pendre, Del plus fin or qui fust a vendre Onques encor en nule foire. De la fontainne poés croire Qu'ele bouloit conme eve cade. Li perons ert d'une esmeraude, Si ot .iiii. rubins mout biaus, Plus flanboians et plus vermaus Que n'est au matin li solaus, Qui apert au main en oriant. Ja, que je sace a ensiant, Ne vos en mentirai de mot. La mervele a veïr me plot De la tenpeste et de l'orage, Dont ne me tieg mie por sage, Car volentiers, se je peuisse, Mout volentier m'en repentisse Quant je oi le peron crosé De l'eve a cel bacin arousé. Car trop en i versai, ce dot; Lors vi si tot le ciel desrout Que de plus de quarante pars Me feri el vis li espars Et les nues tot quelle melle Jetoient pluve et noif et grelle. Tant fu li tans hisdeus et fors Que .c. fois cuidai estre mors Des foudres qui les mo caoient Et des arbres qui pecooent. Saciés que mout fui esmaiés, Tant que li tans fu rapaiés. Mes Dius tant me raseüra Que li tans gaires ne dura Et tuit li vent se resposerent; Quant Diu ne plot, venter n'oserent. Quant je vi l'air et cler et pur, De joie fui tos aseür, Car joie, s'onques le connui, Fait oublier maint grant anui. Des que li tans fu trespasés, Vi sos pin tors amasés Oisiel, s'est qui croire le veille, Qu'il n'i avoit brance ne foille Qui tot ne fust covers d'oisiaus; S'en estoit li arbres plus biaus; Et trestuit li oissiel cantoient Si que mout bien s'entrecordoient; Mais divers cans cantoit cascuns, N'onques ce que cantoit li uns Onques l'autre chanter n'oï. De la joie me resjoï, S'escoutai tant qu'il orent fet Lor service trestout a trait; Ainc mes n'oï si biele joie Ne ne cuic que nus hon mes voie Se il ne va veoir celi Qui tant me plot et enbieli Que je me dui por fol tenir. Si fui tant que je vi venir Un chevalier, ce m'est avis, Bien quidai que il fuissent sis, Tel noise et tel esfroi menoit Uns chevaliers qui seus venoit. Quant je le vi tot seul venant, Mon ceval retrais maintenant, Au monter demoure ne fis; Et cil, conme maltalentis, Vint plus tost c'uns alerions, Sanblant fait plus fier con lions. De si haut con il pot crier Me prist tantos a desfier, Et dist: " Vasal, vos m'avés fait, Sans desfiance, honte et lait. Desfier me deüssiés vos Se il eüst guerre entre nos, U au mains droiturre requerre Ancois que me meüssiés guerre. Mais se je puis, sire vasaux, Sor vos en tornera li maux Del damage qui est si grans; Environ moi est aparans De mon bos qui est abatus. Plaindre se doit qui est batus; Et je me plain, si ai raison, Car vos m'avés de ma maison Fors chacié a foudre et a pluie. Fait m'avés cose qui m'anuie, Et dehait ait cui co est biel, Qu'en mon bos et en mon castiel M'avés fait chose qui m'anuie, Que mestier ne m'eüst aïe Les gens ne d'armes ne de mur. Onques n'i oi honme aseür En fortereche qui i fust De dure piere ne de fust. Mes bien sachiés que desormés N'avroies de moi trives ne pes. " A ces mos, les escus presimes Et tantost nos entrevenimes, Et cascuns se couvri del siuen. Li chevaliers ot ceval boii Et lance longe, roide, sans doute, Graindre de moi la teste toute. Ensi del tot a mescief fui, Et si fui plus petis de lui Et ses cevaus, ce sa ge bien, Fu mout plus fors ne fust li miens. M'en vois por le voir descouvrir. Si grant colp con je poc soufrir Li donnai, c'umques ne me fains; El conble de l'escu l'atains; Si i mis tote ma poisance Tant que en pies vola ma lance; E la soie remest entiere, Qui n'estoit mie trop legiere, Ans pesoit plus, au mien cuidier, Que nule lance a chevalier; Onques mais si grose ne vi. Et li chevaliers me feri Si roidement que del cheval Parmi la crupe del ceval Me mist a la terre tot plat; Si me laissa honteus et mat, Onques puis ne me regarda. Mon cheval prist et moi laissa, Si se mist ariere a la voie. Et je, qui faire ne savoie, Si remés iriés et pensis. Dalés la fontainne m'asis U petit, si me reposai; Le chevalier sivir n'osai, Car folie faire cuidaisse. Et, se je bien sivir l'osasse, Ne sai je mie qu'il devint. A la fin, volentiers m'en ving, Qu'a mon hoste couvent avoie Que par lui m'en retorneroie. Ensi me plot, ensi le fis; Et totes mes armes jus mis Por aler plus legierement; Si m'en revig honteusement. Quant je vig la nuit a l'ostel, Trouvai mon hoste tot autel, Ausi lié et ausi cortois, Conme j'avoie fait ancois; C'onques de rien ne m'aperceu, Ne de sa fille ne de lui, Que mains volentiers me veïssent Ne que mais d'onnor me fesisent Qu'il avoient fet l'autre nuit. Grant honor me porterent tuit, Le lor merchi, en lor maison; Et disoient c'unques mais hons N'en eschapa, que il seüssent Ne que il oï dire eüssent, De la dont j'estoie venus, Qui ne fust mors u retenus. Ensi alai, ensi revig; Aau revenir por fol me tieg. Or vos ai conté conme fox Ce que conter noi ne vox. - Par mon cief, dist mesire Yvains, Vos estes mes cousins germains, Si nos devonmes entramer; Mais de ce vos puis fol clamer Que vos tant le m'avés celé. Se je vos ai fol apielé, Je vos en pri qu'il ne vos poist, Car se je puis et il me loist, Je vos en cuic mout bien vengier. - Bn pert qu'il est aprés maingier, Fet Kes, qui taire ne se pot. Plus a paroles en plain pot De vin qu'en .i. mui de cervoise. L'en dist que chas saous s'envoise. Aprés mangier, sans remuer, Velt cascuns Saladin tuer, Et vos irois vengier Fouré! Sor vostre penel enbouré Et vos chauces de fer froïes Et vos banieres desploïes? Or tost, por Diu, mesire Yvain, Movrés vos anuit u demain? Faites le nos savoir, biaus sire, Quant vos irés a cel martyre, Car nos vos vaurons convoier; N'i avra provost ne voier Qui volentiers ne vos convoit. Mes je pri, conment que il soit, Ne movés pas sans nos congiés. Et se vos anquenuit songiés Mavés songe, si remanés! - Conment? Va! estes vos dervés, Mesire Kes? dist la roïne. La vostre langue onques ne fine! La vostre langue soit honnie, Quant tant i a de felonnie! Certes, vostre langue vos het, Car tot le pis qu'ele onques set Dist de cascun, qui que il soit. Langue qui onques ne recroit De maudire soit maleoite! La vostre langue mout esploite, Qu'ele vos fet partot haïr: Mius ne vos puet ele traïr. Bien sai que je l'apieleroie De traïson se ele estoit moie. Home c'on ne puet castoier Devroit hon mener au mostier Conme dervé, devant les prones. - Certes, dame, de teus ranprones, Fait mesire Yvains, ne m'en caut, Car tant puet et set et tant vaut Mesire Kes qu'en totes cors, Ke ja ne doit muer ne sors. Bien set acontre vilonnie Respondre sens et courtoisie, Si ne fist onques autrement. Or savés vos bien se je ment. Mais je n'ai cure de tencier Ne de meslee conmenchier; Car icil ne fait pas la mellee Qui fiert le premiere colee, Ans le fait cil qui se revenge. Bien le feroit contre .i. estrange Qui si tence a son conpaignon. Ne vul pas sanbler le gainnon Qui se hirice sor l'eschine Quant autres mastins le rescinne. " Queque il parloient ensi, Li rois fors de la canbre issi, Car dormi ot dusc'a cel ore, O il ot esté grant demoure. Et li baron, quant il le virent, Tuit en piés contre lui saillirent, Que il tos acoisir les fist. Dalés la roïne s'asist, Et la roïne maintenant Les novieles Calogrenant Li racunte tot mot a mot, Car mout bien raconter le sot. Li rois l'oï mout volentiers Et fist trois sairemens entiers, L'ame de Pandragon son pere Et la son fil et la sa mere, Qu'il iroit veïr la fontainne, Ja ains ne passeroit quintainne, Et la tempeste et la mervelle, Et si qu'il i vendra la velle De monsingnor Saint Jehan Batist, Si prendera la nuit sa giste, Et dist que avec lui iront Tot cil qui aler i vaudront. De ce que li rois devisa Tote la cors mius l'en prisa, Car mout i voloent aler Li baron et li baceler. Mes q qu'en fust liés et joians, Mesire Yvains en fu dolans, Qu'il i cuidoit aler tos seus; S'en fu dolans et angoisieus Del roi, qui aler i devoit. Por ce durement li grevoit Qu'il savoit bien que la bataille Avroit mesire Kes, sans faille, Ains que nus, s'il le requeroit; Ja vee ne li seroit; Ou messire Gauvains meïsmes, Espoir, li demandera primes. Se nus de ces deus la requiert, Ja contredite ne lor iert. Mais il ne les atendra mie, Qu'il n'a soig de lor conpaingnie, Ancois ira tos seus, son vel, U a sa joie u a son duel, Et, qui que remaigne al sejor, Il velt estre dusc'al tierc jor En Broceliande, et verra, Se il puet, tant que il vendra En l'estroit sentier besoingeus, Car mout en est cuisenconneus, Et la lande et le maison fort Et le soulas et le deport De la courtoise damoisiele Qui tant est avenant et biele, Et del prodonme avuec sa fille, Qui a honnor faire s'escille, Tant est frans et de bone part. Puis verra la tor et l'esart Et le grant vilain qui le garde; Car li veoirs forment li tarde Del vilain qui tant par est lais, Noirs et hideus et contrefais, Et le vis engrés et felon. Puis verra, s'il puet, le perron Et la fontainne et le bacin Et les oisiaus desous le pin; Si fera plouvoir et venter. Mais il ne s'en quiert ja vanter Ne nus, s'il puet, ne le savra Dusques adonc qu'il i venra, Honte u honor avra eüe, Puis si soit la chose seüe. Retour au sommaire
Yvain tente l'aventure de la fontaine Mesire Yvains de la cort s'enble Si que o lui nus ne s'asanble, Mes seus vers son ostel s'en va. Tote sa mainnie trova, Si conmande a metre sa siele Et .i. sien escuier apielle Cui il ne celoit nule rien. " Di va, fait il, aprés moi vien La fors et mes armes m'aporte! Je m'en istrai par cele porte Sor mon palefroi, tot le pas. Garde ne demoures tu pas, Qu'il me couvient mout loig aler. Et mon ceval fai bien ferrer, Si l'amainne tost aprés toi; Si ramenras mon palefroi. Mais garde bien, je te conmanc, Que nus qui de moi te demant, Que ja noviele ne l'en dies. Se de moi nule rien te fies, Ja mar t'i fieras ja mes. - Sire, fait il, il en est pes, Car ja por moi nus nel savra. Alés, car je vos suirai ja. " Mesire Yvains maintenant monte; Il vengera, s'il puet, la honte Son cosin ains qu'il s'en retor Ses escuiers ses armes cort Et au ceval, qu'il n'i ot plus; Ne demore, puis mon sus. Ainc n'i failli ne fers ne clox. Son signor suit par les esclox Tant que il le vit descendu, Qu'il l'avoit .i. poi atendu Long del cemin, en .i. destor. Tot son harnois et son ator Ot atorné et puis monta. Mesire Yvains n'i sejorna, Puis qu'armés fu, ne tant ne quant, Ancois erra cascun jor tant, Par montaigne et par valees Et par forés longes et lees, Par lius estranges et sauvages, Et par maint mal felon pasages Et maint periel et maint destroit Tant qu'il vint aup au sentier tot droit Plainne des ronsc et d'oscurté; Lors se tint por aseüré Qu'il ne pooit mais esgarer. Qui que le doie conperer, Ne finera mais tant qu'il voie Le pin qui la fontainne unbroie, Et le perron et le tormente Qui pluet, tone, gresele et vente. La nuit ot, ce poés bien savoir, Tel hostel conme il vaut avoir; Car plus de bien et plus d'onnor Trova assés el vavasor C'on ne li ot conté ne dit; Et en la pucele revit De sens et de biauté .c. tans Que n'en ot dit Galogrenans. On n'en pooit dire la sunme De la dame ne dou proudome Des que il s'atorne a bonté. Ne puet estre dit ne conté, Car on ne poroit pas retraire Le bonté que prodon set faire. Mesire Yvains cele nuit ot Mout bon ostel et mout li plot. Vint as essars a l'endemain, Vit le forest et le vilain, Qui la voie li ensaigna, Mais plus de .c. fois se saingna De la mervelle que il ot, Conment nature faire sot Ovre si laide et si vilaine. Puis erra dusqu'a la fontainne, Si vit quanques il vaut veoir. Sans arester et sans seoir, Versa sor le perron de plain De l'augu tot le bacin plain. Tot maintenant venta et plut Et fist tel tans con faire dut. Et quant Dius redonna le biel, Sor le pint vindrent li oisiel Et fisent joie mervillouse Sor la fontainne perillouse. Ains que la joie fust remese, Vint, d'ire plus ardant que brese, Uns chevaliers a si grant bruit Con s'il cacast .i. cerf en ruit. Et maintenant qu'il s'etrevirent, S'entrevienent et sanblant firent Qu'il s’entrehaïsent de mort. Cascuns ot lance roide et fort; Si s'entredonnent si grans cols Qu'andex les escus de lo cols Percent, et les haubers deslicent; Les lances froissent et esclicent Et li troncon en volent haut. Li uns l'autre a l'espee asaut; Si ont, au caple des espees, Les guinces des escus ostees Et les escus dehachiés tos, Et par deseure et par desous, Si que les pieces en dependent N'il ne se cuvrent ne desfendent; Car si les ont haligotés Qu'a delivre sor les chostés Et sus les bras et sus les mances Se fierent des espees blances. Felenessement s'etreprovent N'onques d'un estal ne se muevent Conme se ce fuissent .ii. gres, Que mais chevaliers si engrés Ne furent de la mort haster. N'ont cure de lor caus gaster, Car mius qu'il puent les enploient. Li hiaume bugnent et si ploient Et des haubers les mailles volent, Si que del sanc assez se tolent; Car d'eus meïme sunt si caut Li hauberc qu'a cascun ne vaut Li suns ne gaires plus d'un froc. En el vis s'entrefierent d'estoc, S'est mervelle que tant lor dure La bataille si fors et dure. Mes andui sunt de si haut cuer Que li uns l'autre, por nul fuer, De terre .i. pié ne guerpiroit Se jusqu'a mort ne l'enpiroit. Et de ce firent mout que preu C'unnques lor cevaus en nul leu Ne navrerent ne n'enpirerent, Car il ne vaurent ne daingnierent, Mes tos jors as cevaus se tinrent Ne nule fois en piés ne vinrent; Se fu la bataille plus biele. En la fin son hiaume esquartele Au chevalier mesire Yvains. Del cop fu estordis et vains Li chevaliers; mout s'esmaia, Car ainc si felon n'asaia, Qu'il avoit lé jusqu'al capiel Le cief fendu dusqu'al cerviel, Si que del cervel et del sanc Taint les mailles del hauberc blanc, Dont si tres grant dolor senti A poi li cuers ne li menti; Q'il ot bon droit ne mie tort. Il se senti navré a mort, Car rien ne li valut desfense. Si tost s'enfuit quant il s'apense, Vers son castiel tos eslaissiés; Li pons li fu tos abaissiés Et la porte ouverte a bandon; Mesire Yvains tot de randon Quanqu'il puet aprés lui randonne. Si con gerfaus grue randonne, Quant de log muet et tant l'aproche Tenir le cuide mais n'i toce, Isi fuit cil, Yvains le cace Que dusqu'a poi qu'il ne l'enbrace, Et si ne le par puet ataindre; Si est si pres que il l'ot plaindre De la destrece que il sent. Mais tos jors a fuir entent Et cil de cachier s'esvertue; Sa painne cuide avoir perdue Se mort u pris ne le detient, Car des ranprones li souvient Que mesire Kes li ot dites. N'ert pas de la promese cuites Qu'a son cousin avoit promis, Ne creüs n'ier a nul avis Se vraies ensaignes n'en porte. A esperon dusqu'a la porte De son castiel l'en a mené; Il sunt ens anbedui entré. Home ne feme n'encontrerent Tote la rue qu'il alerent, Et vindrent andui d'un eslais Dusqu'a la porte dou palais. La porte fu mout haut levee, Si avoit mout estroite entree Si que dui honme et dui ceval I sunt entré† trestot sans mal N'i pooient ensanble entre[r], Ne dui honme entrecontrer; Car tot autresi estoit faite Conme arbaleste qui agaite Le rarc, quant il viet a forfait; Et li pis est en son agait Desus, qui fiert et trait et prent, Quant ele eslaisce et destent, Quant rien nule atoce a la cef, Ja n'i tocera si ouef. Ensi en son porte estoit Un trebucet qui soustenoit Amont .i. porte colant De fer esmolu et trencant; Qant riens a cel engieng tochiet, La porte desus descendoit; S'estoit pris et detrenciés tos Que la porte atainnoit desous. E tot enmi a droit conpas Estoit si destrois li trespas Con ce fust .i. sentiers batus. El droit sentier s'est enbatus Li chevaliers mout sagement Et mesire Yvains folemet Hurte grant aleüre aprés, Si vient ataingnant de si pres Que l'arcon deriere tint; Et de ce mout bien li avint Que il fu avant estendus: Tos eüst esté porfendus, Se ceste aventure ne fust, Car ses cevaus hurta le fust Qui tenoit la porte de fer. Ausi cum diables d'infer, Descent la porte et ciet aval, S'entent a itant le ceval Deriere, et trenca tres par mi; Mais nel touca, la Diu merchi, Monsignor Yvain dusqu'a tant Que res le dos li vint rasant, Si qu'anbesdeus ses esperons Li trencha mout pres des talons, Et il caï mout esmaiés; Et icil fu mors et plaiés, Si escapa en tel maniere, Un autre porte de deriere Tes con cele devant estoit. Le cevalier qui s'enfuiot Par cele porte s'en issi Et la porte aprés lui caï, Si que mesire Yvains fu pris. Retour au sommaire
Yvain épouse Laudine Mout angoiseus et entrepris Kemest dedens la porte enclos, Ki fu faite par mout grant los, Et bien sunt paintes les maisieres De bon ovre et de colors chieres. Mais de rien si grant dol n'avoit Cunme de ce qu'il ne savoit Quel part cil s'en estoit alés, Quant d'une canbre qui dalés Oï ovrir .i. huis a droit; Que qu'il estoit en cel destroit, S'en issi .i. damoisele, Seule, mout avenans et biele; Celui huis aprés li frema. Quant monsignor Yvain trouva, Si l'esmaia mout de premiers: " Certes, fait ele, chevaliers, Je criem vos serés mal venus: Se vos caens estes veüs, Vos i serés tos depeciés, Car me sire est a mort plaiés. Je sai bien que vos l'avés mort. Ma dame en fait .i. dol si fort, Et ses gens environ lui crïent Por poi que de dol ne s'ocïent; Si vos sevent il bien caiens, Mais entr'ex est li dex si grans Que il n'i poent ore entendre; S'il vos velent ocire u prendre, A ce ne puent il faillir, Quant il vos vauront asaillir. " Et mesire Yvains lor respont: " Ja, se Diu plaist, ne m'ociront Ne ja par eus pris ne serai. - Non, se Diu plaist, car je ferai Avuec vos ma poissance tote. N'est mie prodon qui trop dote; Por ce cuit que prodon soiés Que n'estes pas trop esmaiés. Et sachiés bien, se je pooie, Service et honnor vos feroie, Car vos le fesistes ja moi. Une fois a la cort le roi M'envoia ma dame en mesage. Espoir si ne fui mie sage, Si cortoise, ne de tel estre Conme pucele deüst estre; Mais unques chevalier n'i ot Qui a moi daignast parler mot Fors vos, tos seus, qui estes ci; Mes vos, la vostre grant merchi, M'i onerastes et servites. De l'onnor que vos me fesistes Vos renderai le guerredon. Bien sai conment vos avés non Et reconneü vos ai bien: Fius estes le roi Urien Et avés non mesire Yvains. Or soiés seürs et certains Que ja, se croire me volés, N'i serés pris ne adesés; Car chest mien anelet prendrois; Se vos volés, sel me rendrois Quant je vos avrai delivré. " Lors li a l'anelet livré, Se li a dit qu'il a tel force Conme li fus dedens l'escorce, Qui le cuvre, c'on nel voit point; Mes il couvient que l'on l'enpoint Si qu'el pung soit la piere enclose; Puis n'a garde de nule cose Cil qui l'aniel en son doit a, Que ja veoir ne le pora Nus hon, tant ait les ieus overs, Ne que fus qui est couvers De la cendre, qui desus est. Cele monsignor Yvain lest, Et, quant ele li ot ce dit, Sel mena seoir sur .i. lit Covert d'une cuite si riche C'ainc n'ot tel li dus d'Osterice; Lors li dist, se il bien voloit, A mangier li aporteroit; Et il dist ce li est mout biel. La damoisele cort isnel, De la cambre s'en ist mout tost, Si aporte .i. capon en roist Et .i. gastiel et .i. nape, Et vin qui fu de bone crape, Plain pot, d'un blanc hanap covert; Si li a a mangier offert; Et cil, qui est mout grans mestiers, Mainja et but mout volentiers. Quant il ot mangié et beü, Par la sale sunt esmeü Li chevalier qui le queroient, Qui lor singnor vengier voloient, Qui ja estoit en biere mis. Et cele li a dit: " Amis, Oiés: il vos quirent ja tuit; Mout i a grant nosse et grant bruit, Mais, qui que viegne ne qui voise, Ne vos mouvés por nule noise, Car vos ne serés ja trovés, Se de cest lit ne vos mouvés; Ja verois planne ceste sale De la gent angouseuse et male Qui trover vos i cuideront; Et si cuic qu'il aporteront Par chi le cors por metre en terre; Et si vos iront par ci querre Et desous bans et desos lis. Ce seroit solas et delis A honme qui paor n'aroit, Quant gent si avugle verroit; Qu'il seront tuit si avuglé, Si desconfit et si gillé Que il esrageront tuit d'ire; Je ne vos sai or plus que dire, Je nen os ci plus demourer. Mes Diu puisse je aourer, Qui m'a donné le liu et l'aise Que ja fait chose qui vos plaisse, Car mout bon talent en avoie. " Atant si s'est mise a la voie. Quant ele s'en fu retornee, Fu tote la gent atornee, Qui de deus pars as portes vindrent Et bastons et espees tindrent; Si ot grant fole et grant presse De gent felenesse et engresse; Qui virent le ceval trencié, Dedens la porte, le moitié. Et lor si cuiden estre cert, Et quant l'uis avoiet overt, Que celui dedens troveroient Que il por ocire querroient. Puis remisent amont les porte, Par cui mout de gens furent mortes, Mais il n'i ot a celui siege Tendu ne trebucet ne piege, Ains se ferirent tuit d'un front, Que l'autre moitié trové ont Del ceval mort selonc le suel; Mais unques entr'aus n'orent oil Dont monsignor Yvain veïssent, Car mout volentiers l'ocesisent; Et il les veoit courecier Et forsener et erragier; Et disoient: " Ce, que puet estre? Que caens n'a huis ne fenestre Par u nule riens s'en alast, Se fust oisiaus qui volast U escuireus u cisemus U beste ausi petite u plus, Car les fenestres sunt ferrees, Et les portes mout bien fremees Des que me sire en issi fors; Caiens est mors u vis li cors, Car la fors ne remest il mie. La siele asés plus que demie Est ca fors, ce veons nos bien, Mais de lui ne veons nos rien Fors que les esperons trenciés Qui li caïrent de ses piés. Or au cercier trestous ces angles Et si laisons ester ces jangles; Encor est il caiens, je cuit, U nos sunmes encanté tuit, U tolu le nos ont maufé. " Ensint trestuit d'ire escaufé Parmi la sale le queroient Et parmi ces parois hurtoient Et parmi lis et parmi bans, Mais des cols est cuites et frans Li lis u il estoit couciés, Si ne fu ferus ne mailliés. Mais mout feroient tot entor Et mout faisoient grant estor: " Mors u vis est caens li cors, Car il n'issi mie la fors. " Par tot tastent a lor bastos, Conme avugle et as tastons Vait aucune cose querant. Que que l'aloient reversant 177e. 1143 Desous lis et desous eschames, Vint une des plus bieles dames C'unques veïst riens teriene. N'onques si tres biele crestiene Ne fu onques dont fu parole; Mais de dol faire estoit si fole Qu'a poi qu'ele ne s'es ocioit. A la foïe, s'escrioit Si haut con ele pooit plus, Puis receoit a terre jus. Et quant ele estoit relevee, Ausi conme feme dervee, Si conmencoit a escrier Et ses cevex a decirer; Si se gratine et ront ses dras, Si cet pasmee a cascun pas, Ne riens ne le pot conforter, Quant son ami en voit porter Devant li, en la biere, mor, Dont ja ne cuide avoir confort; Por ce crioit a haute vois. L'eve benoiete et la crois Et li cierge aloient avant Avuec les dames dou couvent, Et li texte et li encensier Et li clrc, qui sunt despensier A faire le haute despense A coi la caitive ame pense. Mesire Yvains oï les cris Et le dol, qui ja n'iert escris Et tex ne fu escris e livre, Car nus ne le poroit descrire; Et la processions passa, Mais entor la sale amasa Entor la sale .i. grans toaus, Car li sans tos caus et vermaus En issi fors parmi la plaie; Et ce fu proveance vraie Que cil estoit laiens, sans faille, Qui avoit faite la bataille Et qui l'avoit mort et conquis. De recief l'ont tot par tot quis Et recercié et remué Tant que il sunt tuit tressué De l'angoisse et del toel Qu'il orent por le sanc vermel Qui des plaies fu degoutés. Si en fu mout enpains et boutés Mesire Yvains la u il jut; Mais por ce onques ne se mut. Et les gens plus et plus dervoient Por les plaies qui escrevoient; Si s'esmervellent por coi sainnent, Car ne voient dot il se plaignent, Et dist li uns et cist et cist: " Entre nos est cil qui l'ocit, Si ne le poons veoir mie: C'est mervelle et diablie. " Por ce si fort dol demenoit La dame qu'ele ne savoit Et crioit comme fors del sen: " Por Diu, si ne le trovera l'en L'omecide, le traïtor Qui a ocis mon bon signor? Boin? Voire le millor de buens! Voirs Dius, li tors en sera tuens Se tu le laisses escaper. Autrui que toi n'en sai blamer, Car tu le m'enbles a veüe. Tes mervelle ne fu veüe Ne si fais tors con tu me fais. Cumnoistre ne veoir nel les, Celui qui si est pres de moi. Bien puis dire, quant je nel voi, Que entre nos s'est ca dedens mis U fantomes u anemis; U fantosmee sui je tote U il est coars, si me doute; Couars est il, quant il me crient: De grant couardise li vient Quant devant venir nen ose. Ha! fantomes, couarde cose, Por coi es vers moi acouardie Quant vers mon signor es hardie? Cose vainne chose faillie Por coi ne t'ai en ma baillie? Que je ne te puis or tenir? Mes ce, conment puet avenir Que tu mon signor ocesis S'en traïson ne le fesis? Ja voir par toi conquis ne fust Se me sires veü t'eüst, Qu'el monde chevalier n'avoit, Ne je ne nus ne l'i savoit, N'il n'en ert jamais nus tex. Certes, se tu fuisses mortex, N'osaisses mon signor atendre, Qu'a lui ne se pooit nus prendre. " Ensi la dame se debat, Tot ensi par li se conbat, Et ses gens avuec li refont, Et si se conplaint et confont, Si grant dol que grinnor ne puent. Le cors enportent si l'enfüent; Car tant ont quis et tribolé Que de querre sunt tot lassé; Si le laissent tuit par anui, Quant ne porent veoir celui Qui de rien se face a mescroire. Et les nonnains et li prouvoire Plourent et fisent le service; Repairié se sunt de la glise Et venu sus la seputure. Mes de tot ice n'avoit cure La damoisele de la canbre; De monsignor Yvain li menbre; S'est a lui venue mout tost, Se li dist: " Biaus sire, a grant host Ont sor vos ceste gens esté. Mout ont par caens tempesté Et reversé trestos ces anglés, Plus menuement que brachés Ne vait tracant pertris ne quaille. Paor avés eü sans faille. - Par foi, fait il, vos dites voir; Tel ne cuidai ja mes avoir. Mais volentiers, s'il pooit estre, U par pertruis u par fenestre Verroie volentiers la fors La procession et le cors. " Mais il n'avoit entension Au cors n'a la porcession. Il vausist qu'il fuissent tuit ars, Se li eüst costé .m. mars. Mis mars? Voire, par foi, .c. mile. Mes por la dame de la vile, Que il voloit veoir, le dist; Et la damoisele le mist A une fenestre petite. Quanqu'ele puet vers lui s'aquite De l'onnor qu'ele li ot faite. Parmi cele fenestre agaite Vers le moustier totes les gens, Dont il i ot plus de .v. cens, Qui le cors orent enterré. Et enaprés ont regardé Mesire Yvains la biele dame, Qui dist: " Sire, de la vostre ame Ait Dex merchi, si voirement C'onques, par le mien ensiant, Chevaliers sor ceval ne sist Qui de bonté vos atainsist. De vostre honor, biaus sire chiers, Ne fu onques nus chevaliers, Ne de la vostre conpaignie; Largece estoit la vostre amie Et hardimens vostre conpains. A la conpaingnie des sans Soit la vostre ame, biaus dous sire! " Lors caï jus, si se desciere Trestot quanques as mains li vint. A mout grant painne le detint Mesire Yvains, a coi qu'il tort, Que li ses mains tenir ne cort. Mes la damoisiele li prie Et loie et conmande et castie, Conme cortoise et debonaire, Qu'il se gart de folie faire Et dist: " Vos estes ci mout bien. Ne vos movés por nule rien Tant que cis dols soit abaisiés; Et ces gens departir laisiés, Qui se departiront par tans. Si vos contenés a mon sens, Si con vos los a maintenir, Grans biens vos en pora venir. Vos poés chi estre a losir, Et hors et ens les gens veïr Qui passeront parmi la voie, Ne ja n'iert nus qui ci vos voie, Si avrois mout grant avantage; Mais gardés vos de dire outrage, Gardés, se vos pensés folie, Que nel faites ne dites mie. Li sages sa folie cuevre Et met, s'il puet, le bien a ovre. Or vos gardés donc conme sages Que n'i laisiés la teste en gaiges, Que n'en prendroit pas raencon; Soiés por vos en cuisencon, Et de mon consel vos souviengne; Soiés en pas tant que je viegne, Car je n'os ci plus demourer. Je poroie tant arester, Espoir, que on me mesqreroit Por ce que l'en ne me verroit Avuec les autres en la presse, S'en prendroie male confesse. " Atant s'en part et cil remaint, Qu'il ne set en quel se contint. Et le cors voit que on enfuet; Mout l'en poise qu'avoir n'en puet Aucune chose qu'il en port Tesmoig qu'il a ocis le mort, Que mostrer puisse en aparant. Si n'en a tesmoig ne garant, Dont est il honis en travers, Tant est Kes et fel et provers, Et plains de ranprone et d'anui; Jamais n'ara rais a lui, Tosjors m'en ira ranpronant Et gas et ranprones disant, Ausi con il fist l'autre jors. Laides paroles a sejor Si sunt tosjors batans et freces. De son couvin et de ses teches Li revienent nouviles mors Ki par sa terre ont fait maint cors; S'ont tote sa proie acoillie; Son cuer enmainne s'anemie, S'ainme la rien qui plus le het. Bien a vengie, et si ne set, La dame la mort son signor; Vengance en a ja pris grinnor Qu'ele prendre ne le seüst S'Amors vengie ne l'eüst Qui si doucement le requiert, Qui par les euls el cuer le fiert; Et cis cols a plus de duree Que n'ait de lance ne d'espee: Cols d'espee garist s et sainne Mout tost, des que mires i painne; Et la plaie d'Amors enpire Quant ele est plus pres de son mire. Une plaie a mesire Yvains, Dont il ne sera jamais sains; El liu u ele est espandue Amors s'est tote a lui rendue; Revercant vet, et si s'en hoste; Ne viut avoir hostel ne hoste Se cestui non, et que preus fet Quant de mauvais fu retrait Por ce qu'a lui del tot se jont. Ne velt qu'aillors ait de lui point; Si en het tos les vix osteus; S'est grans hontes qu'Amors est teus Et que Amors ensi se prove Qu'el plus vilain liu qu'ele trove Se herberge autresi tost Conme tot le millor de l'host. Mais or est Amors bien venue, Ci ert a honnor maintenue Et ci li fait bon demourer. Ensi se devroit atorner Amors, qui si est haute chose. Grant mervelle conment ele ose De honte en mauvais liu descendre. Celui sanble qui en la cendre Et en la poudre espant son baume, Et het honnor et ainme blame, Et destenpre siue de fiel Et melle si avoc le mel. Mes or n'a mie Amors ce fait, Ancois s'est en si bon leu trait Que on ne l'en puet faire tort. Quant on ot enterré le mort, S'en partirent totes les gens; Clrec et chevalier et sergens Ne dame n'i remest, que cele Qui sa dolor mie ne cele. Mais ele remest tote seule; Souvent se prendoit par la guele, Et tort ses puins et bat ses paumes, Et lit en son sautier ses saumes, Enluminé a lestres d'or. Et mesire Yvains est encor A la fenestre, u il l'esgarde; Et que il plus se donne garde, Plus l'ainme et plus li enbelist. Que qu'ele plore et ele list Bien vausist que laissié eüst Et qu'a li parler li eüst. En cel voloir l'ot Amors pris, Qui a la fenestre l'ot pris; Mais ne son voloir se despoire, Car il ne puet cuidier ne croire Que ses voloirs puist avenir. " Por fol, fait il, me puis tenir, Quant je voi ce que ja n'avrai; Quant son signor a mort navrai Et je cuit part en lui avoir! Par foi, ne cuic mie savoir, Qu'ele me het plus orendroit Que nule rien et si a droit. Orendroit ai ge dit que sages, Que feme a plus de mil corages. Celui corage que ele a ore, Espoir, cangera il encore; Ains le changera sans espoir; Si sui mout fols qui me despoir, Et Dius li doinst par tans cangier. Estre m'estuet en son dangier; Tos jor est maus des qu'ele vaut. Qui Amors en gré me requiaut Des qu'ele entor li se trait, Felonnie et traïson fet; Et si dist, qui que viaut si l'oie, Qu'il ne doit avoir bien ne joie. Mais por ce ne lairai je mie Qu'encor amerai m'anemie, Car je ne l'en doi pas haïr Se je Amor ne vel traïr. Ce que Amors vel doi je amer. Et me doit ele ami clanmer? Oïl, voir, por ce que je l'aim. Et je m'anemie le claim, Ele me het, si n'a pas tort, Car ce qu'ele ainme li ai mort. Sui je por ce ses anemis? Nenil, mes ses certains amis. Onques tant chose amer ne vex. Mout me poise des biaus cevex Que je li vi ronpre et trenchier; N'onques ne porent estancier Des larmes qui des iols li cheent: Totes ces choses me dessïent! Et ce qu'il sunt si plain de lermes, C'onques n'en est ne fins ne termes, Ainc mais ne furent si biel oil. De ce qu'ele ploure me doil Ne de rien n'ai si grant destrece Que de sa face qu'ele blece, Qui ce n'eüst pas deservi: Car onques si bele ne vi Ne vis tant fres encolouré; Ice m'a mort et acoré Que je li vi sa gorge estraindre. Certes, ele ne se set faindre Que au pis qu'ele puet ne face; Ne nus cristaus ne nule clace N'est si clere ne si polie. Certes, mout fait grande folie. Por coi ne se plece ele mains? Por coi detort ses bieles mains Et fiert son pis et esgratine? Dont ne fu ce mervelle fine De li veïr, s'ele fust lie, Quant est ele si biele corcie? Oïl, voir, bien le puis jurer, Omques mais si desmesurer Ne se pot de biauté Nature, Car passé a tote mesure. O espor que n'i ouvra onques. Conment poïst ce estre donques? Dont fust si grans biautés venue? Ainc le fist Dius, de sa main nue, Por faire Nature muser. Tot son tans i poïst user S'ele le vausit contrefaire, Que ja n'en seüst a cief traire; N'est hon, s'il i voloit penser, Qui ja i seüst asener Qu'autretele contrefesist Por painne que il i mesist. " Ensi mesire Yvains devise Cele qui de dol se debrisse; Ne cuic mais que il avenist Que nus qui prison tenist, Comme mesire Yvains la tient, Qui de la teste perdre crient, Amast en si fole maniere; Ne ja je cuic n'en fra proiere N'autres por lui, ensi puet estre. Tant fu illuec a la fenestre Qu'il en vit la dame raler Et que ele ot fait avaler Anbesdex les portes colans. De ce fu Yvains mout dolans, Car mius amast sa delivrance Qu'il ne feïst sa demourance; Et il met autretant a ovre Que s'on les clost, que s'on les ovre; Qu'il ne s'en alast mie, certes, S'eles fuissent totes ouvertes Ne se la dame li donnast Congié et si li pardonnast La mort son signor bonement, Et s'en alast seürement, Qu'Amors et Hontes le retint, Qui de dex pars devant li vient. Il est honis se il s'en va, Et ce ne croiroit on ja Que il eüst si esploitié; D'autre part, il a couvoitié Au mius de la biele veoir Dame, se plus n'en puis avoir, Car de la prison ne li chaut: Mius velt morir que il s'en aut. Mes la damoisele repaire, Qui li vult conpaignie faire Et soulascier et deporter Et porchacier et aporter Quanqu'il vaudra a sa devise. Mais de l'amor qu'en lui s'est mise, L'an trouve trespensi et vain; Lors li a dit: " Mesire Yvain, Quel siecle avés vos puis eü? - Tel, fait il, qui mout m'a pleü. - Pleü? Por Diu, dites vos voir? Conment puet donc bon siecle avoir Qui voit que quert por ocire Se sa mort ne velt u desire? - Certes, fait il, ma doce amie, Morir ne vaudroie je mie, Et si me plaist mout totevoie Ce que je voi, se Dix me voie, Et plast et plaira tosjors mais. - Or laissons trestot ce en pais ", Fait cele, car bien sai entendre U ceste parole viut tendre. " Ne sui tant nice ne tant fole Que bien n'entende .i. parole. Mais ore vens aprés moi, Car je prendrai a procain conroi De vos jeter fors de prison. Bien vos metrai a garison, Si vos plaist, anuit u demain; Or en venés, je vos en maing. " Et il respont: " Soiés certainne, Je ne m'en movrai, de semainne, En larcin ne a enblee. Quant la gens ert tote asanblee Parmi la rue, la defors, Plus a honnor m'en istrai lors Que je ne feroie nuitantre. " Aprés lui, a ces mos s'en entre Parmi la petite canbrete. La damoisele, qui fu brete, Fu de li servir en grant pens, Si li fist creance et despens De quanques que il li couvient. Et quant tans fu, bien li souvient Que mout li plaist ce que il vit, De ce que il li avoit dit, Quant la sale le queroient Cil qui ocire le voloient. La damoisele estoit si bien De sa dame que nule rien A dire ne li redoutast, A quoi que la chose tornast, Que ele estoit sa maistre et sa garde. Mais de ce fu ele couarde De la dame reconforter Ne de l'onnor amenestrer? La premiere fee a consel Si dist: " Dame, mout m'esmerveil Que folement vos voi ovrer. Cuidiés vos ensi recouvrer Vostre signor por faire dol? - Naje, fait ele, mais bien voil Que je fuisse morte aprés lui. - Por coi? - Por aler aprés lui. - Aprés lui? Dius vos en desfende, Qui ausi bon signor vos rende Come est voirs rois poestis - Ainc tel mençoinne ne desis, Qu'il ne me poroit si bon rendre. - Ausi bon, se volés prendre, Vos rendrai, si le prouverai. - Fui! Tais! Voir, ja nel trouverai - Si ferés, dame, s'il vos siet. Mais or dites, si ne vos griet, Vo tere, qui desfendera, Quant li rois Artus i venra, Qui doit venir l'autre semainne Au peron et a la fontainne? N'en avés vos eü mesage De la damoisele sauvage? Et lestres vos en envoia! Ahi! con buen les enploia! Vos deüssiés or consel prendre De vostre fontainne desfendre, Et vos ne finés de plorer! N'i eüsiés que demourer, S'il vos pleüst, ma dame chire, Car certes .i. camberiere Ne feroit mains, bien le savés, D'un des chevaliers que avés: Ja par celui qui mius se prise N'en ert lance ne escus prise. De gent mauvaisse avés vos mout, Mais ja n'i avra si estout Qui en ceval monter en ost, Et li rois vient a si grant ost Qui sasira tot sans desfense. " La dame si set bien et pense Que cele le conselle en foi; Mais une folie a en soi Que les autres femes i ont, Et a bien pres totes le font, Car de lo folie s'escusent Et ce qu'eles velles refusent. " Fui! fait ele, ne dire mais. Se je t'en oi parler jamais, Ja mar feras, fors que t'enfuies: Tant paroles que trop m'anuies. - A buen eür, fait ele, dame, Bien i per que vos estes feme, Qui se courece quant ele ot Nului qui bien faire li lot. " Atant s'en part, si le laissa; Et la dame se porpensa Qu'ele avoit mout grant tort eü; Mout vausit bien avoir seü Conment ele poroit prover Qu'el poroit chevalier trover Millor que unques fust se sire; Mout li oroit volentiers dire, Mes ele li a desfendu. A cest pensé a entendu Dusqu'a donc que ele revint; Mes unques desfense n'i tient, Ains li redist tot avenant: " Dame, est ce ore avenant Que si de dol vos ociés? Por Diu, car vos en castiés, Se ce ne fust sans plus, de honte: A si haute feme ne monte Que dol si longement demaigne. De vostre honor vos resouviegne Et de vostre grant gentillece. Cuidiés vos que vostre proeche Soit morte avuc vostre signor? .C. sunt autel et .c. millor En sunt remés par tot le monde. - Se tu ne mens, Dius te confonde! Et neporquant .i. sol en nonme Qui ait tesmoig d'ausi prodonme Con me sire ot en son aé. - Ja m'en sariés vos mal gré, Et si vos en coureceriés Et si m'en mesaemeriés. - Non ferai, je t'en aseür. - Ce soit a vostre bon eür, Qui vos en est a avenir, Se il vos venoit a plasir. Que Dix ce doist que il vos plaise! N'i voi ci rien por coi me taisse, Car nus ne nos ot ne escoute. Vos tenrés ja moi por estoute, Mes je dirai ja, ce me sanble, Quant dui chevalier sunt ensanble Venu as armes en bataille, Le quel cuidiés vos qui mius vaille, Quant li uns a l'autre conquis? Endroit de moi doins je le pris Au venqueor. Et vos, que faites? - Il m'est avis que tu me gaites, Si me vius a parole prendre. - Par foi, vos poés bien entendre Que je vuel aler par le voir, Si le vos pruis par estavoir: Assés vaut mis cil qui conquist Que vostre sire ne fesis. Uns le conquist et encauca Par hardement et dusques ca, Si qu'il l'enclost en sa maison. - Or oi, fait elle, desraison, Le plus grande que mais fust dite. Fui! plainne de mal esperite. Fui! grate fole et enuieusse. Ne di jamais si grant ouseusse, Ne jamais devant moi ne viengnes Por coi de lui paroles tiegnes. - Certes, dame, bien le savoie Que ja de vos gré n'averoie, Et je vos di mout bien avant. Mais vos m'eüstes en covent Que mal gré ne me saveriés Ne ja ire n'en averiés Poi m'avés mon couvent tenu. Si m'en est ensi avenu Et dit m'avés vostre plasir; Si ai perdu .i. boin tasir. " Quant ot ce dit, si s'en retorne La u mesire Yvains sejorne, Que ele garde a mout grant aisse; Mais ne voit chose qui li plaise Quant la dame veïr ne puet, Ne del plait dont cele li muet Ne se garde ne ne se muet. Et la dame tote nuit ot A soi meïsme grant tencon, Si en est en grant soupecon De sa fontainne maintenir. Si se conmence a maintenir a repentir De celi qu'ele avoit blamee Et laidite et mesamee, Qu'ele est tote seüre et certe Que por loier ne por deserte Ne por amor que a lui ait Ne l'en mist elle unques en plait. " Car ele m'ainme plus que lui, Ne ma honte ne mon anui Ne me loeroit ele mie, Tant par est ma loiaus amie. " E vos ja la dame cangie: De ce qu'ele ot si laidengie Ne cuide jamais a nul fuer Amer le cuide de bon cur, Et celui qu'ele ot acusé A mout loiaument encusé Par raison et par droit de plait, Que il ne li ot rien mesfait. Si se desrainne tot ausi Con s'il fust venus devant li; Et si conmence a apeler: " Va, fait ele, pues tu noier Que par toi ne soit mors me sires? - Ce, fait il, ne puisse pas dire, Ains l'otroi bien. - Di donc por coi. Feïs le tu en mal de moi, Por haïne ne por despit? - Ja n'aie je de mort respit S'onques por mal de vos le fis. - Dont n'as tu rien vers moi mespris N'envers lui por n'as tu point de tort, Car s'il peüst, il t'eüst mort. Et por ce m'est avis que jei En ai mout bien le droit jugié. " Ensi par li meïme prove Que sens et drote raison i trove Qu'ele n'a enver li nul droit, S'ele a dit ce qu'ele voloit; Et par li meïsme s'alume Ausi conme li fus qui fume Et tant que li flame i est mise, Que nus n'i soufle ne atise. Et s'or venoit la damoisele, Ja desraineroit le querrele, Si'n ai esté mout laidoïe, Donc a tant plaidoiie esté. Et cele revint par matin, Si reconmence son latin La u ele l'avoit laissié. Et cele tint le cief baissié, Qui a mesfaite se savoit De ce que laidoïe l'avoit; Mais or li vaura amender; Del chevalier velt demander Le non, et l'estre, et le linage; Si s'umelie en son corage, Si dist: " Merchi crier vos vel Del grant outrage et de l'orguel Que je vos ai dit conme fole; Je m'en rendrai a vostre escole. Mais dites moi, se vos savés, Le chevalier donc vos m'avés Tenue en plait si longement, Ques est li hon et de ques gent? Se il est tex qu'a moi atainne, Ne que de par lui ne remaigne, Je le ferai, jel vos otroi, Signor de ma terre et de moi. Mais or le couvenrai si faire Que on n'en puist de moi retraire Et dire: " C'est qi cile qui prist Celui qui son signor ocist. " - Par ma foi, dame, ensi ert il. Signor avrois le plus gentil Et le plus franc et le plus biel C'ainques fust des le tans Abiel. - Conment a non? - Mesire Yvains. - Par foi, il n'est mie vilains, Ains est mout frans, je le sai bien, Il est fius le roi Urien. - Par foi, dame, vos dites voir. - Conment le porons nos avoir? - Dusqu'a .v. jors. - Trop tarderoit, Car ja, mon vul, tenus seroit. Viegne demain u anuit u ans. - Dame, ne cuic que nus oisiaus Peuist en .i. jor tant voler. Mais je le ferai ja mander: .I. mien garcon qui mout tost cort .I. ira bien dusc'a la cort Le roi Artu, au bien espoir. Au mais dusqu'a deman esoir, Car dusques la n'iert il trovés. - Trop est cis termes lons d'asés: Li jors est lons. Mais dites li Que demain au sor resoit ci. Et plus tos vait que il ne siut, Car se bien enforcier se vieut Fera de dex jornees une; En ceste nuit luira la lune, Si puet de la nuit faire jor, Et je li donrai au retor Ce que vaudra que je li doigne. - Sor moi laissiés ceste besoigne, Car nos l'arons entre nos mains Dusqu'a tierc jor, trestout le mains. Et entrementiers manderés Vos gens, si lor demanderés Consel del roi qui doit venir. Por la costume maintenir De vostre fontainne desfendre Conseil vos couvera tos prendre; Car ja n'i avera si haut Qui ja se vante qu'il i aut. Lors porés dire tot a droit Que marier vos couvenroit. Uns chevaliers mout alosés Vos demande, et vos ne l'osés Prendre se il nel loent tuit. Et ce pren ge bien en conduit, Itant les connois a mauvais, Que, por autrui carcier le fais Dont il seroient tuit cargié, Vos en iront caïr au pié Et si vos en merchieront, Car fors de grant paigne isteront. Car qui paor a de son unbre, S'il puet, volentiers s'en descunbre, D'encontre de lance u de dart, Car c'est felons jus a coart. " Et la dame respont: " Par foi, Ensi soit il! Jel vos otroi, Que ja l'avoie ja pensé Si que vos l'avés devisé, Et tot ausi le ferons nos. Mais ci por coi demourés vos? Alés! Ja plus n'i demourés! Si faites tant que vos l'aiés. Je m'en irai avec nos gens. " Ensi fina li parlemens. Cele faint qu'ele envoie querre Monsignor Yvain en sa terre, Se le fet chascun jor baignier, Et laver et aparillier; Et avoec ce li aparelle Robe d'escerlata vermelle, De vair freches a tote la croie. N'est riens que ele ne li acroie Qui couviegne a lui acesmer: Fremail d'or a son col fremer, Ovré a pieres presieuse, Qui fait les gens plus grasieuses, Et cainture et aumoniere Qui fu d'une chire saigniere; Bien l'a del tot apalilié. Et a sa gent ap a consillié: Ore est ve li me venus est li mesages Et a esploitié conme sages. " Coment, fait ele. Quant vendra Mesire Yvains? - Caens est ja. - Caens est il? Viegne donc ca tost, Celement et en repost, Entremetiers qu'o moi n'est nus. Gardes qu'i n'i viegne plus nus, Car je haroie mout le quart. " La damoisele s'en depar; S'est revenue tost ariere, Mes ne mostre mie la chiere Ne la joie que ele avoit, Ains dist que sa dame savoit Qu'ele l'avoit laiens gardé, Et dist: " Mesire Yvains, par Dé, N'i vaut mais riens nule celee. Tant est la chose avant alee Qui mout m'en blame et mout me het, Car ma dame la chose set, Et mout m'en en acoisonnee; Mais tel seürte m'a donnee Que devant li vos os mener Sans rien nule et sans nul grever. Ne vos grevera rien, ce croi, Fors tant que, mentir ne vos doi, Que je feroie traïson, Avoir vos viut en sa prison, Et s'i vult si avoir le cors Que li cuers ne soit mie fors. - Certes, fait il, ce vel je bien, Ce ne me grevera ja rien, Qu'en sa prison vul ge bien estre. - Si serés vos, par la main destre Dont je vos tieg! Or en venés, Mais a mon los vos contenés Si humlement devant sa face Que male prison ne vos face. Neporquant ne vos esmaiés: Ne cuic mie que vos aiés Prison qui trp vos soit grevainne. " La damoisele ensi l'enmaine; Si l'esmaie et raseüre, Par parole et par corverture, Que sans prison n'est nus amis, De la prison u il s'est mis; Por ce a droit prison le clainme Que nus n'est sans prison qui ainme. La damoisele par la main Enmainne monsignor Yvain, Si cuide il estre mal venus, U il sera mout cier tenus; Et se il crient n'est pas mervelle. Desus une quite vermelle Troverent la dame seant. Grant paor, je vos acreanc, Ot mesire Yvains a l'entree De la canbre, u il ot trovee La dame, qui ne li dist mot; Et por co grinnnor paor ot, Si fu de paor esbahis, Qu'il cuida bien estre traïs, Si s'estut log cele part la, Tant que la pucele parla Et dist: " .C. dehés ait la feme Qui mainne en canbre a biele dame Chevalier qui ne s'en aproche! Tant que il n'ait ne sens, ne boce, Ne se doit aprochir, ce sace. " A cest mot par le bras le sace, Se li dist: " En ca vos traiés, Chevaliers, et paor n'aiés De ma dame, qu'ele ne vos morde; Mais querés la pais et l'acorde, Et je reprierai por vos Que la mort Escladoc le Rous, Qui fu ses sire, vos pardoinst. " Maintenant mesire Yvains jont Se mains, et a genos s'est mis Et dist, conme vrais amis: " Dame, ja, voir, ne crieroie Merchi, ains vos merchieroie De quanques vaudrois de moi faire, Car riens ne me poroit desplaire. - Non, sire? Se je vos oci? - Dame, la vostre grans merchi, Car ja ne m'en orés dire el. - Ainc mais, fait ele, n'oï tel, Qui si vos metés a devise De tot en tot en ma francise En ce que je ne vos enfors. - Dame, nule force si fors N'est cunme cele, sans mentir, Qui me conmande a consentir Vostre voloir de tot en tot. Nule rien faire ne redoc Que il vos plaise a conmander, Et, se je pooie amender La mort u je n'ai rien forfet, Je l'amenderoie sans plet. - Conment? fait ele. Et or me dites, Si soiés de l'amende cuites, Se vos de rien me mefeïstes, Quant vos mon signor ocesistes. - Dame, fait il, por Diu merchi; Quant vostre sire m'asailli, Quel tort oi je de moi desfendre? Qui autrui viut ocire u prendre, Se cil l'ocist qui se desfent, Dites se de rien i mesprent. - Nenil, voir, qui l'esgarde a droit; Et je cuic que rien n'i vaudroit Quant fait ocire vos avroie. Et co mout volentiers savroie Dont cele force puet venir Qui vos conmande a contenir A mon voloir sans contredit; Tot ce et tos mesfais vos cuic, Mes sees vos, si me contés Conment vos fustes si dontés. - Dame, fait il, la force vint En mon cuer, qui a vos se tint, Qu'en cest voloir a mon cuer mis. - Quex cuer est ce, biaus dous amis? † - Dame, mi oil. - Et li oil, qui? - La grans biautés que en vos vi. - Et la biautés qu'i a forfet? - Dame, tant que amer me fait. - Amer? Et cui? - Vos, dame chiere. - Moi? - Voire voir. - En quel maniere? - En tel que graindre estre ne puet; En tel que de vos ne se muet Mes curs, ne que aillors ne truis; En tel aillors penser ne puis; En tel que tot a vos m'otroi; En tel que mius vos aim de moi; En tel, s'il vos plaist, a delivre, Que por vos vel morir u vivre. - Et oseriés vos enprendre Por moi ma fontainne a desfendre? - Oïl, voir, dame, vers tos honmes. - Bien saciés donc qu'acordé sonmes. " Ensi sunt acordé briement. Et la dame ot son parlement Devant tenu o ses barons Et dist: " De ci nos en irons En cele sale u les gens sont Qui loé et consillié m'ont, Por le grant besoig que il voient; Por ce baron prendre m'otroient. Et jel ferai por le besoig: Ici meïme a vos me doig, Car signor refuser ne doi Bon chevalier et fil de roi. " Or a la damoisele fait Quanqu'ele voloit entresait; Et mesire Yvains est tos sire, Plus que il n'ost penser ne dire, Car la dame avuec li le mainne En la sale, qui estoit plainne De chevaliers et de ses gens; Et mesire Yvains est si gens Qu'a mervelle tuit l'esgarderent, E encontre lui se leverent Et tuit saluent et enclinent Monsignor Yvain, et devinent: " C'est cil qui ma dame prendra; Mal dehé ait qui desfendra, Car mervelle sanle prodome. Certes, l'enpereres de Ronme Seroit en lui bien marie. Car l'eüst il ja afiee Et ele lui de main en main, Si l'espousat hui u demain. " Ensi parolent tuit en ranc. Au cief de la sale ot .i. banc U la da s'ala seoir, Si que tuit le porent veoir. Et mesire Yvains sanblant fist Qu'a ses piés asir se vausist, Quant ele l'en leva amont; Et de la parole semont Son senescal, que il lor die, Si qu'ele soit de tos oïe. Lors conmenca li senescaus, Qui ne fu ne retis ne baus: " Signor, fait il, guerre nos sort: N'est jors que li rois ne s'atort, De quanque il se puet haster, De venir nos terres gaster. Acois que la semainne past, Avera il tot mis a gast, Se bon mainteneor n'i a. Quant ma dame se maria, N'a pas .v. ans encor enclos, Si le fist ele par vo los. Mors est se sire, ce li poise. N'a or de terre c'une toise Cil qui tot cest païs tenoit Et que mout bien i avenoit; C'est grans dols que poi a vescu. Feme ne set porter escu Ne ne set de lance ferir; Mout amender et encierir Se puet de prendre .i. bon signor. Ainc mais n'en ot mestier grinnor. Loés li tuit que mari prenge, Ains que la coustume remaingne Qui en cest castiel a esté Sessante ans a en cest esté. " A cest mot dïent tuit ensanble Que ce bien a faire lor sanble. Et trestuit dusqu'al pié li vienent, De son voloir trestuit le tienent; Si se fait proier de son bon, Ausi con maleoit gré son, Otroie ce qu'ele feïst Se cascuns li contredeïst, Et dist: " Singnor puis qu'il vos siet, Cil chevalier qui les moi siet M'a mout proie et mout requise, En m'onnor et mon service Se viut metre, soie merchi; Et vos l'en merciés ausi. Onques mais, certe, nel connui, S'ai mout oï parler de lui: Si haus hon est, ce saciés bien, Conme fius le roi Urien. Sans ce qu'il est de haut parage, S'est est de si grant vaselage Et tant a ceutoisie et sen Que desloeer nel me doit l'en. De monsignor Yvain, je cuit, Avés bien oï parler tuit; Et c'est il qui ci me requiert. Plus haus hon est qu'a moi n'afier, Se a signor le me loera. " Tuit dïent: " Ja ne passera Cis jors, se vos faites que sage, Que n'aiés fait cest mariage, Car mout est faus qui se demoure De son preu faire .i. sole oure . " Tant li prieent que lor otroie Ce qu'ele feïst totevoie, C'Amors a faire li conmande Ce donc a faire consel demande; Mais a plus grant honnor le prent Quant c'es par le los de sa gent; Et les prieres rien ne grievent, Ains li esmuevent et soslievent Le cuer a faire son talent. Li cevaus qui ne va pas lent S'esforcent quant on l'esperonne; Voiant tos se barons se donne La dame a monsignor Yvain. Par le main de son capelain Prise a la dame de Landuc Mesire Yvains, le fille au duc Landucés, donc lor note .i. lai. Del jor meïsme, sains delai, L'espousa et furent les noces. Assés i ot mitres et croces, Car ma dame i avoit mandés .V. evesques et .vii. abés. Mout i ot joie et grant leece, Et gent cumune sans destrece, Plus que conter ne vos savroie Se lont tans pensé i avoie; Mius me vient taire que poi dire. Retour au sommaire
Arthur au chateau de Laudine Mes or est mesire Yvains sire Et li mors est tos oubliés; Cil qui l'ocist fust mariés; Il est sa feme ensanble gisent; Et les gens leent plus et prissent Le vif plus que le mort ne firent. A ces noces bien le servirent, Et durement dusqu'a la velle Que li rois vint a la mervelle De la fontainne et du peron, Et avuec lui tot si baron, Et trestuit cil de sa mainnie Erent en cele conpaignie; Uns trestout seus n'en fu remés. Et si disoit mesire Kes: " Et que est ore devenus Yvains, que il n'est ca venus, Qu'il se vanta aprés mangier Qu'il iroit son neveu vengier? Bien pert que ce fu aprés vin! Fuis s'en est, je le devin, Qu'il n'i osast venir por l'oil. Mout se vanta de grant orguel. Mout est hardis qui vanter s'ose De chose dont nus ne l'alose, Ne n'a tesmoig de la loenge Se ce n'est par fause losenge. Mout a este mauvés et preu, Car li mauvais selonc le feu Conte de soi les grans paroles, Si tient totes les gens a foles Et cuide que l'en nel connoisse. Et li preus avroit grant angoisse S'il ooit dire nes de lui Les proeces qui sunt en lui. Neporquant, certes, bien m'acort Al mavais, qu'il n'a mie tort S'il se prisse ne il se vante, Qu'il ne truve qui le desmente. S'il ne le dist, qui li dira? Tuit se taisent, nis li hira, Qui des vilains crie le ban Et les mauvais jete en .i. van. " Ensi mesire Kes parloit, Et mesire Gauvains disoit: " Merchi, mesire Kes, merci! Se messires Yvains n'est ci, Ne savés quel ensoinne ill a, C'onques tant, voir, ne s'avilla Qu'il desist de vos vilonnie, Tant con il a de cortoisie. - Sire, fait Kes, et je me tais, Ne m'en orés parler jamais, Des que je voi qu'il vos anuie. " Et li rois por veïr la pluie Versa de l'eve plain bacin Sus le peron, desous le pin; Et plut tantost mout fondanment. N'atarja mie longement Que mesire Yvains sans arest Entra aimés en la forest Et vint plus tost que les galos Sor .i. ceval et cras et gros, Fort et isnel et tost alant. Et mesire Kes ot talent Qu'il demanderoit la bataille, Quar que en fust la definaille, Il voloit conmencier tosjors Les batailles et les estors U il en eüst grans courous. Le roi en apiele, oiant tos, Que ceste bataille li lest. " Kes, fait li rois, des qu'il vos plait Et devant tos l'avés rovee, Ne vos doit pas estre vee. " Kes l'en mercie et puis si monte. S'or li puet faire .i. poi de honte Mesire Kes, liés en sera Et mout volentiers li fera. Yvains le recunnut as armes; L'escu a pris par les enarmes Et Kes le sien, si s'entrelaissent, Cevaus corans, et lances baissent Que il tenoient enpuignies; .I. petit les ont abasies Tant que par les quemois les tienent, E en ce que il s'entrevienent, De tex cols ferir s'angoisierent Que les lances andex froissierent Et vont dusques es puins froisant. Mesire Yvains colp si pesant Li donna que par son la siele A fait Kes la torneboiele Et li haumes en terre fiert. Plus d'anus faire ne li quiert Mesire Yvains, ancois descent A la terre et le ceval prent. S'en fu mout biel a teus i ot; Assés i ot qui dire sot: " Ahi! ahi! conm or gisiés, Vos qui les autres despissiés! Et neporquant s'est il bien drois Que on li pardoist ceste fois, Car onque mais ne li avint. " Atant devant le roi en vint Mesire Yvains, et par le frain Mena le ceval par le main, Por ce que il li voloit rendre. " Sire, fait il, or faites prendre Cest ceval, car je mesferoie Se point del vostre retenoie. - Et qui estes vos? fait li rois. Ne vos connoiterai de mois Se desarmé ne vos veoie U se nonmer ne vos oioie. " Lors s'est mesire Yvains nonmés; S'en fu Kes de dol asunmés Et mas et mors et desconfis, Qui dist qu'il s'en estoit fuis. Et li autre mout liet en sont, Et de sa honte joie font. Neïs li rois grant joie en a; Et mesire Gauvains en a .C. tans plus grant joie que nus, Car sa conpaignie amoit plus Que conpaignie qu'il eüst A chevalier qu'il conneüst. Et li rois li requier et priee Que, se lui plaist, que il li die Conment il avoit esploitié, Car mout avoit grant couvoitié De l'oire et mout li conjure Que il li die s'aventure. Et il li a trestout cunté Et l'aventure et le bonté Que la damoisele li fist, C'onques de mot n'i entreprist, Ne riens nule n'i oublia. Et enaprés le roi pria Que il et tuit si chevalier Venissent o lui herbergier, Qu'ennor et joie li feroient Se o lui herbergier aloient. Et li rois li dist volentiers Li feroit, .vii. jors tos entiers, Honnor et joie et cortoisie. Et mesire Yvains l'en mercie, Ne de demoure plus n'i font, Maintenant montent, si s'en vont Vers le castiel la droite voie. Et mesire Yvains le convoie Devant lui tost .i. escuier, Qui portoit .i. faucon muier, Por ce que il ne soupresisent La dame et que ses gens feïssent Contre le roi les maisons bieles. Quant la dame oï les nouvieles Del roi qui vint, mout a grant joie. N'i a nul qui la nouviele oie, Qui n'en soit liés et qui ne mont. Et la dame les en semont Et prïent qu'encontre lui voisent; Et il ne crïent ne ne noissent, Car de faire sa volenté Estoient tuit entalenté. Encontre le roi de Bretaingne S'en vont sors grans cevaus d'Espaingne, Si saluent mout hautement Le roi Artu premierement Et puis sa conpaignie tote: " Bien viegne, font il, ceste route Qui de tant prodonmes est plainne. Et beneois soit qui les mainne Et qui si bons hoste nos done. " Contre le roi li castiaus sonne De la joie que on li fait. Li drap de soie sunt fors trait Et estendu et el pavemet, Et des tapis font parement Et par les rues les estendent Contre le roi que il atendent; Et si refont autre aparel: Contre le calor del soleil Couvrent les rues des cortines. Li saint, li cor et les buisines Firent le castiel resonner Que on n'i oïst pas tonner. Contre lui sonnent les puceles, Et lor timbres et lor vieles, Flahutes, tabletes et tabors; D' autre part refont lor labor Li legier baceler qui salent; Trestuit de joe se travaillent, Et a ceste joie recoivent Le roi, ensi que faire doivent. Et la dame rest fors issue, D'un drap enperial vestue, Robe d'ermine tote fresche, Sor son cief .i. gallandesche Tote de rubis atiree; N'en n'ot mie la ciere iree, Ains l'ot si sage et si riant Que ele estoit, mien ensiant, Plus biele que nule ducesse. Entor li fu la presse espesse Et disoient trestout a tire: " Bien viengne li rois et li sire Des rois et des signors del monde! " Ne puet estre qu'a tos responde Li rois, qui vers lui voit venir La dame a son estrié tenir. Et ce ne vost il pas atendre, Einz se haste mout de descendre; Si descendi lués qu' il la vit, Et ele le salue et dit: « Bien veigne, par cent mile foiz, Li rois mes sire, et beneoiz Soit messire Gauvains, ses niés. - Et vostre cors et vostre chiés, Fet li rois, bele criature, Ait joie et grant boene aventure! » Puis l' enbraça parmi les flans Li rois, come cortois et frans, Et ele lui tot a plain braz. Des autres parole ne faz Comant ele les conjoï, Mes onques mes parler n' oï De nes une gent tant joïe, Tant enoree et tant servie. De la joie assez vos contasse Se ma parole n' i gastasse. Mes seulemant de l' acontance Voel feire une brief remanbrance Qui fu feite a privé consoil Entre la lune et le soloil. Savez de cui je vos voel dire? Cil qui des chevaliers fu sire Et qui sor toz fu reclamez Doit bien estre solauz clamez. Por monsignor Gauvain le di, Car de lui est tot autresi Cevalerie enluminee Cun del solel, li ajornee, Ovre ses rais et clarté rent En tos les lius u il s'espant. Et de celui refait la lune Dont il ne puet estre que une, Qui par nuit luist et resplendie, Et neporquant je ne di mie Solement por le bon renon, Mais por ce que Lunete a non. La damoisele ot non Lunete Et bien saciés qu'ele fu brete, Tres sage et viseuse et cointe. A monsignor Gauvain s'acointe, Qui mout l'ainme et mout le prise, Et por ce le clainme s'amie Qu'ele avoit de mort garati Son conpainon et son ami, Et ouvre mout son servise. Et ele li conte et devise A con grant painne ele conquist Sa dame, que ele presist Monsignor Yvain a mari, Et conment elle le gari Des mains a ceus qui le queroient: Entr'ex estoit, si nel veoient! Mesire Gauvains mout s'en rist, De ce qu'ele li conte et dist: " Ma damoisele, je vos doing Et a mestier et a besoig Un tel chevalier con je sui; Ne me cangiés ja por autrui, Se amender ne vos cuidiés; Je sui vostre, et vos soiés D'or en avant ma damoisele. - Vostre merchi, sire ", fait ele. Ensi cist dui s'entracontierent, Li autre s'entredonoierent, Que bien en i ot tex nonante Que cascune estoit pros et gente Et noble et cointe et biele et sage, Damoisele de haut parage; Si se pooient soulacier Et d'acoler et d'enbracier Et de porter car au marchiet Et de parler et de veoir Et de dalés eles seoir, Itant en eurent il au mains. Or ot feste mesire Yvains De roi, qui aveuc lui demore; Et les dames mout les ennuere, Cascun par soi et tos ensanble, Que tel fol i a qui i sanble Que d'amors viengnent li atrait, Por le sanblant qu'ele lor fait. Et tel puet l'en por fol clamer Qui cuident c'on les veille amer Quant .i. dame est si cortoise Que vers maleuerés adoise, Se li fait joie et si l'acole; Fox est liés de biele parole, A grant joie ont lor tans usé Si l'a fait mout avisé, Trestote la semainne entiere: Deduit de bos et de riviere Ne li faut qui le fait avoir; Et qui la terre vuelt savoir Que mesire Yvains ot conquise Et la dame que il ot prise, Si se repuet aler esbatre U .v.liues u trois u quatre, Par le castel et par le tor. Quant li rois ot fait son ator Tant qu'il ne vaut plus demorer, Si a fait son oire aprester. Mais il avoient la semainne Trestuit proié et mis en painne, Au plus qu'il se porent pener, Que il en peüssent mener Monsignor Yvain aveuc eus. " Conment! Seriés vos de ceus, Ce li dist mesire Gauvains, Qui por lor femes valent mains? Honis soit de sainte Marie Qui por enpirier se marie! Amender doit de biele dame Qui l'a a amie u a feme, Et n'est pas drois que on le plaint Quant ses pris et ses los remaint. Certes, encor serois iriés Se por s'amor es enpiriés; Car feme a tost s'amor reprise, Ne n'a pas tort, s'ele desprise Celui qui por s'amor enpire, Quant il est del roiaume sire. Or primes doit vostre pris croistre. Ronpés le frain et le chevestre, S'irons tornoier moi et vos, Que l'en ne vos apiaut jalos. Or ne devés vos pas songier, Mais les tornoiemens cerkier, Enprendre estors, souvent joster, Que que il vos doie coster. Asses songe ki ne se muet! Certes, venir vos i estuet, Car je serai en vostre ensaingne. Or gardés qu'en vos ne remainne, Biaus conpains, vostre conpaignie; En moi ne remanra il mie. Mervelle est conment om n'a cure De leece qui tosjors dure. Bien en devroit par delaier, Et puis est buens a essaier Uns petis biens, quant il delaie, C'uns grans con l'en adiés asaie. Joie d'amor qui vient a tart Sanble le vert buche qui art, Qui dedens rent si grant calor Et puis si dure sa valor Con plus se tient a alumer. On puet tel chose acostumer Ki mout par est griés a retraire; Et quant on viut, nel puet on faire. Et por ce ne le di je mie, Se j'avoie si biele amie Con vos avés, biaus dos amis! Foi que doi Diu et Saint Denis, Mout a envins le laisseroie. Mein ensiant, faus en seroie. Mais tex consele bien autrui, Qui ne set pas consillier lui, Ausi con li pecceor Qui sunt desloial leceor, Qui ensaignent l autrui le bien Et si n'en veulent faire rien! " Mesire Gauvains tant li dist Et ceste cose tant li quist Qu'il li creanta qu'il iroit, Mes a sa dame le diroit S'il en pooit congié avoir; U face folie u savoir, Ne lairai que congié ne prenge D'aler tornoier en Bretaigne. La dame en a a conseil traite, Qui del congié pas ne se haite, Et se li dist: " Ma doce dame, Vos qui estes mes curs et m'ame, Mes cuers, ma joie, ma santés, Une chose me creantés, Por vostre honnor et por la moie. " La dame tantost li otroie, Qu'il ne set qu'il viut demander Et dist: " Biaus sire, conmandes Me poés quanques bon vos ert. " Maintenant congié li requier Mesire Yvains, de convoier Le roi et d'aler tornoier, Que l'en ne m'apiaut recreant. Maintenant dist: " Je vos creant Le congié dusqu'a .i. termine. Mais l'amors devenra haïne, Que j'ai en vos, cers en soiés, Certes, se vos le vos le trespassiés, Le termine que je dirai; Saciés que ja n'en mentirai. Se vos mentés, je vos di voir. Se vos volez m'amor avoir Et de rien nule m'avés chiere, Pensés de revenir ariere, A tot le mains dusqu'a .i. an, .VIII. jors aprés se Sant Jehan; Hui, cest jor, en sunt les utaves. De m'amor serois mas et aves, Se vos n'estes jusqu'a cel jor Caens aveuc moi a sejor. " Mesire Yvains pleure et souspire Si fort qu'a painnes le puet dire: " Dames, cis termes est mout lons. Se je pooie estre colons Tote les fois que je vaudroie, Mout sovant avoec vos seroie. Et Diu prie que, se lui plaist, Ja tant demourer ne me laist. Mes tes cuide mout tost venir Qui ne set qu'et a avenir. Et je ne sai que avendra Ne s'ensoigne me reteinra De malage ne de prison; S'avés fait de tant mesproison Que vos n'avés mise defors Seviax l'ensoigne de mon cors. - Sire, fait ele, jet l'i met; Et neporquant je vos promet Que, se Dius de mort me desfent, N'esoines et nule atant † Por coi vos souviegne de moi. Mais or metés en vostre doi Cest mien aniel, que je vos prest; Et de la piere quex ele est Vos dirai je tot en apert: Prison nel tient ne sans ne pert Nus amans verais ne loiaus, Ne avenir ne li puet maus, Mes qu'il le port et cier le tiegne Et de s'amie li souviengne; Ancois vos ert escus et fers. Il vos ert escus et habers Ne ainc mais voir a chevalier Ne le vauc prester ne baillier. " Retour au sommaire
La folie d'Yvain Or a mesire Yvains congié " Mais par ceste le vos doins je. " S'a mout plouré au congié prendre. Et li rois ne vaut plus atendre Por rien que dire li seüst, Ains li tarde que l'en eüst Tos les palefrois enfrainnés, Aparilliés et amenés. Des qu'i le vaut, mout fu tos fait; Li palefroi li sunt fors trait, Ne n'i a mais fors de monter. Ne sai qui vos doie couster, Conment mesire Yvains s'en part, Et des baissiers qu'i li depart, Qui furent de larmes semé Et de dols regars abasmé. Et del roi, que vos conteroie, Comant la dame le convoie Et li senescax autresi Et les puceles autressi? Trop i feroie grant demoure. La dame, por ce qu'ele ploure, Pria li rois de remanoir Et de raler a son manoir; Tant li pria qu'a mout grant painne S'en torna, et sa gent enmaingne. Mesire Yvains, mout a evis, S'es de la dame departis, Et si que li cuers ne se muet. Li rois le cors mener en puet, Mais del cuer ne menra il poit Car si se tint et si se joit Au cuer celi qui la remaint Qu'il n'a pooir que il l'enmaint; Des que li cors est sans le cuer, Dont ne puet il vivre a nul fuer; Et se li cors sans le cuer vit, Tes mervelles nus hon ne vit. Ceste mervoille est avenue Qu'il a la vie receüe Sans le cuer, qui estre i soloit, Car plus sivier ne le pooit. Li cuers a bonne repentance Et li cors est en esperance Del retorner a cuer ariere; Si fait curs d'estrange maniere De l'esperance mout souvent, Traïst et fause mout souvent. Ja, je cuic, vivre ne savra Qu'esperance traï l'avra; Car se il .i. sol jor trespasse Del terme qu'il a mis a masse, Mout a envis trouvera mes En sa dame trives ne pais. Je cuic qu'il s'en departira, Car departir ne s'osera Mesire Gauvains d'avuec lui. Car au tornoi en vont andui Par tos les seus u un tornoie. Et li ans passe totevoie, Sel fist si bien mesire Yvains Tot l'an et mesire Gauvains Se penoit de lui honnerer. Et si le fist trop demourer Que trestos li sans fu passés Et puis aprés de l'autre assés, Tant que la mi aoust avint Et li rois cort a Cestre tint. Et furent la velle devant Revenu del tornoiement U mesire Yvains ot esté, Se ot tot le pris aporté. Et dist li contes, ce me sanble, Li conpaignon andui ensanble Ne vaurent en vile descendre, Ains fisent lor pavillon tendre Fors de la vile et la cort tindrent, Onques a cort de roi ne vinrent, Ains i vint li rois a la lor, Qu'avuec euls furent li millor Des chevaliers et tot li plus. Entr'eus estoit li rois Artus, Quant mesire Yvains conmenca Tant a penser que tresqu'en ca Que a sa dame ot gié pris, Ne fu si de jurer soupris Cum de celi, car bien savoit Que couvent menti li avoit Et trespassés trestous les termes. A grant painne tenoit ses lermes, Mais honte li faisoit tenir. Tant pensa que il vit venir .I. damoisele a droiture, Qui venoit si grant aleuure Sor .i. vair palefroi anblant; Devant le palefroi descent, Que nus ne vint a son descentre Et nus n'ala son ceval prendre. Et lués que ele pot veoir Le roi, si laisa jus caïr Son mantiés, et desafublee En est el pavillon entree Et tres devant le roi venue; Si dist que sa dame salue Le roi et monsignor Gauvain Et tos les autres, fors Yvain, Le desloial, le traïtor, Le menjungier, le gaingleor, Qui l'a saisie et deceüe; Bien a sa gaingle aperceüe, Qu'i se faisoit loial amere, S'est faus et desloial et lere. " Ma dame a cis lere decute, Qui n'en estoit fause ne cuite, Et ne quidoit pas, a son cuer, Qu'il le dust enbler a nul fuer. Cil n'enblent pas les cuers qui ainment, Si a tex qui larons les clainment, Qu'en amor vont si con volant, Cil n'en sevent ne tant ne quant. Li amis prent le cuer s'amie Et si que ne l'enbleroit mie, Ains se garde que ne li enble Larron qui prodonme resanble; Cist sunt larron et ypocrite Et traïtor, qui mainnent luite As cuers enbler dont ne lor caut; Mes li amis, quel part qu'il aut, Le tient cier et si le raporte. Mes Yvains a ma dame morte, Qu'ele cuidoit qu'il li gardast Son cuer et qu'il li raportast Ancois que fust passés li ans. Yvains, mout fu or oublians Quant il ne te pot souvenir Que tu deüsses revenir A ma dame jusqu'a .i. an; Jusques la feste Saint Jahan Te donna ele le respit; Et tu l'eüs en tel despit Qu'aincques puis ne te ramenbra. Ma dame en sa canbre painte a Trestos les tans et tous les jors, Car qui ainme est en grant trespens, N'onques puis ne dormi bon sonme, Mes tote nuit conte et asumme Les jors qui passent et qui vont. Se tu ses que li amant font, Conte le tans et la saison. N'est pas venue sans raison Sa conplainte ne devant jor, Si ne di ge riens sans clamor, Mes itant que traï nos a Qui a ma dame t'espousa. Yvains, n'a mais cure de toi Ma dame, ains te mande par moi Que envers li pas ne reviegnes Et son aniel pas ne retiegnes. Par moi, que tu en present vois, Te mande que tu li envois: Rent li car rendre li estuet. " Yvains respondre li estuet ne li puet, Car sens et parole li faut; Et la damoisele avant saut, Se li auste l'aniel del doi; Puis ses conmande a Diu, le roi Et tos les autres, fors que lui, Qu'ele laist en mout grant anui. Et ses anuis adiés li croist: Quanque il voit tot li envoit Et quanqu'il voit tot li anuie; Mis se vauroit estre a la fuie Tos seus en si sauvages teres Que l'en ne le seüst u querre, N'onme ne feme n'i eüst Ne nul qui de lui rien seüst Nient plus que s'is fust en abisme. Nul ne het tant que lui meïsme Ne ne set conment se confort De soi, qu'il meïsmes a mort. Mais ains vaudra le sens cangier Que il ne se puisse vengier De soi, a cui joie a tolue. D'entre les barons se remue, Qu'il cuide estre essir dou sens; Mais de ce ne se garde l'en, Si l'en laissent tot seul aler: Bien sevent que de lor parler Ne de lor siege n'a il soig. Tant s'en va tant qu'il viunt bien loig Des tentes et des pavillons. Lors li esmuet un torbillon El cief, si grans que il forsenne; Lors se desciere et se depane Et fuit par cans et par arees, Et laisse ses gens esgarees, Que s'esmervellent u puet estre: Querant le vont par trestout l'estre, Par les osteus as chevaliers Et par haies et par vergiés; Le queroient plus la u n'iert pas. Et il s' an vet plus que le pas Tant qu'il trova enmi .i. sart Un garcon qui tenoit .i. arc Et .v. saietes barbelees Qui mout erent trencans et lees. Tant ot de sens que au garcon Est alés tolir son arcon Et les saietes qu'i i sunt tenoit. Por ce mains ne li souvenoit De rien nule que il ot faite. Les bietes par le bois agaite, Si les ocist; et puis menjue La venison trestoute crue. Et tant conversa el boscage, Conme hon forsenés et sauvages, Une maison a .i. hermite Trouva mout basse et mout petite; Et li ermites esracoit. Quant vit celui qui nus estoit, Bien puet savoir, sans nul redois, Qu'il n'avoit mie le sens tot; Et ce que nus ert, bien le sot, Que de la paor que il out Se muca en sa maisonete. De son pain et de l'eve nete Par carité prist li bons hon, Li mist fors de sa maison Desus .i. maison fenestre estroite. Et cil vint la qui mout couvoite Le pain, puis le prent et s'i mort; Ne cuic que onques de si fort Ne de si aspre eüst gouté; N'avoit mie .v. sols cousté Li sestiers dont fu fais li pains, Car plus ert aigres que levains, D'orge prestri atot le paille; Atot ice estoit sans faille Moisis et ses plus conme escorce. Mais l'angoisse et li fains l'esforce Tant que tout peu li sot li pains, Que tos mengiers est saule et fains Bien destempree et bien confite. Tant manja dou pain a l'ermite Mesire Yvains, que bon li sot; Et but de l'iaue froide au pot. Quant mangié ot, si se refiert Et el bois, bisses et cers quiert; Et li bons hon dedens sen toit Prie Diu, quant aler l'en voit, Qu'il l'en desfende et qu'il le gart Que mais ne viegne ceste part. N'en est riens, tant poi de sens ait, Que el liu u on bien li fait Ne reviegne mout volentiers. Puis ne passa uns jors entiers, Tant con il fu en cele rage, Que aucune bieste sauvage Ne li aportast a son huis. Puis mena cele vie puis, Et li bons hons s'entremetoit De l'escorchier, et si metoit Adiés de la venison cure; Et le pain et l'eve et lij buiere Estoit tosjors a la fenestre Por l'onme forsené repaistre; S'avoit a mangier et a boire Venison sans ses et sans poivre Et eve froide de fontaine. Et li bons hon ert en grant painne Des cuiers vendre et d'acater pain D'orge u d'avainne u d'autre grain. S'ot puis cascun jor a bandon Pain a plenté et venison Que li dura tant longemant C'un jor le troverent dormant En la forest .iii. damoiseles Et une leur dame avuec eles De cui il meïsmes estoitent. Vers l'onme, u qu'eles le voient, Cort et descent l'une des trois; Mais mout le regarda ancois Que riens nule sor lui veïst Qui reconnoistre li feïst; Si l'avoiet ele tant veü Que bien l'eüst reconneü S'il fust vestis de rice ator Cum il avoit esté maint jor. Al reconnoistre mout tarda Et totesvoies regarda Tant qu'a la fins li fu avis D'une plaie qu'il ot el vis; Q'une tel plaie el vis avoit Mesire Yvains, bien le savoit, Sor lui l'avoit souvent veü. Par la plaie l'a conneü, Que ce est il, car rien ne doute; Mais de ce s'esmervelle tote Conment ce li est avenu Quant le trove povre ne nu. Mout se sainne mout s'esmervelle; Mais ne le boute ne esvelle, Ains prent le ceval, si remonte Et vient as autres, si lor conte S'aventure tot en plorant. Ne sai qu'alaisse demourant Ne contant le dol qu'ele fist; Mais plourant a sa dame dist: " Dame, jo ai Yvain trouvé, Le chevalier bien esprové Del monde et le mius entecié; Mais je ne sai par ques pecié Est au franc honme mescheü; Espoir, il avoit dol eü Qui le faisoit si demener, Que on puet de dol forsener; Et veoir et cuidier puet l'en Que il n'est pas bien en son sen; Ne ja voir ne li avenist Que si viument se contenist Se il n'eüst son sens perdu. Car li eüst or Dius rendu Le sens au mius que il l'ot unques Et puis si li pleüst adonques Qu'il remansist en vostre aieu! Car trop nos a mal envaïe Li quens Aliers, qui nos guerroie. La gurre volentiers verroie A vostre grant honor finee Si Dius si bonne destinee, Se Dius le sens en li meïst Et qu'en son sens il remansist A vostre aïe, a cest besoig. " La da dist: " Ja n'ai je soig, Car certes, s'il ne s'enfuit, A l'aïde de Diu, je cuit, Li osteron nos la de la teste La rage et tote le tenpeste. Mais tost aler nos en couvient, Car d'un ongement me souvient Que me dona Margue la sage; Et si me dist que nule rage N'est en teste, que ele n'ost. " Vers le castiel en vont tantost; Il ert pres qu'el n'i avoit pas Plus de demie liue, non pas As liues qui el païs sunt, Car a mesure nes sunt De deus une et de quatre deus. Yvains remest dormant tous seus, E cele vet l'ongement querre. La dame .i. sien escrin desserre, S'en trait la boiste et se li carje Et la damoisele trop large,† Si li prie mout et castie Que l'ongement, ne tarde mie, Fors es temples et el front onge, Aillors point metre n'a besoigne, Et le remanant bien li gart, Qu'il n'at point de mal d'autre part Fors que seulement el cervel. Robe vaire et cote et mantiel Li fait porter, de soie en grainne. Se li porte et si li amainne Un palefroi mout bon en destre, Et aveuc ce i met del suen: Cemise et braies bien taillies, Et cauces noires, bien delies. Atot ice, tantost s'en va; Encore dormant le trouva La u ele l'avoit laisié. Les cevaus met en .i. plaissié, Ses atace et lie mout fort, Si s'en va a celui qui dort, Atot les dras et l'ongement, Et si fait mout grant hardement Que del forsené tant s'aproce Que ele le manoie et atoce; Et prent l'ongement, si l'en oint Tant qu'en la boiste en i ot point, Car sa garison tant couvoite Que de l'oindre partot esploite; Si le met partot trestout en despense, Car ne li caut de la desfense Sa dame, que ne l'en souvient. Plus en i met qu'il ne couvient Mais bien, ce li est vis, l'enploie: Les tenples et le front li froie, Et tot le cors dusqu'a ll'ortiel, A la grant force del soleil, Les tenples et trestout le cors Que del cerviel li gete fors La rage et le melancolie. Mais del cors oindre fu folie, Qu'il ne li estoit nus mestiers. S'il en i eüst .i. sestier, Se eüst ele ens, ce quit. La boite prent et si s'enfuit, Si s'est vers le ceval repote; Mais de la roube mie n'oste, Qu'il cuide que Dius la li envoie Et qu'aparillie la voie Et qu'il la prenge, si la veste. Devers .i. grant cainne s'areste Tant que cil ot dormi assés Et fu garis et respassés Et ot son sens et son memore. Mais ne se muet conme uns ivoires, S'a grant honte, et grinnor eüst Se il l'aventure seüst, Mais n'en set mot que nus s'estue. Devant lui voit la robe nueve, Si s'esmervelle a grant mesure Comant et par quel aventure Cele robe estoit la venue; Mais de sa car que il voit nue Est trestos mas et esbahis, Et dist qu'il est mors et traïs Se ensi la le trouve nu Nus qui ja l'eüst conneü. Et totesvoies si se viest Et regarde par le forest S'il verroit nule ame venir. Lever se cuide et retenir, Mais ne puet tant qu'aler s'en pusse. Mestiers li est qu'aïe truise Qui li aiut et qui le maint, Car si l'a li grans maus ataint Qu'a painnes puet sors piés ester. Et mais n'i vuelt plus demourer, Car la damoisele est montee Et si est dalés lui passee, Ausi con s'ele nel seüst. Et cil, qui grant mestier eüst D'aïde, ne li calust quel, Qui l'en menast jusqu'a l'ostel Tant qu'il revenist en sa force, De li rapieler mout s'enforce. La damoisele fait ausi, Vait regardant environ li Con s'ele ne sache qu'ele a. Et cil l'apiele et ca et la, Que droit vers li ne velt aler. Si la conmence a rapieler: " Damoisele, de ca, de ca! " Et la damoisele adreca Vers lui son palefroi anblant. Cuidier li fist par tel sanblant Qu'ele de rien de lui ne savoit N'onques mais veü ne l'avoit; Et sens et cortoisie fist. Devant lui vint et se li dist: " Sire chevaliers, que avés, Qui a tel besoigi m'apiele? - A! fait il, damoise sage, Trovés me sui en cest boschage, Je ne sai par quel mescheance. Por Diu et por vostre creance Vos pri qu'em cor gueredons Me prestés u donés un don: Cest palefroi que vos menés. - Volentiers, sire, mes tenés Ca avuec moi la u je vois. - Quel part? fait il. - Hors de cest bois, Dusqu'a .i. castiel ci selonc. - Damoisele, or me dites donc Se vos avés mestier de moi. - Oïl, fait ele, mais je croi Que vos n'iestes mie bien sains; Jusqu'a .i. an a tot le mains, Vos couvera a sejor estre; Le ceval que je maing en destre Prendés, s'alons dusqu'a ostel. " Et cil, qui ne demandoit el, Le prent; lors monte, si s'en vont, Et tant qu'il vienent a .i. port, Dont l'eve estoit noire et bruians. Et la damoisele rue ens Le boiste qu'ele porte wide; Ensi vers sa dame s'acuite De son ongement escuser, Qu'ele dira que au passer Del pont ensi li mescheï Que la boiste en l'ave chaï: Por ce que sous li acoupa Ses palefrois, li escapa Des puins en l'eve et a bien pres Que ele ne caï aprés, Mais adoc fust la perte grandre. Ensi velt la parole faindre Quant devant sa dame ert venue. Ensanble ont lor voie tenue Tant que au castiel sunt venu; Et li dame a bien receü Monsignor Yvain bonnement; Et la boiste et son ongement Demanda a sa damoisel, Mais ce fu sol a sol; et cele Li a le mencoinne retraite, Si grant con ele l'avoit faite, C'onques el ne li osa dire. S'en ot lame mout grant ire Et dist: " Ci a mout laide perte, Et de ce sui je tote certe Qu'ele n'iert jamais recouvree. Puis que la chose est si alee, Se n'i a fors del conforter. Tel eure cuide on desirer Son bon c'on desire son mal, Si con j'ai fait de cest vasal: S'en cuidoie grant joie avoir, Si ai perdu de mon avoir Tot le millor et le plus cier. Neporquant mout vos veill proier De lui servir sor tote rien. - Ma dame, or dite vos mout bien, Que ce seroit mout vilains geus Qui d'un damage feroit deus. " Atant de la boiste se taissent; Et monsignor Yvain aaissent De quaques eles puent et sevent; Se le baingnent et son cief levent, Sel font gentement rouingnier, Car on li pooit rouignier La barbe jusque sus la face. Ne velt cose que on ne li face: S'il velt armes, on li atorne; S'il velt cevax, on li sejorne; Se le vit l'en fel et hardi. Retour au sommaire
Yvain combat le comte Alier Tant sejorna qu'en .i. mardi Vint au castiel li quens Aliers A sergans et a chevaliers, Et misent et prisent les proies. Et cil dou castier totesvoies Montent et d'armes se garnissent; Quant sunt armé, adonc s'en issent Tant que le coreors ataignent Qui por eus fuir ne se daignent, Ancois les atendent le pas. Mesire Yvains se fiert el tas, Et tant a esté sejornés Que en sa force est retornés; Si feri par si grant vertu .I. chevalier sor son escu Qu'il mist en .i. mont, ce me sanble, Chevalier et ceval ensanble; Onques puis cil ne releva, Car le cuer el cors li creva Et fu parmi l'escine frais. .I. petit s'est ariere trais Mesire Yvains, et si receuvre; Trestout de son escu se cuevre Et point por le parc delivrer. Plus tost que on ne puist nonmer Et .i. et .ii. et .iii. et quatre La li ist on tost abatre Plus tost et plus menuement Quatre chevaliers erraument. Et cil qui avec lui estoient Por lui grant hardiment prendoient; Car teus a povre cuer et lasque, Quant voit prodonme qui entaske Devant lui .i. grant besoigne, Tantost en a honte et vergoinne; Li courent sus, si je fors Le povre cuer qu'il a el cors, Se li donne soudainnement Cuer de prodonme et hardiment. Ensi sunt cil devenu prou, Si tint cascuns mout bien son ju leu, As lances trencans, en l'estor. Et la dame fu es castiel en la tor De son castiel montee en haut, Si vit la mellee et l'asaut Au pas desrainnier et conquerre, S'en voit assés gisant a terre Des afolés et des ocis, Des suens et de ses anemis, Mais plus des autres que des suens. Car li cortois, li preus, li bons, Mesire Yvains trestot ausi Les faisoit venir a merchi Con fait li faucons la cercele. Et disoient et cil et celes Qui el castiel remés estoient, Qui les batailles esgardoient: " Hahi! Con vaillent saudoier! Con fait ses anemis proier! Con faitement il les requiert! Con faitement entr'ex se fiert Ausi con li lions les dains Quant le cage et angoisse fains. Trestuit vostre chevalier En sunt plus hardi et plus fier, Car ja, se par lui sol ne fust, Lance brisie n'i eüst N'espee traite n'i eüst. Msin doit on amer et cierir Un prodome quant l'en le trove. Veés ore con il se pruve, Veés con il si tint el reng; Veé lle tot couvert de sanc, Sa lance et s'espee nue; Vees conment il se remue, Vees conment il les amases, Con il lor vient, con il lor passe, Cun il guencist, conme il lor torne! Et con petit il lor sejorne Et poi demoure en son retor; Veés con il va par l'estor, Conme il a poi son escu cier, Con il le laisse detrencier; Ne pitié n'a ne tant ne quant, Mais nos le veons mout en grant Des caus rendre que on li donne. Que de trestot le bois d'Argonne Li avroit fait lances, je cuit, N'en aroit il nule anquenuit, Car il n'en puet tant metre en fautee Con il pecoie et demande autre. Or esgardés conment il fait De l'espee quant il le trait! Onques ne fist si grant essart Rollans sor Turs, de Durendart, En Rainscevax ne en Espaigne. Se il eüst en sa conpaigne Auques de si bons conpaignons, Li fel de cui nos nos plainnons S'en alast ancui desconfis Ou il remansist tos honnis. " Lor dïent que bon seroit nee Cui il aroit s'amor donnee, Qui si est as armes poissans Et deseur tos reconuissans, Si con cierges entre candelles Et la lune sue les estele Et li solaus desor la lune; Et de cascun et de cascune A si les cuers que tuit vaudroient, Por la proece qu'en lui voient, Que il eüst la dame prise, Si fust la terre en sa justice. Ensi tot et totes disoient Dou chevalier, dont voir disoient, Car ceus de la a si atains Que il s'enfuient qui ains ains; Mais il les encauce si pres Et si conpaignon tot aprés, Que par lui sunt ausi seür Con s'il fuissent enclos de mur Haut et espés de piere dure. La chace si longement dure Tant que il de fuir estancent; Cil qui les cacent les detrencent Et lor cevax lor esboielent. Li vif desor les mors roielent, Si s'entrefoulent et ocïent Et laidement se contralïent. Et li quens tot adiés s'enfuit, Et mesire Yvains le conduit, Que de lui sivir ne se faint; Tant le cace que il l'ataint Au pié d'une ruiste montee, Et ce fu mout pres de l'entree D'un buen recet qui estoit suens. Illuec fu retenus li qens, Conques riens ne li pot aidier; Et sans trop longement proieir An prist la foi messire Yvains, Que, des que il le tint as mains Et il furent sol per a per, N'i ot noient de l'escaper, Ne del guenchir ne del desfendre, Ains le plevi qu'il s'iroit rendre A la dame de Noirreson. " Si vos metés en sa prison Et ferés plait a sa devise. " Et quant il en ot la foi prise, Se li fist son cief desarmer Et l'escu de son col oster, Et l'espee li rendi nue. Ceste honors li est avenue Qu'il enmainne le conte pris, Si le rent a ses anemis, Qui n'en font pas joie petite. Mais ains fu la nouvielle dite Al castiel, que il i veniscent; Encontre tuit et totes issent, Et la dame devant eus vient. Mesire Yvains en sa main tint Le prisonnier, se li presante. Sa volenté et sa creance Fist lors li quens outreement, Et par foi et par sairement Et par pleges le fist seüre; Pleges li donne et si li jure Que tosjors mais pais li tenra Et ses pertes restoera, Et refera ses maisons nueves, Quanque pora mostre par preuves, Que il avoit par terre mises. Quant ces coses furent assises Et ensi con la dame sist, Mesire Yvains congié li quist, Mais ele ne li donna mie Se il a feme u a amie Le vausist prendre et nocoier. Et ne sivir ne convoier Ne se vaut il .i. tot sol pas, Ains s'en parti eneslespas; Onques n'i valut riens proiere. Si s'est mis a le voie ariere Et laissa mout la dame me Qui devant avoit esté lie. Et con plus lie l'avoit faite, Plus li poise et plus li dehaite Quant il ne vaut plus demourer, Car mout le vausist honnerer, Et le fesist, se lui pleüst, Signor de quanques ele eüst, U ele li eüst donnees Por son service grans jornees saudees, Si grans que il les vausist prendre. Mais il ne vaut onques atendre Parole d'onme ne de fame, De chevaliers ne de la dame; S'en parti, mes que bien lor poist, Car plu detenir ne lor loist. Retour au sommaire
La rencontre du lion Mesire Yvains pensis chemine Par .i. parfonde gaudine Tant qu'il oï par mi le gaut Un cri mout dolerous et haut. Si s'adrecha donc vers le cri, Cele part u il l'ot oï, Et, quant il parvint cele part, Vit .i. lion en .i. essart, Et .i. serpent qui le tenoit Par la coue, et se li ardoit Totes les rains de flanbe ardant. Ne va mie lonc regardant Mesire Yvains cele mervelle; A lui meïsme se consele As ques des dex il aidera. Dist que le lion secoura, Qu'as venimeus ne as felons Ne doit on faire se mal non, Et li serpens est venimeus, Si li saut par la bouche feus, Tant est de felenie plains. Ce se pense mesire Yvains Qu'il l'ocira premieremant; Lors trait l'espee et vait avant; Son escu met devant sa face, Que li flanbe mal ne li face Que il getoit par mi le guele, Qui plus estoit lee d'unne oele. Se li lions aprés l'asaut, La bataille pas ne li faut; Que que il l'en aviegne aprés, Le lion aidera adiés, Car pitiés li semont et prie Qu'il face le lion aïe, A la bieste gentil et franche. A l'espee, qui souef trenche, Le felon serpent velt requerre; Tot le trenche dusques en terre, Qu'en dex moitiés le tronconne, Fiert et refiert, et tant l'en donne Que tos les menbres li depiece. Mais il li couvient .i. pieche Trenchier de la coue au lion, Por la teste au serpent felon Qui par la coue le tenoit; Tant que trenchier l'en couvenoit S'en trencha, au mains que il pot. Quant le lion delivré ot, Cuida qu'a lui le couvenist Conbatre et qu'a lui venist; Mais il ne s'en apensa onques. Oiés qui li lions fist donques, Cun fist con frans et debonaire, Car il li conmencha a faire Sanblant que a lui se rendoit, Et ses piés jons li estendoit Et vers terre encline sa ciere; S'estut desor les piés deriere Et puis si se ragenoilloit Et tote sa face moilloit De lermes, par humilité. Et mesire Yvains, par verté, Set que li lions l'en merchie Et que envers lui s'umelie; Se li plaist mout ceste aventure. Por le venin et por l'ordure Del serpent, essue s'espee, Et puis el fuere l'a boutee, Et si se met tost a la voie. Et li lions les lui costoie, Qui jamais ne s'en partira, Mais tosjors mais o lui ira, Car servir et garder le viet. Devant a la voie s'aquiut Tant qu'il senti desous le vent, Si con il aloient avant, Biestes sauvages en pasture; Si le semont fains et nature D'aler en proie por chacier, Por querre sa proie et caichier; Ce velt nature que il face. Un petit se met en la trace Tant qu'a son signor a mostré Qu'il a senti et encontré Vent et flair de sauvage bieste. Lors le regarde, si s'areste, Car si le velt servir a gré, Que encontre sa volenté Ne vaudroit aler nule part. Ce vit il bien a son regart; Tant li mostre que il l'atent; Bien apercoit, et si entent, Que s'il remaint, il remanra; Si le ne siut, il le perdra, La venison qu'il a sentie. Lors semont et se li crie Si con a .i. brachet feïst; Et li lions maintenant mist Le nes au vent qu'il ot senti; Ne ne li ot de rien menti, Qu'il n'ot pas .i. liue alee Quant devant en .i. valee Vit sol pasturer .i. cievruel. Celui prendra il ja son vel, Et il si fist au premier caup, Puis si en but le sanc tot caut. Quant beü ot, si le geta Sor son col, si l'en aporta Tant que devant son signor vint, Qui puis en grant cierté le tint Et a lui a pris conpaignie A trestos les jors de sa vie, Por la gran amor qu'en lui ot. Ja fu pres de nuit, si li plot Que ilueques herbergeroient Et le chievruel escorceroient Tant que il en vauroit mangier. Lors conmenca a escorcier; Si fent le cuier selonc l'escorce, De la longe ne .i. lardon en oste; Et fist le feu de caillous bis, Puis l'a de seche buisse espris Et met en .i. broce en rost; Son lardé met cuire mout tost Et rost tant que il fu quis; Mes del mangier fu nus deduis Qu'il n'i ot pas ne vin ne sel Ne napa ne coutiel ne el. Quant il manga, devant lui jut Ses lions, onques ne se mut; Ains l'a tot adiés regardé Tant qu'il ot del flans del lardé Mangié tant que il n'en vaut plus. Del chievreul tot le sorplus Manga li lions dusqu'as os. Et cil mist son cief a repos Tote la nuit sor son escu, A tel repos conme ce fu; Et li lions ot tant de sens Qu'il manja et fu en enpens Del ceval garder, qui paissoit L'erbe menue qui croissoit. Retour au sommaire
Lunete prisonnière Au matin s'en revont ensanble; Tel vie mainne, ce me sanble, Ont cele nuit andui menee Qu'il orent fait l'autre vespree, Et puis trestoute la semainne, Tant qu'il vindrent a la fontainne Desous le pin; la les mena La voie. Por poi n'esraga Mesire Yvains, autre faiee, Quant la fontainne ot aprochie, Et le peron, et la capiele. Mil fois las et dolant s'apiele Et ciet pasmés, tant fu dolans. Et s'espee, qui fu coulans, Ciet del fuere, si li apointe La u la ventaille est desjointe, Endroit le vis, pres de la joe. N'i a nule qui ne descloe, A l'espee de col li trenche La car desous la maille blance, Tant qu'il en vit le sanc caïr. Li lions quide mort veïr Son conpaignon et son signeur; Onques tel dol n'ot ne grinneur N'oïstes conter ne retraire Cum il en conmenca a faire: Il se devotre et grate et crie Et a talent que il s'ocie De l'espee qu'i li est vis Qui a son bon signor ocis. A ses dens l'espee li oste Et par dalés .i. fust s'acoste Et deriere a .i. tronc l'apuie, Qu'ele ne guenchise ne fuie Quant il li hurtera del pis. Ja fust ses voloirs otroi aconplis Quant cil de pasmison revint; Et li sions se contretint, Qui a la mort tous acesmés Couroit conme pors essorbés Qui ne prent garde u il se fiert. Mesire Yvains en tel maniere Dejouste le peron se pasme. Au revenir mout fort se blasme Del terme qui passés estoit, Por coi sa dame le haoit, Et dist: " Que fait que ne se tue Cis las qui joie s'a tolue? Que fa ge, las, que ne m'oci? Conment puisse demourer ci Et veoir les choses ma dame? En mon cors por coi areste ame? Que fait ame en si dolant cors? S'ele s'en fust fui fors, Si seroit pais en tel maniere. Haïr et blasmer et despire Me doi je mout, et je si fas. Qui perc la joie et le soulas Par son mesfait et par son tort Mout se doit bien haïr de mort. Haïr et ocire se doit, Et ja tant que nus hom nel voit. Por coi me plaing? Et que fais tu? Dont ai je cest lion veü, Qui por moi ausi grant dol fait, Qui se voloit trestot a net Parmi le pis el cors bouter? Et je doi le mort redouter, Qui a dol ai joie cangie? De moi s'est l'amors estrangie, Joie. Ce ne dirai plus, Car ce ne diroit jamais nus; Or ai je dit trop grant ouseuse. Des joies fu la plus joieuse Cele qui m'ert asavouree; Mais mout par ot courte duree. Et qui cou pert par son forfait, N'est drois que bone aventure ait. " Entremetiers qu'il se demente, Une caitive, mout dolente, Estoit en la capiele enclose, Et vit et oï ceste cose Par le mur qui estoit crevés. Maintenant qu'i fu relevés De pamison, si l'apiela: " Dix, fait ele, qui est ce la? Qui est qui se demente si? " Et il li respont: " Et vos, qui? - Je sui, fait ele, .i. caitive, La plus dolente riens qui vive. " Et il respont: " Tes, fole riens! Tes maus est joie et si est biens Envers le mien donc je languis. Tant con li hon a plus apris A delit et a joie vivre, Tant le desvoie et plus l'enpire Dol, quant il l'a plus, c'un autre honme; Uns foibles hon porte grant sonme, Plus et par acostumance, C'uns de plus grinnor poissance Nel porteroit por nule rien. - Par foi, fait ele, je sai bien, Et ceste parole est bien voire; Et ce ne refait mie a croire Que nus hon ait plus mal de moi, Et por ce mie ne le croi, Qu'il m'est avis que vos poés Aler quel part que vos volés, Et je sui ci enprisonnee; Si m'est tex livrisons livree Que demain serai ci reprise Et livree a mortel juisse. - Ha! Dex, fait il, par quel forfait? Sire chevaliers, ja Dex n'ait De l'ame de mon cors merchi Se je l'ai mie deservi! Et neporquant je vos dirai, Ja voir ne vos en mentirai, Por coi je sui ci en prison: O m'apiele de traïson, Et je ne truis qui m'en desfent, Que l'endemain ne m'arde u pende. - Au primes, fait il, puisse dire Que li miens deuls et la moi ire A le vostre dolor passee, Qu'estre poriés delivree Par cui que soit de cest peris. Enne poroit ce estre? - Oïl! Mais je ne sai encor par cui: Il n'en sunt el monde que dui Qui osaissent vers trois desfendre Ceste bataille ne enprendre. - Conment, fait il, sunt il dont troi? - Oïl, sire, en la moie foi: Troi sunt qui traïtre me clainment. - Et qui sunt cil qui tant vos aiment, Dont li uns si hardis seroit Qui contre .iii. se conbatroit Por vos garder et garantir? - Jel vos dirai ja sans mentir: Li uns est mesire Gauvains Et li autres mesire Yvains, Par cui demain serai a tort Livree a martire de mort. - Por cui, fait il, l'avés vos dit? - Sire, fait elle, se Dius m'aït, Por le fil le roi Urien. - Or vos ai entendu mout bien! Mais vos n'i maurés ja sans lui. Je meïsme sire Yvains sui Por cui vos estes en esfroi; Et vos estes cele, je croi, Ki en la sale me gardastes; Ma vie et mon cors me sauvates Entre les .ii. portes colans U je fui pensis et dolans Et angoiseus et entrepris; Mors i eüsse esté u pris Se ne fust vostre bonne aïe. Or me dites, ma douce amie, Qui sunt cil ki de traïson Vos apielent et en prison Vos ont enclose, en cest renclus. - Sire, ne le vos celerai plus Des qu'il vos plaist que je vos die. Voir est que je ne me fainc mie De vos aidier en bone foi. Par l'amonestement de moi, Ma dame a signor vos retint; Mon los et mon consel en tint Et, par la saite Patrenostre, Plus por son preu que por le vostre Le cuidai faire et cuic encore, Itant vos en reconnois ore; Biaus sire, vostre volenté Parcui, se Dex me doist santé. Mais quant ce fu que vos eüstes Trespassé ce que vos deüstes Revenir a ma dame ca, Ma dame a vos se coureca Et mout se tint a deceüe De ce qu'ele m'avoit creüe. Et quant ce sot li seneschaus, Uns faus, .i. leres desloiaus, Qui grant envie me portoit Por ce que ma dame creoit Moi plus que lui de maint afaire, Si sot bien que il pooit faire Entre moi et lui grant courous. En plainne cort et oiant tos, (En plainne cort et voiant tos) Me dist que por vos l'ai traïe, Et je n'oi consel ne aïe Fors moi sole, qui bien savoie C'onques vers ma dame n'avoie Traïson faite ne pensee. Si respondi li esfree Tot maintenant, sans consel prendre, Que je me feroie desfendre Par .i. chevalier contre trois. Onques cil ne fu tant courtois C'unques li daignast refuser, Ne resortir ne reverser Ne me lut, por rien qu'avenist. Ensi a parole me prist; Lors me covint d'un chevalier Mon gage contre .iii. baillier, Par respit de .xl. jors. Puis ai esté en maintes cors; En la cort le roi Artu fui, N'i trouvai consel de nului Ne ne trouvai qui me deïst De vos cose qui me sesist, Car il n'en savoient nouvieles. - Et mesire Gauvains, chaeles, Li preus, li frans, u est il donques? A s'aïe ne failli onques Damoisele desconsillie, Que ne li fust aparillie. - Se je a cort trové l'eüsse, Ja requerre ne li seüsse Rien nule qui me fust vee. Mais la roïne en est menee .I. chevaliers, ce me dist l'en, Dont li rois fist que fors del sens, Quant aprés lui l'i envoia; Si cuic que Kes le convoia Jusqu'al chevalier qui l'enmainne; S'en est entrés en male painne Mesire Gauvains, qui la quiert. Jamais nul jor a sejor n'iert Dusqu'a tant qu'i l'avra trovee. La verité tote provee Vos ai de m'aventure dite. Demain maurai de mort despite, Si serai arse sans respit Por mal de vos et por despit. " E cil respont: " Ja Diu ne place Que l'en por moi nul mal vos face! Tant que je vive, n'i mauras. Demain atendre me poras Aparillé, lonc ma possance, De metre en vostre dilivrance Mon cors, si con je le doi faire. Mais de conter ne de retraire As gens qui je sui ne vos caille! Que qu'aviegne de la bataille, Gardés que on ne me connoisse. - Certes, sire, por nulle angoisse Vostre non ne descouverroie. Ancois la mort en souferoie, Pis que vos le volés ensi. Sire, neporquant je vos pri Que ja por moi ne revigniés, Car ne vel que vos enprengniés Bataille si tres felenesse. Mout grans mercis de la promesse, Car mout volentiers le ferieés, Mais trestous cuites en soiés, Et mius est que je seule muire Que je le veïsse destruire De vostre mort ne de la moie. Ja por cou n'en eschaperoie, Quant vos averoient ocis; S'est mius que vos remaigniés vis Que nos i morissons andui. - Mout m'avés or dit grant anui, Fet mesire Yvains, biele amie. Mais espoir vos ne volés mie Estre delivre de la mort, U vos despisies le confort Que je ferai de vos aidier. Ne puis or plus a vos plaidier, Car vos avés tant fait por moi, Certes, que faillir ne vos doi A nul besoig que vos aiés. Bien sai que vos vos esmaiés, Mais, se Dius plaist, en cui je croi, Il en seront honni tot troi. Or n'i a plus, car or m'en vois, U que soit, logier en cest bois, Car de l'ostel ne sai je point. - Sire, fait ele, Dix vos doinst Et bon hostel et bone nuit, Et de cose qui vos anuit, Si con je le desir, vos gart! " Retour au sommaire
Yvain combat Harpin de la Montagne Atant mesire Yvains s'en part, Et li lions tos tans aprés. S'ont tant erré qu'il vindrent pres Del fort recet a .i. baron Qui clos estoit tot environ De mur espés et fort et haut. Li chastiaus ne crint nul asaut De mangonniel ne de periere, Qu'il estoit fors de grant maniere; Mes fors des murs estoit si rese La place, qu'il n'i ot remese En estant borde ne maison. Assés en savrés l'okison Autre fois, quant lius en sera. La dame voie tenu a Mesire Yvains vers le recet; Et vallet corent dusqu'a set, Qui li ont le pont avalé; Si li ont a l'encontre alé. Mais del lion, que vuec lui voient, Mout durement s'en esfreoient; Se li dïent que, se lui plaist, A la porte son lion laist, Que il nes afront ne ocie. Il lor respont: " Ne doutés mie, Que ja n'i entrerai sans lui: U nos l'ostel avrons andui U jo demouerai ca fors, Car autant l'aime que mon cors. Neporquant ne doutés de rien, Car je le garderai mout bien; Estre en porés tout aseür. " E il respondent: " A bon eür! " Atant sunt el castel entré Et v vont tant que il ont trouvé Chevaliers et dames venans Et damoiseles avenans, Qui le saluent et descendent Et a lui desarmer entendent; Se li dïent: " Bien soiés vos, Biaus sire, venus entre nos, Et Dix vos i doist demourer Tant que vos en puissiés aler A grant joie et a grant honnor. " De le plus bas dusqu'al signor Li font joie et forment se painnent; A grant joie a l'ostel le mainnent. Quant tel joie li orent faite, .I. dolor qui les dehaite Lor refait lor joe oublier; Si reconmenchent a crier Et plourent et si s'esgratinent. E ensi longuement se tienent De dol faire ne de plourer: Joie por lor hoste honnerer Font sans ce que talent n'en aient, Car d' une aventure s' esmaient Qu'il atendent a l'endemain; Car tuit sunt seür et certain Qu'i l'avront ains que midis soit. Mesire Yvains s'esbaïssoit De ce que si souvent se caingent: Lor joie et lor duel demainent. S'en mist le signor a raison De l'hostel et de la maison: " Et por Diu, fait il, biaus dous sire, Icou vos plairoit il a dire Por coi m'avés tant honneré, Et tant fait joie et tant ploré? - Oïl, s'il vos vint a plasir; Mais le celer et le tesir Deveriés mius asés voloir; Chose qui me fesist doloir Ne vos dirai ja de bon cuer. - Ne ne poroit estre a nul fuer Que je dol faire vos vausisse Que je en mon cuer ne meïsse; Ains le desir mout a savoir, Que mal que je deüsse avoir. - Dont, fet il, le vos dirai jé. Mout m'a .i. gaians damagié, Qu'il vausist que je li donnaisse Ma fille, qui de biauté passe Totes celes qui sunt el monde. Li fel jaians, que Dix confunde, A non Harpins de la Montangne; N'est nus jors que del mien ne prenge Trestot quanqu'il en puet ataindre. Nus mius de moi ne s'en doit plandre, Ne dol fair ne demener; De dol faire devroie forsener, Car .vi. fius chevaliers avoie, El monde plus biaus ne savoie; Si les a tos li jaians pris; Et de moi les deus a ocis Et demain ocira les quatre, Se ne truis home qui conbatre Se vausi por aus delivrer, U se je ne li voil livrer Ma fille; et dist, quant il l'avra, As plus vix garcons que il avra Le livera por lor depors, En sa maison et as plus ors, Qu'il ne le deveroit mie prendre. A demain puis cest dol atendre, Se Damesdius ne me conselle. Et por ce n'est mie mervelle, Biaus chirs sire, se nos plorons. Mais nos, tant conme nos porons, Nos refaisons a la foïe De faire contenanche lie, Car faus est qui preudon atrait Entor li, s'onor ne li fait, Et vos me resamblés prodonme; Or vos ai dit tote l'ensonne De nos et de nostre tristrece, N'en castiel ne en forterece † Que ne nos toille li jaiens For cou que nos avons caens. Vos meïsmes veïr poïstes La fors, se garde vos presistes, Qu'il n'a laisié qui vaille .i. oef Fors des murs qui sunt trestot neof; Ains a trestout le borc plané; Quanqu'il vaut en a tot mené, S'a mis el remanant le fu; Ensi m'a fait maint mauvais ju. " Mesir Yvains tout escouta Quanques ses hostes li conta, Et quant trestot escouté ot, Se li dist cou que il li plot: " Biaus sire chiers, de vostre anui Mout iriés et dolans en sui, Mes d'une cose m'esmervel Que vos n'en avés quis consel A la cort le bon roi Artu, Que nus hon n'est de si grant vertu Qu'a la cort ne peüst trover Teus qui vaudroient esprover Lor vertu encontre la soie. " Et lors li descuevre et desnoie Li riches hon que il eüst Bon aïe se il seüst O trover monsignor Gauvain. " Cil ne le presis mie e vain, Car ma feme est se seur germainne; Celui qui la roïne enmainne Uns chevaliers d'estrange terre Qui la vint de mout requerre. Neporquant ja ne l'en eüst Menee, por rien qu'il seüst, Ne fust Kes, qui enbriconna Le roi tant que il li donna La roïne et mist en sa garde. Cil fu faus et ele musarde, Qui en son conduit s'enfia. Saciés je sui cil qui i a Trop grant damage et trop grant perte; Saciés ceste cose est trop certe, Que mesire Gauvains, li preus, Por sa mere et por ses nevués, Fust ca venus grant aleüre Se il seüst ceste aventure; Mes ne set pas, dont tant me grieve Por poi que li curs ne me grive; Ains est alés aprés celui, Cui Dius doist honte et grant anui, Qui mené en a la roïne. " Mesire Yvains onques ne fine (Del souspirer onques ne fine) De souspirer quant il entent, De la pité quant il l'en prent; Lors respondi: " Biaus sire chiers, Je me metroie volentiers En l'aventure et ou peril Se li jaians et vostre fil Venoient demain a tel eure Que n'i face trop grant demeure, Car je serai ailleurs que ci, Demain a eure de midi, Ensi con je l'ai creanté. - Biaus sire, de la volenté Vos en merchi, dist li preudon, .C. mile fois en .i. randon. " Et totes les gens de l'ostel Redisoient tot autretel. Et quant vint de la canbre fors La pucele, gente de cors Et de facon bielle plaisans, Mout vint simple mate et plourans, C'onques ses deus ne li prist fin, Ver tere tint le cief enclin; Et sa mere li vient encoste, Car mostrer le viut a son hoste Li sires, qui les ot mandees. En lor mantiaus envolepee Vinrent, por lor larmes couvrir; Et il conmanda a ouvrir Les mantiaus et les ciés lever, Et dist: " Ne vos doit pas grever Quil cunmande vos ai a faire: Cest franc chevalier debonaire Nos a Dius et bonne aventure Ca envoié, qui m'aseüre Qu'il se conbatra au jaiant. Or n'alés pas plus delaiant, Ains l'en alés au pié cheïr. - Ce ne me laist ja Dius voier! Fet mesire Yvains maintenant. Ce ne seroit mie avenant Que au pié me viengne, a nul fuer, De monsigneur Gauvain la seur Ne la nieche; Dius nel consence, Que en mon cuer tant d'orguel entre Que a mes piés venir le les! Je ne l'oublieroie pas Ne la honte que avroie. Mais de tant bon gré vos savroie S'eles tant se reconfortoient Dusqu'a demain, que eles voient Se Dius les vaudra consillier. Moi n'en est il point de proier, Mais que li jaians a tans viengne Qu'aillors mentir ne me couviegne, Que por rien je ne je ne leseroie Qu'a miedi, demain, ne soie A plus grant afaire por voir Que je peüsse omques avoir. " Ensi ne le velt pas del tout Aseürer, car en redot Est que li jaians ne venist A tel eure que il peüst Venir a tans a la capielle L'atent enclose la pucele. Et neporquant tant lor promet Qu'en bon esperance les met; Et tuit et toutes l'en merchïent, Qu'en sa proeche mout se fïent Et mout cuident qu'il soit prodon Por le conpaignie au lion Ki ausi bielement se gist Les lui que .i. aigniax fesist. Por l'esperanche qu'en lui ont Se confortent et joie font, Ne onques puis dol ne menerent. Quant eure fu, si l'enmenerent Couchier en .i. canbre clere; Et la damoisele et sa mere Furent ensanble a son chocier, Por cou qu'il l'avoient mout chier Et .c. mil tans plus chier l'eüssent Se la cortoisi seüssent Et la grant proueche de lui. Et sis lions les lui Laiens jurent et reposerent, C'autre gen gesir n'i oserent; Ains lor fremere si bien l'uis Que il n'en puissent issir puis. Al matinet, a l'ajornee, Que la canbre fu desfremee, Cil s'atendi et oï messe Et si remest, por la promesse K'il lor out fete jusqu'a prime. Le signor dou castel meïsme Apielle oiant tos, se li dist: " Sire, je n'ai plus de loissier, Si m'en irai, mais ne vos poist, Car plus demourer ne me loist. Mes sachiés bien veraiement Que volentiers et bonnement, Se trop n'eüsse grant besoig Et mes afaires ne fust loig, Encor demouraisse une piece, Por les neveus et por la nieche Monsignor Gauvain, que j'ain molt. " Trestos mes sans fremist et bout A la pucele, de paor, Et a la dame et au signor; Tel paor ont qu'il ne s'en aut, Que il li veullent, de si haut Cum il furent, a piés venir, Quant il li prist a souvenir Qu'il ne fust ne biel ne bon. Lors li prist a offrir le suen Li sire, s'il en viut avoir U soit de terre u d'autre avoir, Mes k'il encor .i. poi atende. Et il li dist: " Dius me desfende Ke je ja nule rien en aie! " Et la pucele mout s'esmaie, Si conmenche fort a plourer, Et li prie de demourer. Cunme destroite et angouseuse, Por la roïne glorieuse Del ciel et des angles li prie, Et por Diu, qu'il ne s'en aut mie, Ains atende encor .i. petit, Et por son oncle, que il dist Que il aime et connoist et prisse. Lors l'en est mout grans pités prise Quant il ot qu'ele se reclainme De par l'onme que il tant ainme Et de par la dame des cius, Et de par Diu, qui est ses fius Et la doucour de pieté. Lors si a .i. souspir jeté, Car por tot le tresor de Tarse Ne vaudroit que ele fust arse Que il avoit aseüré; Sa vie avroit corte duree Et il istroit tos vis del sens S'il n'i pooit venir a tans; D'autre part est en grant destrece: Le retient la grant gentillece Monsignor Gauvain, son ami, Que por poi qu'il ne fent par mi, Ses cuers, qui demourer ne puet. Neporquant encor ne se muet, Ancois demeure et si atent Tant que li jaians vint batant, Ki les chevaliers amenoit; Et a son col .i. pel tenoit, Gros et quaré, agu devant, Dont il les va souvent boutant; Ke il n'avoient pas vestu De robe vaillant .i. festu, Fors cemisses sales et ordes; S'estoient fort loiés de cordes, Les piés et les mains, si seoient Sor quatre roncis qui trotoient, Foibles et magres et redois. Cevaucant vient les .i. bois; Et .i. nains, cunme bos enflés, Les fiert de corgies noués, Ses aloit costiant tos quatre, Si les aloit souvent debatre D'une corgie a .xv. neus, Dont mout cuidoit faire que preu; Si les batoit qu'i tuit sainnoient; Et mout viument les demenoient Entre le jaant et le nain. Devant la porte, enmi .i. plain, S'areste li jaians et crie Al preudonme que il desfie Ses fius de mort, s'il ne li baille Sa fille; et a sa garcoinaille Le livera ad jaehelisse, Car il ne ma l'ainme tant ne prise K'a li se daignast avillier. De garcons avra .i. millier, Avuec li erent souvent, Qui seront poilleus et lent, Tel con ribaut et toquepot; Kascuns i metra son escot. Por poi que li prodon n'esrage, Qui celui ot qui a putage Dist sa fille li livera, Et tantost, si que il le vera, Seront ocis si quatre fil; S'a tel destrece conme cil Que mius s'ameroit mort que vif. Mout souvent se clainme caitif, Et plure mout et souspire; Et lors li conmencha a dire Mesire Yvains, si frans, li dous: " Sire, mout est fel et estous Cil jaans, qui la fors s'orguelle. Mais ja Dius cou soufrir ne vu[elle] Qu'il ait paoir en vostre fille! Mout le despit et mout l'aville. Trop seroit grans mesaventure Se si tres belle creature Et de si haut parage nee Ert as garcons abandonnee. Sa, mes armes et mon ceval! Si faites le pont metre aval, Si me laisies outre passer. L'un en cunvenra a verser O moi o lui, ne sai leques. Se je le felon, le cruel, Qui si vos va contraliant, Se le puis faire humeliant Tant que vos fius vos rendist quites Et les honmes que vos nos dites Vos venist caens amender, Puis vos vauroie conmander A Diu, s'irai en mon afaire. " Lors li font fors son ceval traire Et totes ses armes li baillent; De lui armer mout se travaillent A mout tost l'ont bien atorné; De lui armer n'ont sejorné, Si tost le mius qu'i onques porent. Quant bien et biel atorné l'orent, Se n'i a fors de l'avaler Le pont, si le laissent aler; L'en li avale et il s'en ist, Mes aprés lui ne remansist Li lions en nule maniere. Et cil qui sunt remés ariere Le conmandent al Salveor, Car de lui ont mout grat paor Que li maufés, li anemis, Qui maint prodonme avoit ocis Devant lor eus, enmi le place, De lui tot autresi ne face. Si prïent Diu qu'il le desfende De mort, et sain et vif lor rendent, Et le jeant li doist ocire. Cascuns ensi con il devise, Deprïent Diu mout docement; Et li jaians mout fierement Vint vers lui, se li demanda Et dist: " Qui t'a envoié ca Ne t'amoit mie, par mes eus! Certes, il ne s'en poroit mius De toi vengier, en nule guise; Bien en a sa vengaince prisse De quamques tu li as mesfet. - Por noient es entrés en plet, Fait Yvains, qui ne dote rien. Fai ton mius, joi ferai le mien; Les paroles useuse laisse. " Tantos mesire Yvains s'elaisse, Qu'il garde qu'il s'en soit partis; Ferir le vait anmi le pis, Qu'il out armé d'une piaus d'ors; Et li jaians revint le cors De l'autre part, atout .i. pel. Emmi le pis li donna tel Mesire Yvains que la piel fause; En sanc del cors, en liu de sause, Le fer de la lance li moille; Et li jaians de pel le roille Si que trestout ploier le fet. Mesire Yvains l'espee trait, Dont il savoit ferir grans caus. Le jaiant a trové desclos, Qui en sa force se fioit Si que armer ne se daignoit; Et cil, qui tient l'espee traite, Li a une envaïe faite; Del trencant, non mie de plat, Tel li donne qu'il li abat De la joe une carbonnee, Et cil l'en a une donnee Si que trestout le fait ploier Jusque sus le col del destier. Entretant, li lions se crete, De son signor aidier s'apreste, Si saut par ire, et par grant force S'aer, et fent conme une escorce, Sor le jaiant, la pel velue; Desor la piel li a tolue Une grant piece de la hance; Les ners et les braons li trence, Et li jaians li est estors, Si brait et crie conme tors, Car mout l'a le lions grevé; A deus puins a le pel levé Et cuide ferir, mais il faut, Et li lions ariere saut, Si per son caup et ciet en vain Par dalés monsignor Yvain, Que l'un ne l'autre n'adesa. Et mesire Yvains entesa, Si a .ii. cols entrelardé. Ains que il se fust regardés, Li ot, au trencant de l'espee, L'espaule dou bu desevree; A l'autre caup, sous la mamiele, Li bouta tote en la boiele De l'espee par mi la foie; Li jaians ciet, la mors l'acoie, Que, s'uns grans cainnes i ceïst, Ne cuic que tel esfroi feïst Que li jaians fist au ceïr. Cel caup voloient mout veïr De caus qui erent as creniaus. Lors i parut li plus isniaus, Car tuit courent a la cuirie, Conme li cien qui ont cachie La bieste, tant que il l'ont prise; Ainsi coururent sans faintisse Tot et totes, par aatine, La u cil gist goule souvine. Li sires meïsmes i cort Et totes le gens de la cort; Cort la fille, cort i la mere; Or ont joie li quatre frere, Qui avoient mout mal soufert. De monsignor Yvain sunt cert Qu'il ne poroient retenir Por rien qui peüst avenir; Si li prïent de retorner Por deduire et por sejorner Tot maintenant que fait avra Son afaire la u il va. Et il respont que il nes ose Aseürer por nule cose; Il ne set mie deviner S'il doit u bien u mal finer; Mes au signor itant dist il Qu'il voloit que si quatre fil Et sa fille prengent le nain, S'aillent a monsignor Gauvain, Quant il savront qu'il est venus, Et conment il s'est conbatus Velt que dit li soit et conté; Car por noient fait sa bonté Qui velt qu'ele ne soit seüe. Cil dïent que ja n'iert teüe Ceste bontés, car n'es pas drois. " Nos ferons quanques vos vaudrois, Mes dites nos que nos porons Dire, quant devant lui venrons, De cui nos porons nos loer Quant nos ne vos savons nonmer. " Et il respont: " Ce li porois Dire, quant devant lui venrois, Que li chevaliers au lion Vos dis qu'ensi avoie a non. Avuec iceu proier vos doi Que vos li dites de par moi Qu'il me connoist bien et je lui; Et si ne set pas qui je sui. De rien nule plus ne vos pri; Il m'en couvient aler de ci, Et c'est la riens qui plus m'esmaie, Que je ci trop demouré n'aie, C'ains que miedis soit passés, Arai a faire aillors assés Se je i puis venir a eure. " Retour au sommaire
Yvain combat pour Lunete Lors s'em part, que plus n'i demeure; Mes ancois mout prié li ot Li sires, au plus bel qu'il sot, Que ses quatre fius enmenast: N'i a nul qui ne s'en penast Ne li po servir, se il vausist; Mais ne li plot ne ne li sist Que nus li fesis conpaignie; Seus lor a la fille gurpie. Et maintenant que il se muet, Tant con cevaus porter le puet, S'en retorne vers le capielle; La voie est droite et mout est biele, Que il savoit mout bien tenir. Mais ains qu'il i peüst venir, A la capiele, fu fors traite La damoissele, et li res traite U ele devoit estre mise Trestoute nue en sa kemisse. Al feu liee le tenoient Cil qui a tort l'i amenoient Sus ce qu'onques pensé n'avoit; Mesire Yvains vint, se le voit Au feu u on le doit ruer: Et ce li dut forment penser; Cortois ne sages ne seroit Qui de rien nule douteroit. Voirs est que mout li anuia, Mes bonne esperance en lui a Que Dius et drois li aideroit, Qui a sa partie tenoit: En son conpaignon mout se fie Et son lion ne rechet mie. Vers la presse tos eslaissiés Se muet criant: " Laisiés, laisiés La damoisele, gens mavaisse! N'est drois qu'en feu ne en fornaisse Soit mise, car forfait ne l'a. " Et cil tantost quist ca quist la Se departent, se li font voie. Celui est tart que il revoie Des ius celi que de cuer voit En liu u que ele onques soit. Assés le quiert tant qu'il le trove, Et met son cuer en tel esprove, Si le retient et si l'enfrainne Si con le retient a grant painne Au fort frain, le ceval courant. Et neporquant en soupirant Le regarde mout volentiers, Mais ne fait mie si entiers Ses souspir que on le connoisse, Ains les retient a grant angoisse. Et de cou grant pités li prent Qu'il set bien et voit et entent Les povres femes qui faisoient Entr'eles grant dol et disoient: " Ha! Dius, con nos as oublies, Conm or remanrons esgarees, Quant nos perdons si bonne aïe Et tel consel et tel aïe, Qui a la cort por nos estoit! Par son consel nos revestoit Ma dame de ses pennes vaires; Mout cangera ce nos afaires, Car mais n'iert qui por nos parout. Mal ait de Diu qui la nos taut; N'ier mais qui die ne qui lot: " Cest mantel vies et cest sorcot Et ceste cote, chire dame, Donnés a ceste povre feme, Ca voir, se vos li envoiés, Il i sera bien enploiés; Car ele en a mout grant soufraite. " Mais n'en iert parole retraite, Car nus n'est mais frans ne cortois, Ains demande cascuns ancois Por soi que por autre ne fait, Encor soit que mestier n'en ait. " Ensi se dementoient celes; Et mesire Yvains ert entre eles S'ot bien oïes les conplaintes, Qui n'estoient fauses ne faintes; Et vit Lunete agenoillie En sa chemise despoillie, Qui sa confesse avoit ja prise, A Diu de ses peciés requise Merchi, et sa coupe clamee; Et cil, qui mout l'avoit amee, Vint vers li, si le lieve amont Et dist: " Ma damoisele, u sont Cil qui vos blament et refuient? Tot orendroit, s'il ne s'enfuient, Lor ert la bataille aramie. " Et cele, qui ne l'avoit mie Encor veü ne regardé, Li dist: " Sire, de la part Dé Soiés vos a mon grant besoig! Cil qui portent le faus tesmoig Sunt ci vers moi tuit apresté. S'un poi eussiés encor esté, Par tans fuisse carbons et cendre. Venus estes por moi desfendre, Et Dius le poir, il vos en doist, Si con je n'i ai de tort point Del blame dont il m'ont retee. " Ceste parole ont escoutee Li senescaus et si doi frere: " A! feme, font il, cose amere, Fause a voir dire, a mentir large! Mout est faus qui por toi engarge, Ne por tes paroles, tes fais; Mout est li chevalier mauvés Qui morir est venus por toi: Il est sols et nos sunmes troi. Mes je li lo qu'il s'en retor Ancois qu'a anui li atort. " Et cil respont, cui mout anuie: " Qui paor avra, si s'enfuie! Ne crien pas tant vos trois escus Que sans caut m'en voisse vencus. Mout feroie que asotis, Que se tous sains et tos haitiés La place et le canp vos laissoie! Itant que je sains et vis soies Ne m'enfuirai por ces manaces. Mais or te dirai que tu faces: La damoisele clainme cuite Que tu as a tort si souduite, Car ele dist, et je l'en croi, Et si m'a plevie sa foi Et dist, sor le peril de s'ame, C'onques traïson vers sa dame Ne fist, ne dist, ne ne pensa. Bien croi ce qu'ele dit m'en a; Se le desfendrai, se je puis, En son droit e en moi le trus. Et qui le droit dire en vauroit, Dius est adiés devers le droit, E Dius et drois a lui se tienent; Et quant il envers moi se tienent, Dont ai ge millor conpaignie Que tu n'as, et millor aïe. " Et cil li respont folement: Il le met en son nuissement Trestant quanqu'il onques li plaist, Mes que ses lions ne li griet. Dont li dist c'onques son lion N'i amena por conpainnon N'autrui por lui mesler ne quirt; Mais se ses lions le requirt, Si defende de lui bien, Qu'il ne les afie de rien. Et cil respont: " Que que tu dies, Se tu ton lion ne casties E ne le fais en pais ester, Dont n'as tu ci que demourer. Mais reva t'en, si feras sen, Car par tot le païs set l'en Conment ceste traï sa dame; S'est drois que en fu ne en flame Le soit rendue la merite. - Ja ne place le Saint Esperite, Fet cil, qui bien en set le voir, Que je de ci puisse remouvoir Tant que je delivree l'aie! " Lors dist au lion qu'il se traie Ariere et tos cois se gise; Et cil li fait a sa devise. Qant arier fu li lions trais, Tantost la parole et li plais Remest des .ii., si s'entrelongent; Li troi vers lui contre lui poignent, Et il vient vers aus tot le pas, Car desreer ne se velt pas As premiers caus ne angoussier. Lor lance lor laisse froissier Et il retient la soie sainne; De son escu a fait quintainne, Si a chascuns la soie fraite. Et il a une poite faite, Tant que d'eus .i. arpent s'eslonge; Mout revient tost a sa besoigne, Qu'il n'ot cure de lonc sejor. Le senescal en son retor Devant ses .ii. freres ataint: Sa lance sur le dos li fraint; Sel porte a terre mal gré suen Et caup li a donne si bon C'une grant piece estordi jut, Mes petit li greva et nuit. Et li autre dui sus li vienent, Qui les espees nues tienent, Li donnent grans caus anbedui, Mais grinor recouvent de lui, Car des caus valt li uns seus Des lor tot a mesure seus deus. Si se desfent ver lui si bien Que de son droit n'en portent rien, Tant que li seneschaus relive, Qui de tot son pooir li grieve; Et li autre dui se repaignent, Qui mout li grivent et sormontent. Et li lions, qui ce regarde, De lui aidier plus ne se targe, Car mestier en a, ce me sanble; Et les dames toutes ensanble, Qui la damoissele mout ainment, Et souvent Damediu reclainment Et se li prïent de bon cuer Que il ne consente a nul fuer Que cil ne soit ne mors ne pris Qui por li s'est el caple mis. De proier aïde li font Les dames, qu'autre baston n'ont. Et li lions li fait aïe: A cele premiere envaïe A si de grant aïr feru Le seneschal, qui a pié fu; Et ausi cum ce fuissent pailles Fait deu hauberc voler les maille; Contre la terre si le sace Que de l'espaulle li esrace Une pieche atot le costé. Quanqu'il en ateint a porté, Que totes l'entrailles en perent. Cel caup li autre dui conprerent. Or sunt el canp tuit per a per; De la mort ne puet escaper Li senescaus, qui se touelle Et devoltre en l'onde vermelle Del sanc chaut qui del cors li saut. Li lions les autres asaut, Qu'ariere ne le puet cacier, Por ferir ne por manecier, Mesire Yvains en nulle guisse; Et s'i a il grant painne mise. Mes li lions sans doute set Que ses sire mie nel het Si li aïde, ancois l'ainme plus; Si lor passe durement sus Tant que de son asaut se plaingnent Et lui reblecent et meshaingnent. Quant mesisire Yvains voit blecié Son lion, mout en fu corcié; S'est angoisseus, si n'a pas tort; Mais dou vengier se painne fort, Ses mainnent si estroitement Et vont batant si laidement Si que vers lui ne se desfendent Et que en sa merci se rendent Por l'aïde que li a fete Li lions, qui si se dehaite, Car autant estoit bleciés Que mout puet estre esmaiés. Et d'autre part mesyre Yvains Ne restoit mie trestos sains, Ains avoit el cors mainte plaie; Mais de tot cou tant ne s'esmaie Con de son lion, qui se deut. Or a il tot co que il veut, La damoissele delivree, Et tote s'ire pardonnee Li a sa dame de son gré. Et cil furent ars ens el ré Qui por li ardoir fu esprise; Car cou est raissons et justice Que cil qui juge autrui a tort Doit de cele meïsme mort Morir que il li a jugie. Or est Lunete et baude et lie Quant a sa dame est acordee; Si a tel joie demenee Que nule gens si grant ne fisent. Et tuit a lor signor offrirent Lor service si con il durent, Sans co que pas nel reconnurent; Et nes la dame, qui avoit Son cuer mes elle ne savoit, Se li pria mout se lui pleust A sejorner tant qu'il eüst Respassé son lion et lui. Et il dist: " Dame, ce n'ert hui Que je remaingne en itel point Tant que ma dame me pardoist Son mautalent et son corous. Lors finera mes travaus tos. - Certes, fait ele, ce me poisse. N'est pas ma dame bien cortoise, Ce m'est vis, qui mal cuer vos porte. Bien vos deüs ouvrir sa porte, A chevalier de vostre pris, Se trop n'eüs vers vos mespris. - Dame, fait il, que qu'il me griet, Tot me plaist quanques il vos siet, Mes ne me metés mie en plet, Car l'okison et le forfait Ne diroie por nule rien S'a ceus non qui le sevent bien. - Sé le donc nus, se vos doi non? - Oïl, voir, dame. - Et vostre non, Biaus sire, viax, car le me dites; Del sousplus en soiés tous cuites. - Tos cuites, dame? No feroie; Plus doi rendre que ne poroie. Neporquant ne vos puis celer Conment je me fait apieler: Ja de chevalier au lion N'orés parler se de moi non; Par cest non vel que on m'apiaut. - Biaus sire, por Dé, ce qu'espiaut Que onques mais ne vos veïsmes Ne de vos parler n'en oïmes? - Dame, fait il, par ce savés Que grans ne sui ne renonmés. " Lor dist la dame derequief: " Encor, s'il ne vos estoit grif, De remanoir vos prieroie. - Certes, dame, jel nel feroie Jusque certainnement seüsce Ke le gré de ma dame eüsse. - Or alés donc a Diu, biaus sire, Qui vostre pesance et vostre ire Vos atort, se lui plest, a joie! - Dame, fait il, Dex vos en oie! " Lors dist entre ses dens soef: " Dame, vos enportés le clef, Et la serre et l'escrieg avés Ou ma joie est, si nel savés. " Atant s'em part a grant angoisse; Ne n'i a nul qui le connoisse Fors que Lune seulement, Qui le convoie longement. Et il lores li conmanda Qu'ele en nul liu nel deïst ja Ne ja par li ne soit seü Quel chevalier ele ait eü. " Sire, fait ele, non ert il. " Aprés se li repria il Que de lui li resouvenist E a sa dame le tenist Bon liu, si l'en venoit en aisse. Cele li dist que il se taisse, Qu'ele en ert mout cusenconeuse Ne ja n'en sera pereceuse; E il l'en merchie .c. fois, Qu'il s'en va pensis et destrois Por son lion, cui il estuet Porter, car sieir ne le puet. De la mouse et de la fauiere De son escu li fait litiere; Quant il li a faite sa couce, Au plus soef qu'il puet le couce; Or l'enporte tot entestu Dedens l'onvers de son escu. Ensi en son escu l'enporte Tant devant lui qu'il vit la porte D'une maison et forte et biele; Ferme le trove, si apiele, Et li portiers ouverte l'a Si tost c'onques i apela Un mot aprés le premerain. A la resne li mist la main, Se li dist: " Biaus frere, or avat! L'ostel mon signor vos presenc, Se il vos i plaist a descendre. - Cest present, fait il, vel jo prendre, Car jo en ai mout grant mestier Et il est tans de herbergier. " Atant a la porte passe Et voit la mainnie privee, Qui tout a l'encontre li vont; Salué et descendu l'ont; Se li metent sor le perron Son escu atot le lion Et li autre ont son ceval pris, Si l'ont en .i. estable mis; Et li autre, si con il doivent, Ses armes prendent et recoiivent. Li sire la nouvele en ot, Si tost commd onques le sot Vint en la cort, si le salue; La dame est avuc lui venue Et si fil et ses filles totes; Et d'autre gent i ot grans routes, Si l'ont herbergié a grant joie. Mis l'onc en .i. canbre coie Por cou que malada le voient; Et de ce mout se repenoient, Et de lui garir s'entremetent, Et son lion avuec lui metent, Des puceles quis mout savoient De medecine et si estoient Filles au signor de laiens. Jors i sejorna ne sai quans, Tant que il et son lion furent Gari et que raler s'en durent. Retour au sommaire
La demoiselle de Noire Épine en quête d'Yvain Mes antretant fu avenu Que la mort ot .i. plait tenu Au signor de la Noire Espine; S'ot pris a lui une aatine La mors, que morir le covint. Aprés sa mort, ensi avient De dous fille que il avoient Que l'ainnee dist qu'ele lairoit Trestoute la terre a devise Tos les jors qu'ele sera vivre, Que ja sa suer n'i partiroit. Li autre dist que ele iroit A la cort le roi Artu, querre Aide a desfendre sa terre. Et quant l'autre vit que sa sor Ne le souferoit a nul fuer Point de sa terre sans tencon, Si en fu an grant soupecon Et pensa, se ele pooit, Ancois de li a cort iroit. Atant s'aparelle et atorne; Plus n'i areste ne sejorne, Ains oire tant qu'a la cort vint. Et l'autre aprés sa voie tint Et quanqu'ele pot se hasta; Mais sa voie et ses pas gasta, Car la premiere avoit ja fait A monsignor Gauvain son plait Et il li avoit otroié Quanqu'ele li avoit proié. Mais teus couvens entr'eus avoit Que, se nus par li le savoit, Ja puis ne s'armeroit por li; Et cele li otroie ensi. Atant vint l'autre sor a cort, Afublee d'um mantiel cort D'eskerlate et de freshce hermine; S'avoit .iii. jors que la roïne Estoit de la prison essue O Meleagans l'ot tenue Et trestuit li autre prison, Et Lancelot par traïson Estoit remés dedens la tort. Et en celui meïsme jor Que en la cort vint la pucele, I fu noviele venue Del jaiant cruel et felon Que li chevaliers au lion Avoit en bataille tué. De par lui orent salué Monsignor Gauvain son neuveu. La grant honor et le grant preu Que il lor avoit por lui fait Li a sa niche tot retrait, Et dist que bien le cunnissoit, Si ne savoit qui il estoit. Cele parole a entendue Cele qui mout fu esperdue Trespensee et mout esbahie, Que nul conseil et nule aïe A la cort trouver ne quidoit, Puis que li miudres li faillot; Qu'ele avoit en mainte maniere, Et par amor et par proiere, Asaié monsignor Gauvain, Et il li dist: " Amie, e vain M'en proiés car je nel puis fare, Car j'ai enpris .i. autre afaire Que je ne lesaroie pas. " Et la pucele eneslespas S'en part et vint devant le roi. " Rois, fait ele, je vig a toi Et a ta cort querre conseil; Point n'en trus, mout m'en esmerviel Quant tos li mons li seut avoir. Mes ne feroie pas savoir Se je sans consel m'en aloie. Bien sace ma seur totevoie Qu'avoir porroit elle del mien Par amors, s'ele en avoit rien, Mais par force, que je onques puisse, Tant que je puisse avoir aïe, Ne li lairai mon iretage. - Vos distes, fait li rois, que sage; Entremetiers que ele est ci, Je li consel et se li pri Qu'ele vos laist vostre droiture. " Et cele qui estoit seure Del millor chevalier del monde Li respondi: " Dius me confunde Se ja de ma terre li part Castel, ne vile, ne essart, Ne bos, ne canp, ne autre cose. Mais se nus chevaliers s'en ose Por li armer, qui que il soit, Qui velle desrainnier son droit, Si i viengne tot maintenant. - Ne li offrés mie avenant, Fait li rois, que plus i estuet; S'ele velt porchacier, et se puet Au mais dusqu'a .xl. jors Au jugement de totes cors. " L'ainnee dist: " Biaus sires rois, Vos poés estaplir teus lois Tex con vos plest et bon vos ert, Mes a moi ne pent ne afiert Que je desdire vos en doie; Si ne couvient que joi otroie Le respit, se le requirt Et cele, que bel li ert. Quant je ne puis consel avoir, Del refuser n'est pas savoir, Car mout le desire et demande. " Tantost le roi a Diu conmande; Si s'est de la cort departie Et pense que tote sa vie Ne finerai par tote terre Del chevalier au lion querre. [L]ors s'en est de la queste entree Et trepasse mainte contree C'onques novielle n'en aprist; Tel dol a que grans mal l'en prist. Mes de ce mout bien li avint Que chiés .i. sien acointe vint Que ele estoit amee mout; Si aparut bien a son vout Qu'ele n'estoit mie bien sainne. A li retenir misent painne Tant que son afaire lor dist Et .i. autre pucele enprist La voie qu'ele avoit enprise: Por li s'est en la queste mise. Ensi remest cele a sejor, Et cele erra a grant baudor, Tote seule grant aleüre, Tant que vint a la nuit oscure. Se li anuia mout la nuis, Et de ce doubla ses anuis Qu'il plouvoit a si grant espoir Con Damesdius avoit de coi, Et fu mout ens el bos parfont. Et la nuis et li bois li font Grant enmi, mes plus li anuie Que la nuis, ne li bois, la pluie. Et li cemins que ses chevaus Que souvent estoit ses chevaus Jusque bien pres del ventre el tai; Si pooit estre en grant esmai Pucele en bois, et sans conduit, Par mal tans et par noire nuit, Si noire qu'ele ne veoit Le ceval sour coi elle seoit. Et por cou reclamoit adiés Damediu, et sa mere aprés; Aprés a reclamé les saintes. Et fist la nuit orisons maintes, Que Dius a hostel le menast Et fors de cel bois le gestast. Si pria tant que ele oï Un cor, dont mout se resjoï, Car la cuide ele qu'ele truist Hostel, de que venir i puist; Si s'est ver la vois adrecie Tant qu'ele vint a la cauchie, Et la cauchi droit le mainne Vers le cor dont oï l'alainne, Car par trois fois mout longement, Sonna li cors mout longement. Et ele ala droit vers la vois Tant qu'ele vint vers .i. crois Qui ert vers le cauchie a destre; Et la pense que poioit estre Li cors et celui qui le sonne. Ele cele part esperonne Tant qu'ele aprocha a un pont, Sor une brestece, parfont; Vit les murs et la barbachane. Ensi par aventure asane Au castel, se si adreca Par la vois se si adreca. La vois del cors l'i a atraite, Car sonné avoit ja la gaite Qui desus le castel estoit; Tantost con la gaite le voit, Si la salue et descent, Et la clef de la porte prent, Se li euvre et dist: " Bien vigniés, Pucele, qui que vos soiés. Anquenuit avrois bon ostel. - Je ne demanc anuit mais el ", Fait la pucele; et cil l'enmainne. Aprés le travail et la painne Que ele avoit la nuit eü, Li est d'ostel bien avenu, Car mout i est bien aisie. Aprés souper l'a arainnie Se ostes, et se li enquirt U ele va et qu'ele quirt. Et cele li respont adonques: " Jo quirc cou que je ne vi onques, .I. chevalier, ne ne connui, Mes .i. lion a avuec lui Et l'en me dist, se je le truis, Que mout e lui fier me puis. - Je, fet il, l'en port bien tesmoig, Car a .i. mout grant mien besoig L'amena Dius ici l'autre ier. Beneoit soient li sentier Par u il vint a mon ostel, Car d'un mien anemi mortel Me venga, dont mout lié me fist, Car il voiant mes iuus ocist. A cele porte par defors Porrois demain veïr le cors D'un grant jaiant que il tua Si tost que gaires n'i sua. - Por Diu, sire, fait la pucele, Car me dites voiree nouviele Se vos savés u il torna Et se en nul liu sejorna! - Le non, fait il, se Dius me saut voie! Mes bien vos metés en la voie, Demain, par ou il s'en ala. - Et Dius, fait ele, me maint la Que je voire noviele en oie! Car mout m'est tart que je le voie. " Ensi vont longement parlant, Puis s'en vvont colchier maintenant. Quant vint que l'aube fu crevee, Fu la damoissele levee, Qui en mout grant pensee estoit De quere cou qu'ele voloit. Fors li sire de la maison Se lieve, tuit si conpaignon; Si le mainne vers le cemin, Vers la fontainne sor le pin. Et cele de l'aler esploite Vers le castel la droite voie, Tant qu'ele vint et demanda As premiers que ele trouva S'il li savoient ensingnier Le lion et ice le chevalier Qui entraconpaignié s'estoient. Et cil dïent que il avoient Veü .iii. chevaliers conquerre Droit en ceste piece de terre. Et cele dist eneslespas: " Por Diu, ne me celés vos pas, Des que vos tant dit m'en avés, Se vos plus dire m'en savés. - Nenil, font il, nos ne savonmes Fors tant con dist nos en avvomes, (Fors tant que dit vos en avonmes) Nos ne savons que il devint. Se cele par cui il ca vint Noviele ne vos ensaigne, N'est ci qui le vos en aprengne, Et, se a li volés parler, Ne vos covient plus lonc aler, Qu'ele est alee Diu proier Et messe oïr a cel mostier, Et s'i a ja tant demouré Qu'asés i puet avoir ouré. " Queque il parloient ensi, Li mere del mostier issi; Se li dïent: " Veés le la. " Et cele contre li s'en va. Si se sunt entresalués; Tantost a celes demandees Les novieles qu'ele queroit. Et cele dist qu'ele feroit Un sien palefroi enseler, Car avec li voloit aler, Si la menra vers .i. plaissié U ele l'avoit convoié. Et cele de cuer l'en merchie. Le palefroi ne targe mie, On li amainne et ele monte. Lunete, cevauchant, li conte Cunment ele fu acusee Et de traïson apielé Et conment il li vint aidier Quant ele enn ot plus grant mestier. Ensi parlant le convoia Tant qu'a droit cemin l'envoia O mesire Yvains l'ot laissie. Quant jusques la l'ot convoiie, Se li dist: " Cest cemin tendrois Tant qu'en aucun liu vendrois O novielle vos en ert dite, Se Diu plaist et Sainte Esperite, Plus voire que je ne l'en sai. Bien me souvient que je laissai O pres de ci o ci meïsmes; Ne puis ne nos antreveïsmes Ne je ne sai qu'il a puis fait, Car mestier avoit d'entrait Quant il se parti sans moi. Par ci aprés lui vos envoi, Que Dius le vos doist trover sain, Se lui plaist, ains hui que demain! Or alés, a Diu vos conmanc, Car ne vos oi sivir avant, Que ma dame a moi ne s'iraisse. " Maintenant l'une l'autre laisse: Cele retorne, l'autre en va Sole et tant que ele trova La maison u mesire Yvains Ot tant esté qu'il fu tos sains. Et vit devant le porte gens: Chevaliers, dames et sergans, Et le signor de la maison. Sel salue et met a raison, S'il seüssent, qu'il li aprengnent Nouvielle et qu'il li ensaignent Un chevalier que ele quiert. " Qui est? font cil. - Cil qui ja n'iert Sans .i. lion, c'ai oï dire. - Par foi, pucele, fait li sire, Il parti orendroit de nos; Encor hui l'atendiens nos Se les esclos savés garder, Ces gardés vos de trop tarder. - Sire, fait ele, Dius m'en gart! Or me dites donc quel part Je le sivrai. " Et il li dïent: " Par chi, tot droit. " Et il li dïent Qu'ele, de par eus, le salut; Mais ce gaires ne lor valut, Mais ele onques n'en se mut. Tantost es grans galos se mut, Car l'ampleüre si sanloit Trop petite, et si anbloit So palefroi de grant eslais. Ensi galope par le tais Con par la terre ingal et plainne, Tant qu'ele voit celui qui mainne Le lion en sa conpaignie. Lors a joie et dist: " Dius, aïe! Or voi cou que j'ai tant tracié! Mout l'ai bien sivi et chacié. Mais se je cace et rien ne prenc, Que me vaudra se je le tieg? Poi u noient, voire par foi; Se je ne le maic avuc moi, Dont ai je ma paigne gastee. " Ensi parlant s'est tant hastee Que tos ses palefrois treshue; Qant le rataint, si le salue, Et cil li respondi tantost: " Dius vos gart, biele, et si vos ost De cuisencon et de pesance! - Et vos, sire, en cui j'ai fiance, Que bien n'en poriés oster! " Lors s'en vait les lui acoster Et dist: " Sire, mout vos ai quis. Li grans renons de vostre pris M'a fet mout aprés vos pener Et mainte terre trespasser. Tant vos ai quis, la Diu merchi, Que je vos ai trové ici; Et se je nul mal i ai trait, De nule rien ne me dehet, Ne ne m'en plainc, ne ne me menbre; Tant m'en sunt alegié mi menbre, Car la dolors me fui enblee Tantos qu'a vos fui asanblee. Si n'est pas la besoigne moie: Assés miudre de vos m'envoie, Plus gentius feme et mius vaillans. Mes se je sui a vos faillans, Dont l'a vostre renons traïe, Qu'ele n'atent d'autrui aïe: Par vos cuide ma damoissele Avoir desrainnié sa querrele, Car sa sor la desirete; N'a cure que autre main i mete, Nus ne li puet faire cuidier C'autres li puist avoir mestier. L'amor a la desiretee Avrois conquise et acatee Et creü vostre vaselage Par desrainnier son iretage. Ele misme vos requeroit, Por le bien qu'en vos eperoit, Ne jai autre n'i fust venue; Se maus ne l'eüst detenuee, Tant que par force a lit le traist. Or me respondés, s'il vos plaist, Se vos venir i oserois U se vos vos reposerois. - Naie! fait il. Por reposer Ne se puet nus hon aloser, Ne je ne reposerai mie, Ains vos ferai, ma douce amie, Volentiers u il vos plaira. Se de moi grant chose a faire a Cele por cui vos me cuerés, Ja ne vos en desesperés Que je tot mon pooir ne fece. Or me doist Dix cuer et corage Que je, par sa bonne aventure, Puisse derainnier sa droiture! " Retour au sommaire
Le chateau de Pire Aventure Ensi entre dex chevauchirent Parlant, et tant qu'il aprocierent Le castel de Pieme Aventure. De passer outre n'orent cure, Car li jors aloit declinant. El castel vienent maintenant, Et les gens qui venir le voient Trestuit au chevalier disoient: " Mal vigniés, sire, mal vigniés! Ci osteus vos fu ensigniés Por mal et por honte endurer: Ce puet .i. evesques endurer! - Ha! fait il, gens fole vilainne, Gens de tote mauvaisté plainne, Qui a tos biens avés failli, Por coi m'avés si acoilli? - Por coi? Vos le sarés asés Se vos .i. poi outre passés! Je cuic que mout bien le savrois; Mes ancois esté i avrois En cele haute forterece. " Tantost mesire Yvains s'adrece Vers la tor, et les gens l'escrïent; Trestuit a haute vois li dïent: " Hu! hu! maleüreus, u vas? S'onques en ta vie trouvas Qui te fesist honte ne let, La u tu vas t'en iert tant fait Que ja por toi n'iert raconté. - Gens sans honnor et sans bonté, Fait mesire Yvains, qui escoute, Gens maleuereuse et estoute, Por coi crie? Por coi m'asaut? Or me demante que me vaut, Qui si devant moi te degroces? - Amis, por noient te courouces, Fait une dame auque d'eage Qui mout estoit cortoisse et sage, Certes, que por mal nel te dïent, Nule cose, anchois te castïent, Se tu le savoies entendre, Ancois ne n'aille hostel prendre; Et le porcoi dire ne t'osent, Mais il te chastïent et cosent Por co que esmaier te vullent; Et par coustume faire solent Ainsunt a tos les sorvingnans, Por co que il n'aillent avant. Et la coustume si est teux Que nos n'osuns a nos hosteus Herbergier, por rien qui aviegne, Nul preudonme qui de hors vingne. Or est sor toi des ore plus, La voie ne te desfent nus: Se tu veus, lasus monteras, Mais, par mon los, retorneras. - Dame, fait il, se je creoie Vostre consel, je cuideroie Que j'averoie los et preu; Mes je ne savroie en quel liu Jo trouvaisse ostel anui mais. - Par foi, fait ele, et je me tais, Qu'a moi riens nule n'en afiert. Alés quel part que bon vos ert. Et neporquant, grant joie avroie Se je de laiens vos veoie Sans grant honte ca revenir, Mes ce ne poroit avenir. - Dame, fait il, Dius le vos mire! Mes mes faus cuers laiens me tire, Si ferai ce que mes cuers velt. " Tantost vers la porte s'esquiut, Et ses lions et sa pucele; Et le portier a soi apiele, Se li dist: " Venés tost, venés, Qu'a bon port estes arivés; Vos i serois bien retenus, Et mal i soiés vos venus. " Ensi li portiers le semont Et haste de venir amont, Mais mout li fist laide semonse. Et mesire Yvains, sans response, Par devant lui s'en passe et trove Une grant sale haute et nove; S'avoit .i. parc dedens enclos De peus de caisne et grans et gros. Et par entre les peuls laiens Vit puceles dusqu'a .iii.c. Qui diverses ouvres faisoient: De fil d'or et de soie ovroient Cascune au mius qu'ele savoit; Mais tel povreté i avoit Que deslies et descaintes En i avoit, ce saciés, maintes; Et as mamielles et as coutes Estoient lor cotes desroutes Et les chemisses as caus sales, Le flans grailes et les vis pales De mesaise qu'eles avoient. Il les voit, et eles le voient, Si s'enbroignent totes et plourent; Et une grant pieche demorent, Qu'eles n'entendent a rien faire, Ne lor ieus n'en puent retraire De terre, tant sunt adolees. Quant .i. poi les ot regardees Mesire Yvains, si se retorne, Droit vers la porte se retorne; Et li portiers contre lui saut, Si li crie: " Ne vos i vaut, Que vos n'en isterés, biaus mestre. Vos vauriés estre ja la fors estre, Mais, par ma foi, rien ne vos monte, Ains averés eu tant de honte Que plus n'en poriés avoir. Si n'avés mie fait savoir Quant vos estes venus caiens, Car del retorner est noiens. - Ne je nel quir, fait il, biaus frere. Mais di me, par l'arme ton pere, Damoiseles que j'ai veüses El parc, donc sunt elles venues, Qui dras de soies a or tissent? Ovres font qui mout m'abielissent. Mais cou ne m'abiellit pas mout Qu'eles sunt de cors et vuolt Maigres et pales et dolentes. Neporquant mout bieles et gentes Fuissent se a plenté eüsent Itels coses qui lor pleüssent. - Je, fet il, ne vos dirai mie. Querés autre qui le vos die. - Si ferai je, quant mius ne puis. " Lors quiert tant que il trove .i. huis Del praiel u les damoiseles Ovroient; et vint devant eles Si les salue ensanble totes; Et si lor voit caïr les goutes Des larmes qui lor degoutoient Des eulz, cum eles les plouroient. Et il lor dist: " Dix, se lui plest, Cestui deol ne sai dont vos naist Vos ost de cuer et tort a joie. " Celes dïent: " Dius vos en oent, Que vos en avés apielé! Ne vos sera noient celé Qui nos sunmes ne de quel terre, Espoir ce vos volés enquerre. - Por el, fait il, ne vin ge ca. - Sire, il avient mout grant pieca Que li rois de l'Isle as Puceles Aloit por enquerre nouvieles Par les cors et par le païs. S'ala tant conme faus naïs Qu'il s'enbati en cest periel. A mal eür i venist il, Car nos chatives, qui ci sunmes, Le ma et le honte en avonmes, Que onques ne le deservimes. Et bien sachiés que vos meïsmes I porés mout grant honte atendre Sa raencon n'en volés rendre. Mes toutesvoies si avint Que cil en cest castel vint Ou il a .ii. fis au diable; Ne le tenés vos mie a fable, Car de feme et de luiton furent. Et cil conbatre se deurent Au roi, donc fu dolors mout grans, Qu'il n'avoit pas .xvii. ans; Si le cuidierent tot porfendre Ausi conme .i. aignelet tendre. Et li rois, qui grant paor ot, Se delivra au mius qu'il pot; Si jura qu'il lor amenroit, Cascun an, tant con drois seroit, Caens de ses puceles trente; Ensi fina par droite rente; Si fu devisé au jrer Que cis treüs devoit durer Tant qui cist .ii. maufé vivront; Et a cel jor que il seront Cunquis et vencu en bataille, Cuite seront de ceste taille Et lores serons delivrees, Qui a honte sunmes livrees Et a torment et a malaisse; Jamais n'arons rien qui nos plaise. Mais mout dis ore grant enfance, Qui parla de la delivrance; De caiens jamais n'isterons, Tosjors mais de soie ouverons Et tosjor fain et soif avrons; Ne ja tant ne gaaignerons Que mius en aions a mangier. Del pain avons a grant dangier, Petit au sor et au main mains, Que ja de l'euvre de nos mains N'en avra cascunne a son vivre Que quatre deniers de la livre; Et de coup ne poons nos pas Assés avoir viande et dras, Car qui gaaigne la sema[ine] .XX. sols n'est mie hors de painne. Et bien sachiés vos a estros Que il n'i a cele de nos Qui ne gaaint .xx. sols u plus. De ce seroit rices un dus! Et nos sunmes a grant poverte, S'est rices de nostre deserte Cil por cui nos nos travillons. De nuit grant partie villons. Que vos iroie plus contant? De honte et de mal avons tant Que le quint n'en savonmes dire. Mais ce nos fait erragier d'ire Que mout souvent morir veonme Dames, puceles et prodoumes, Qui a deus diables se conbatent; Hostel trop ricement achatent, Ausi que vos ferés demain, Car trestout seul, de vostre main, Vos estera, vuilliés u non, Conbatre et perdre vostre non Encontre les deus vis diables. - Et Dius, li voir esperitables, Fet mesire Yvains, me defendent. Hornor et joie si vos rende, Se il a volenté li vint! Desormais aler m'en couvient, Veoir les gens qui laiens sont, Savoir quel chire il me feront. - [O]r alés, sire, Dius vos gart Qui tos les bien don et depart! " Lors va tant qu'il vient en la sale; N'i trove gent boinne ne male Qui le mesisent a raison. Tant trespasse de la maison Que il vinrent en .i. vergier; Onques de cevaus herbergier Ne tinrent plait ne ne parleret. Cui caut, quant cil les ostelerent Cil qui les cuidoient avoir! Ne sai se il cuidierent voir, Qu'encor ont il signor tot sain! Assés orent avainne et fain Et litiere dusques au ventre. Mesire Yvains el vergier entre Et puceles avuc sa route; Apoiet voit desous son coute .I. prodonme qui se gisoit Sor .i. drap de soie; et lissoit Une pucele devant lui En .i. roumans, ne sai de cui. Et por le roumant escouter S'i estoit venue escouter Une dame, c'estoit sa mere; Et li sires restoit ses pere. Si se pooient mout joïr, Mout se delitent de l'oïr, Car il n'avoient plus d'enfans; N'avoit mie .xvii. ans, Si estoit si bele et si gente Qu'en li servir meïst s'entente Li Dius d'amors s'il le veïst, Ne ja amer ne le fesist Autrui se lui meïsme non. Por li servir devenist hon, Si fust de la daïté fors Et ferist soi meïsme el cors Dou dart dont la plaie ne sainne Se desloiaus amans n'i painne. N'est drois que nus garir en puisse Tant que delloiaté i truise; Et qui en garir autrement, Il n'aime mie loiaument. De ceste plaie vos desise Tant que jamais fin ne presise Se li escouters vos pleüst; Mes aucuns de vos i eüst Qui desist c'est parole ouseuse, Car la gens n'est mais amoure[use] Ne n'ainment mie si con seulent, Cars nes oïr parler n'en vullent. Mes n'oiestes onques manie, A quel sanblant ne a quel chire Mesire Yvains est herbergiés. Contre lui saillent tuit en piés Tuit cil qui el vergiet estoient; Tout maintenant que il le voient, Se li dïent: " Or ca, biaus sire, De quanques Dius puet faire et dire Soiés vos beneois clamés, Et vos et quanques vos amés! " Je ne sai se il le decoivent, Mais mout bielement le recoivet Et font sanblant que il lor plaise Que herbergié soit a grant aisse. Meïme la fille au signor Le sert et porte grant honnor Que on doit faire son bon oste, Et trestotes ses armes oste; Et ce ne fu mie del mains Qu'ele meïme de ses mains Le col aplanie et sa face; Grant onor vult que on li face Li sire, si que l'en li fait. Chemise delie li trait Fors d'un cofre, et braies blances, Et fil et aguille a ses manches; Sel viest et les bras li coust. Or doist Dius que trop ne li coust Cele losenge et cil servische! A vestir desor sa cemisse Li a baillié .i. bon sorcot Et .i. mantiel a harigot, Vair d'escarlate, au col li met. Tant de lui servir s'entremet Qu'il en a honte, et tant li poise; Mais la pucele est tant cortoise Et tant franche et tant debonaire Qu'encor li cuide ele poi faire. Et bien set que sa mere plest Que bien a faire ne li lest Dont bien le cuide losengier. Laiens fu servis au mangier, Et mout aiese le couchierent; N'onques puis a lui ne touchierent Que il fu en son lit cochiés. Et li lions jut a ses piés, Si con il ot acoustumé. Au main, quant Dius ot alumé, Par le monde, son luminaire, Si main con il le pot plus faire, Qui tot fait par devisement, Lors se leva tot maintenant Mesire Yvains et la pucele; Si oent a .i. capiele Messe qui mout fu isnel dite En l'onnor de Sainte Esperite. [M]esire Yvains aprés la messe Oï noviele felenesse, Qu'il il cuida qu'i s'en deüst Aler et riens ne li neüst; Mes il ne pot estre a son chois. Et dist: " Sire, je m'en vois, S'il vos plaist, a vostre congié. - Amis, encor ne vos doing gié, Fet li sire de la maison. Jel nel puis faire par raison: En cest castiel a establie .I. mout grande diablie Qu'il me couviet a maintenir. Si vos ferai ja ci venir .II. fiers jaians et grans et fors; U ce soit drois u ce soit tors, Vos couvenra vos armes prendre. S'envers aus vos ossés desfendre Et s'aus .ii. les poés ocire, Ma fille a signor vos desire, Et de cest castiel vos apent L'onnor et quanqu'il i apent. - Sire, fait il, je n'en ruis point. Ja Dius ensi ne le me doist, Mais vostre file vos remaigne, Car l'enperere d'Alemaigne, S'il l'avoit, n'en seroit ja pire. - De noient vos oi escondire, Car vos n'en poés escaper. Mon castel et ma fille a per Doit avoir et tote ma terre Qui les pora andex conquerre; Car ja vos venront assaillir. La bataille ne puet faillir Ne remanoir en nule guise. Me je sai bien que couardisse Vos fait ma file refufuser: Par tant vos volés encuser Otreement de la bataille; Mes ce sachiés vos bien, sans faille, Que conbatre vos i estuet. Por rien eschaper ne s'en puet Nus chevaliers qui caens gise. Ce est costume et rente assise, Qui trop avra eü duree, Ne ma fille n'iert marie Tant que conquis u mors les voie. - Dont me couviet il totevoie Conbatre, maleoit gré mien; Mais je m'en soufrisse mout bien Et volentiers, ce poise moi. La bataille, je vos otroi, Ferai, quant ne puet remanoir. " Atant vindrent, hydex et noir, Anbedui li fil au luiton. E n'i a celui qui n'ait .i. Baston cornu de dure taille Qu'il orent fet en Cornouaille, De cheuvre et bien loié d'arcal. Des les espaules contreval Furent armé dusqu'a genous, Mes les chieres et les euz tos Ont desarmé, le janbes nues, Qui n'estoient mie menues. Ensi armé, tuit irié vindrent, Escus roons en lor mains tidrent, Fors et legiers por escremir. Li lions conmenche a fremir Tot maintenant que il les voit, Car il mout bien aperchevoit, Et por les armes que il tidrent, Que conbatre a son signor vindrent; Si se hirice et creste ensanble, De mautalent et d'ire tranble Et bat la terre de se coue, Et a talent que il rescoue Son signor ains que il l'ocïent. Quant il le voient, se li dïent: " Vasal, ostés de ceste place Vo lion, que mal ne nos face, U vos vos clamés recreant; Car autrement, je vos creant, Le vos couvint en tel liu metre Que il ne se puist entremetre De vos aidier ne de nos nuire. A nos vos couvient seul deduire, Car li lions vos aideroit Mout volentiers, se il pooit. - Vos meïme, qui le doutés, Fet mesire Yvains si l'ostés, Car mout me plaist et mout me siet, S'il onques puet, que il vos griet; Mout ert a moi biel s'il m'aïe. - Par foi, font il, ce n'i a mie: Faites le mius que vos poés, Ja aïe n'i averés. Tos seus, sains aïde d'autrui, I devés entrer et nos dui; Se li lions ert avuec vos, Por co qu'il se meslast o nos, Donc ne seriés vos pas seus, Ains seriés dui contre nos dex. Si vos couvint, je vos afi, Vostre lion oster de ci, Et bien vos poist tot orendroit! - U volés, fet il, donc qu'il soit? " Lors li moustrent .i. canbrete, Et dïent: "Laiens le metés. - Fet ert, puis que vos le volés. " Lors l'i mainne et si l'enserre. Et on li fait maintenant querre Ses armes por amer son cors; Et son ceval li ont trait fors, Se li amainnent et il monte. Por lui laidier et faire honte Li passent li dui campion, Qui aseür sunt del lion, Qui est dedens la canbre enclos. De mache li donnent grans cols Si que petite aïde i fait Escus ne arme que il ait; Car quant en son hyaume l'ataingnent, Trestout li enbarent et fraignent, Et son escu pecoier font Conme glace; tex cox i font Que ses puins i puet on bouter. Mout sont andui a redouter. Et il, que fait des .ii. maufés? De dol et d'ire est escaufés, Se desfent de tote sa force; Mout s'esvertue et mout s'enforce De donner grans cols et nuissans. Ne falent mie a ses presens, Qu'il lor rent a monte et a double. Mout a le cuer dolant et torble Li Lions, qui est en la canbre, Car de la bonté li remenbre Que cil li fist de son servisce, Que il eüt ja de sa franchise Et de s'aïde grant mestier; Ja li rendist a grant sestier U a mout grant mui ceste bonté, Que n'i eüst mesconté S'il peüst issir de laiens. Mout va regardant de tos sens, Mais ne voit par u il s'en aille. Bien ot le cols de la bataille, Qui perilleuse est et vilaine, Et por ce si grant dol demainnent Qu'il esrage vis et forsenne. Tant vait regardent qu'il asenne Au seul, qui issoit desous terre; Tant i garda que il s'enserre Et fiche jusque pres des rains. Et ja estoit mesire Yvains Mout travilliés et mout suans, Car mout trova les .ii. jaians Fors et felons et adurés. Mout avoit ja grans cols endurés Et rendu, tant qu'il onques pot, Ne de rien grever ne les pot, Car trop savoient d'escremie; Et lor escu n'estoient mie Teis que riens en ostast espee, Tant fust trenchans et aceree. Et por co se poiot mout fort Mesire Yvains douter de mort; Mes adiés tant se contretient Que li lions outre s'en vint, Tant ot desous le suel graté. S'or ne sunt li lion maté, Donc ne le seront il jamais; Car au lion trives ne pais N'aront il, tant que vis les sace. L'un en aert et si le sace Par terre, ausi conme .i. mouton. Or sunt esmaiet li glouton Et n'a honme en tote le place Qu'a son poioir joie n'en face. Car cil ne relevera ja Que li lions ateré a, Se li autres ne le secort; Por lui aidier, cele part cort Et por lui meïme desfendre, Qu'a lui s'alast li lions prendre Des qu'il eüst celui ocis Que il avoit par terre mis. Et si avoit gringnor paour Del lion que de son signor. Et ert ja mesire Yvains fox, Des qu'il li a torné le dos Et voit le col nu a delivre, Se longement le laisse vivre; Or li est mout bien avenu. La teste nue et le col nu Li a li glous abandonné, Et il i a grant colp donné Que la teste del bu li ret, Si souavet que mot n'en set. Et maintenant a l'autre vient, A celui que li autre li lions tint, Que rescoure et tolir li veut. Mais por noient, car trop se duet Que mires mestier n'i avra; En son venir si le navra Li lions, que mout fu iriés, Que laidement fu enpiriés. Mesire Yvains arier le boute Et voit qu'il li avoit desroute L'espaule et tote del bu traite. Del jaiant point ne se deshaite, Car ses bastons li est caüs. A terre ciet conme .i. seüs, Qu'il ne se crolle ne ne muet; Mes tant i a que parler puet Et dist, si con il li puet dire: " Hostés vostre lion, biaus sire, Se vos plaist, que plus ne m'adoiast; Car, biaus sire, fere vos loiast De moi quanque bon vos en ert. Et qui merchi crie et requiert, Ne doit faillir quant il la rueve, Se honme sans pité ne trouve. Ne je ne me desfenc or plus, Ne jamais ne leverai sus De chi, mais que merchi n'en aie; Tot me mec en vostre manaie. - Di donc, fait il, que tu otroies Que vencus et recreans soies. - Sire, fait il, il i pert bien Que vencus sui, maloiot gré mien, Et recreans, je vos otroi. - Dont n'as tu plus garde de moi Et mes lions te raseüre. " Atant vienent grant aleüre Totes les gens eviron lui, Li sires et la dame o lui; Se li dïent: " Or serés vos Damoisiaus et sires de nos, Et nostre fille ert vostre dame, Car nos le vos donrons a feme. - Et je, fait il, le vos redoing. Qui l'a, si l'ait! Je n'en ruis point; Et si ne le di por desdaing, Biaus sire, que je ne le prenc, Que je ne veil ne si ne doi. Mes, s'il vos plaist, delivrés moi Les chaitieves que vos avés; Li termes est, bien le savé, Qu'eles s'en doivent aler cuites. - Voirs est, font il, ce que vos dites, Et je le vos renc et cuit, Qu'il n'i a point de contredit. Mais prendés, si fetes savoir, Ma fille et trestout mon avoir: Ele est mout biele et gente et sage, Si est de mout gentil parage; Jamais, voir, tel dame n'avrés. - Sire, fait il, vos ne savés Mon ensongne ne mon afaire, Ne je ne le vos os retraire. Mes bien saciés que je refus Ce que ne refuseroit nus Qui deüs son cuer ne s'entente Metre en pucele biele et gente; Mout volentiers el receüse Se je peüsce ne deüsce Ceste ne autre recevoir, Ce sachiés vos trestot de voir. Si m'en laisiés aler atant, Car la damoisele m'atant Qui est aveuc moi ca venue; Et conpaignie m'a tenue Et je li revul bien tenir, Que que il me doie avenir. - Volés, biaus sire? Et vos, conment? Jamais, se je ne le conmainc Et mes consaus ne le m'aporte, Ne vos ert overte la porte, Ains remanrés en ma prison. Orguel faites et mesproison Quant je vos pri que vos pregniés Ma fille et vos ne la daigniés. - Desdaing, sire? Non fac, par m'ame, Mais je ne puis espouser feme Ne demourer por nule painne. La damoisele qui m'enmaigne Sivrai, car il ne puet autre estre. Se il vos plaist, de ma main destre Vos plevirai, si me creés, Qu'ensi que vos or me veés, Revendrai ca, se j'onques puis, Si prendrai vustre fille puis, Quel hore que il bon vos ert. - Dehait donques qui mius vos quirt Ne foi ne plege ne creante! Se ma file vos acreante, Vos revenrés hastivement; Ja por foi ne por sairement Ne cuic que revigniés plus tost. Or alés, car je vos en ost Tos creances et tos couves. Se vos retenoit pluie u vens, Laide tenpeste et grans orage, Se vos n'en avés bon corage, Grant couvoitisse, ne m'en chaut! Foi que je doi a Diu le haut, Se n'est noiens, ne m'en caut il! Je n'ai pas ma fille enpor vil Que je a force le vos doigne. Or alés en vostre besoigne, Car tot autant, se vos venés, M'en est, con se vos denourés. " Atant mesire Yvains s'en torne, Del castel, que plus n'i sejorne, Et s'en a devant lui menees Les puceles desprisonees, Que li sires li a baillies, Povres et mal aparillies; Mais or sunt rices, ce lor sanble. Fors del castiel toutes ensanble, Devant lui, dex et deux les manne; Or sunt getees fors de paine Quant eles del praiel s'en issent; Ne cuident pas qu'eles feïssent Tel joie con de celui font Por celui qui fist tot le mont, S'il fust venus del ciel a terre. Merchi et pes li vont requerre Totes les gens qui dit li orent Tant de honte qu'il onques porent; Si le vont ensi convoiant, Et il dist qu'il n'en set noient: " Je ne sai, fait il, que vos dites, Car je vos en clain trestos cuite, C'onques cose dont je mal tiengne Ne desistes, dont moi souviengne. " Cil sunt mout lié de ce qu'il oent, Et sa cortoisie reloent. Si le conmandent a Diu tuit, Quant grant piece l'orent conduit. Et les damoiseles li ront Congié demandé, si s'en vont. Au departir totes l'enclinent Et se li orent et destinent Que Dius li doinst joie et santé Et venir a sa volentés En c'onques liu qu'il onques aut. E il lor dist que Dius les saut, Car li demoures li anuie: " Alés, font il, Dius vos conduie En vo païs sainnes et lie. " Maintenant se sunt avancies; Si s'en vont grant joie faisant. Retour au sommaire
Yvain combat Gauvain Et mesire Yvains maintenant De l'autre part se rachemine. D'esrer a grant esploit ne fine Trestos les jors de la semainne, La u la pucele l'enmainne, Qui la voie mout bien savoit Et le recet u ele avoit Laissie la desconfortee, Deshaitie et desiretee. Mais quant ele oi la nouviele De la venue a la pucele, Ne fu joie se cele non , Et del chevalier au lion , Que cele en ot dedens son cuer; Car or cuide ele que sa suer De son iretage li laist .I. partie, se li plaist. Malade ot esté longement La pucele; nouvielement Estoit de son mal relevee, Qui longement l'avoit grevee, Si que parut bien a sa chiere. A l'encontre, tote premiere, Li est venue sans demeure, Et si le salue et honneure De quanques unques faire puet. De la joie parler ne puet Qui la fu a son ostel faite: Ja parole n'en ert retraite, Car trop i aroit a conter; Tot vos trespas dusqu'al monter A l'endemain, qu'il s'en partirent. Tant cevauchierent que il virent Les castiel u li rois Artus Ot sejorné quinsainne u plus. Et la damoisele i estoit Qui sa seror desiretoit, Qu'ele avoit pres la cort tenue, Qu'ele ot atendu la venue Sa suer, qui tost vient et aproche. Mais mout petit au cuer li touce, Qu'ele ne quide qu'ele truise Nul chevalier qui soufrir puisse Monsignor Gauvain en estor. Ne n'i avoit mais que .i. jor De la quinsainne a avenir; L'iretage sole a tenir Eüst derainnié cuitement Par raison et par jugement Se cil seus jors fust trespassés. Mais puis i ot a faire asés Qu'ele ne cuide ne ne croit. A l'ostel qui n'ert mie estroit, Fors del castiel, illuques vinrent, U nules gens ne le connurent: Car se il el castel jeüssent, Totes les gens le conneüsse, Mais de cou n'avoient il soing. L'edemain, a mout grant besoing, A l'aube aparissant s'en issent; Si se reponnent et pissent Tant que li jors fu biaus et grans. Jors i ot passés ne sai quan[s] Que mesire Gauvains estoit Destornés, si c'on ne savoit A cort de lui nule nouviele, Fors que solement la pucele Por cui il se devoit conbatre. Prest a trois liues u a quatre Estoit de la cort destornés; Puis vint au jor si atornés Que retornerent ne le porent Cil qui tosjors conneü l'orent As armes que il aporta. La damoisele qui tort a Vers sa seror tot en apert, Voiant tos l'a a cort offert, Que por li desrainnier voloit La querele u ele n'ot droit; E dist au roi: " Sire, hore passe, Dusqu'a poi sera nonne basse, Et li daerains jors est hui. Si veés bien que je me sui Garnie de mon jor tenir. Se me seur i deüst venir, N'i eüst plus que demourer. Diu en puisse je aourer, Quant ele ne vient ne repaire! Bien pert qu'ele ne puet mal faire, Si s'est por noient travillie Et je me sui aparillie Tos les jors dusque au daerain A desrainnier ce que je clain. Tot ai desrainnié sans bataille, Si est bien drois que je m'en aille Dedens mon herbergaje en pais, Car je ne respondroie pas A ma seror tant que joi vive; Si remanra lasse chaitive. " Et li rois, qui mout bien savoit Que la pucele tort avoit Vers sa seror, mout desloial, Li dist: " Amie, a cort roial Doit l'en atendre, par ma foi, Tant con li jugeor le roi Jugent por le droit avenir. Encor a del jor a venir, Encor venra trestot a tens Vo seur, ensi conme je pens. " Tantost que li rois ot ce dit, Le chevalier au lion vit Et la pucele delés lui; Sol a sol venoient andui, Car del lion enblé se furent, Et fu remés la dont il vinrent. Li roi la pucele a veüe, Si ne l'a pas desconneüe, Et mout li plot et enbeli Quant il la vit, car dever li De la querele se tenoit. Et quant il la pucele voit, De la joie que il en ot Li dist, au plus tost que il pot: " Or avant, biele! Dius vos saut! " Quant l'autre l'ot, tote tressaut; Lor se retorne, si la voit Et le chevalier qu'ele avoit Amené por son droit conquerre; Cerkie en avoit mainte terre. Mout fu biel del roi apielee La pucele; puis est alee Devant le roi, la u il sist; Quant devant lui vint, se li dist: " Dius saut le roi et sa mainnie! Rois, soit puet estre desrainnie Ma droiture ne ma querlele Par .i. chevalier, dont l'ert ele Par cestui qui, soie merchi, Est venus o moi jusques chi. S'eüst il allors mout a faire, Li frans chevaliers debonaire; Mais de moi li prist tel pitié K'il a ariere dos geitié Tou son afaire por le mien. Or feroit cortoisie et bien Ma dame, ma tres doce suer, Que j'ain autant conme mon cuer, Se ele mon droit me laissoit, Tant qu'entre moi et li pes soit, Ke je ne demanc rien del sien. - Et je ne demanc rien del tuen; Car tu n'i avras rien ne n' as. Ja tant porchacier ne savras, N'en ferai rien por preechier; Tote en poras de dol sechier. " Et cele respont maintenant, Con cele qui ot cuer vaillant Et mout estoit sage et cortoise: " Certes, fait ele, mout me poisse Quant por nos dex se conbatront Si proudonme con cil dui sont. S'est la querele assés petite, Mais je ne l'en puis clamer quite. Por ce millor gré vos savroie Et tosjors mais vos ameroie Se vos me rendiés mon droit. - Certes, qui or te respondroit, Fait l'autre, mout seroit musarde. Maus fu et male flame l'arde Se ja t'en lais dont mius te vives! Ancois asanbleront lor armes De l'autre et sera prime nonne, Se la bataille nel te donne. - Dix et li drois que je i ai, En cui je me fi et fia, Tos tans dusqu'al jor qui est hui, En soit aïde a icelui Ki par aumosne et par franchise Se poroffre de mon servische, Si ne set il qui je me sui, Ne ne me connoist ne ge lui! " Tant ont duré qu'atant remainnent Les paroles et si amainent Les chevaliers enmi la cort. Et tos li pules i acort, Si con a tel afaire seulent Core les gens qui veïr velent Cols de bataille et d'escremie. Mais ne s'etreconnoissent mie Cil dui qui conbatre se suelent velent, Car mout entramer se sulent. Et or donc ne s'antreainmen il? Et je vos di bien, sans mentir, Que li uns l'autre provera Si que raison i trovera. Por voir, mesire Gauvains aime Yvain et por ami le clainme; Et Yvains lui, que liu qu'il soit; Neïs se ci le connissoit, Feroit ja de lui grant feste; Et si metroit por lui sa teste Et cil le siue ausi por lui, Ans qu'il eüst nul point d'anui. N'es ce Amors loiaus et fine? Oïl, certes. Et la Haïne, Dont ne rest ele tote aperte? Oïl, et si est cose ape certe; Et li uns a l'autre sans dote Vausit avoir la gole route, Et tant avoir fait li vaudroit De honte que pis en vandroit. Par foi, ceste merveille prouvee Qu'en a en .i. vaissel trouvee Amor et Haïne prouvee mortel. Biaus sire Dius, duis en .i. hostel! Conment puet estre li reperes As dex coses qui sunt contraires? A .i. ostel, si con moi sanble, Ne puent eles estre ensanble, Car ne poroit pas remanoir L'un aveuc l'autre en .i. manoir, Ca noise et tencon i avroit Des que li uns l'autre savroit. Mes en .i. chas a pluisors chanbres, Car il i a loges et angles; Ensi puet ele estre entreclose: Espoir Amors estoit enclose En aucune canbre a celee, Et Haïne en estoit alee Es loges par devers la voie Por ce que velt que on le voie. Or est Haïne mout en choce, Qu'el esperonne mout et broche Sor Amor quanqu'ele onques puet; Amors onques ne se remuet. Hé! Amors, u este reposte? Car t'en is, si verras quel hoste Ont sor toi amené et mis Li anemi a lor amis; Li anemi sunt ci meïsme Qui s'entraiment d'amor saintisme, Qu'amors qui n'est fause ne fainte Est presieuse chose et sainte. Ci est Amors avaugle tote Et Haïne ne revoit gote; Qu'Amors desfendre li deüst, Se ele les reconneüst, Que li uns l'autre n'adesast Ne fesist rien qui li grevast. Por ce est Amors aveuglee Et desconfite et degainglee Que ceus qui sunt tot sien a droit Ne reconnoist, et si les voit. Et Haïne dire ne set Por coi si li uns l'autre het. N'ainme pas, ce poés savoir, L'ome qui le vaudroit avoir Houni et qui sa mort desire. Vaudroit dont dans Yvains ocire Monsignor Gauvain, son ami? Nenil, ce vos jur et afi. Li uns ne vaudroit avoir fait A l'autre ne honte ne lait, Por quanques Dius a fait por honme Ne por tot l'enpire de Ronme. Or ai je menti largement, Car on voit bien apertement Que li uns velt envaïr l'autre, Lance levee sor le fautre; Et li uns velt l'autre blecier Por laidir et por empirier, Car ja nus ne s'en refaindra. Or die de cui se plaindra Cil qui des coll avra le pis Qua l'uns avra l'autre conquis? Car s'is font tant qu'il s'entrataingnent, Paor ai qu'il ne se mahaignent Et que tant n'ait longe duree La bataille que soit outree. Yvains pora par raison dire, Se la soie partie est pire, Que cil li a fait lait et honte Que il por son mi aconte, N'on ne l'apiele par son non Se ami et conpaignon non. Et s'il avuent par aventure Que il li reface laidure Ne que que soit le sormaint, Avra il droit se il s'en plaint? Nenil, qu'i ne savra de cui. Entrelongié se sunt andui Por ce qu'il ne s'entreconnoisent. A l'asanbler lor lances froissent, Qui grosses erent et de franne. Li uns de rien l'autre n'arainne, Car s'il entrarainnié se fuissent, Autre asanblee faite eüsent. Ja n'eüst a lor asanblee Feru de lance ne d'espee. Entrebaissier et acoler S'alaissent ains que afoler; Or s'entr'afolent et mahaingnet. Les espees rien n'i gaaignent Ne li hyaume ne li escu, Qui enbugni sunt et fendu; Et des espees li trencant Esgrainnent et vont redoisant. Car il se donnent mout grans flas Des trenchans, non mie des plas, Et des puings grans coll se fierent Par le naseus et sor le dos Et sor les frons et sor les jeois Que totes sunt perses et bloies, La u li sans quasse desous. Et li hauberc sunt tot desrous Et li escu si depechié N'i a celui qui soit blecié. Et tant se painnent et travaillent A poi que li cuer ne lor falent. Si conbatent .i. caude Que escharboucle ne esmeraude N'ot sor les hiaumes atagie Ne soit molue et esrachie; Et si tres grans cols s'entredonnent Sor les hiaumes que tot estonnent Et por poi qu'i ne s'ecervelent. Li oel des chiés lor estancelent, Qu'il ont les puins quarrés et gros, Et les ners durs, et fors les os, Si se donnent males groinnies A ce qu'i tienent enpungnies Les espees, qui lor aïe A faire souvent envaïe. Qant grant piece se sunt lassé Tant que li hiaume sunt quassé Et li hauber tuit desmaillié, Tant ont des espees maillé, Et li escu resunt tuit frait, .I. poi se sunt ariere trait, Si laissent reposer lor vainnes Et si reprenent lor alainnes. Mais il ne font pas gran demeure; Li uns a l'autre recuet seure Plus fierement con mais fisent, Et tuit dïent que mais ne virent Dex chevaliers si corageus: " Ne se conbatent mie a geus, Ancois le font trestot a certes. Les merites ne les desertes Ne lor seront jamais redues. " Car paroles orent entendues Li dui ami qui s'etrafolent, S'etendent que les gens paroles Des dex serors entracorder, Mais l'en ne poroit ou trouver Devers l'ainne en nule guise. Mais la puisnee n'estoit mie Sor ce que li rois en diroit, Ne ja rien n'en contrediroit. Mais l'ainnee estoit si encreve, Ne mais que la roïne grive, Et li chevaliers et li rois, Ki mout ert sages et cortois, Envers la puisnee se tienent. Et tuit le roi prier en vienent Ke, malgré l'ainsne seror, Doist de la terre a la menor La tierce partie u la quatre Et les dex chevaliers departe, Ki sunt de mout grant vaselage Et mout i avroit grant damage Se li uns l'autre conqueroit Ne point de s'onnor li toloit. Et li rois dist que de la pais Ne s'entremeteroit jamais, Car l'ainnee seuer n'en a cure, Tant par est male creature. Et tot oent ce qu'il parolent Li dui, qui des cols s'entrefoulent Si qu'a tos est mout grans mervelle, Ke la bataille est si parelle Que l'en ne set a nul avis Li ques ait le mius ne le pis. Mais li dui, qui si se conbatent Et par martire los achatent, Mervellent soi et esbahiscent, Que si par ingal s'esvaïssent; A grant mervelle cascun vient Qui cil est qui si se contint Envers l'autre si fierement. Si se conbatent longement Ke li jors vers la nuit se trait; Et il n'i a celui qui n'ait Les bras las et les cox dolans. Et li sans tos caus et boulans Par divers lius des cors lor bolent Et par desous les hiaumes colent; N'est mervelle se il se dolent Et por cou reposer se vuelent. N'ont plus de la bataille cure, Car la nuis lor vint mout oscure Et por ce que mout s'entredoutent. Et ces dex choses mout redoutent; Ne s'en movent, ancois s'acoisent; Mais ancois que del canp s'en voisent, Se seront bien antracointié S'avra entr'eus joie et pitié. Mesire Yvains parla ancois, Qui sor tous autres ert courtois; Mais au parler nel reconnut Ses bons amis: ice li nuit Qu'il avoit la parole base Et la vois foible et roe et quasse, Car tos li sans li fu meüs Des cols qu'il avoit receüs. " Sire, fait il, la nuis aproce; Ne cuic que blame ne reproce Aions se la nuis nos depart. Mais tant oi de la moie part Que mout vos donc et mout vos pris, N'onques en ma vie n'enpris Bataille dont tant me dolisse, Ne chevalier que tant volisse Connoistre ne cuide veoir. Bien savés, vos convint savoir, Bien savés vos cols aseoir Et bien les savés enploier. Nus ne set mius de cols paier Chevalier que je conneusce; Ja, mon vul, tant ne receuisse Con vos m'en avés hui presté. Tot m'ont vostre cop entesté. - Par foi, fet mesire Gauvains, N'estes tant estordis ne vains Que autretant u plus ne soie; Et se je vos reconnissoie, Espoir ne vos greveroit rien. Se je vos ai presté dou mien, Bien m'en avés rendu le conte, Et del catel et de la monte, Car mout estes sages del rendre Plus que je ne soie del prendre. Mes conment que la chose prenge, Quant vos volés que vos aprenge Par quel non je sui apielés, Ja plus ne vos sera celés: Gauvains ai non, fius le roi Loth. " Tantost que mesire Yvains l'ot, Si s'esbahist et espert tos. De mautalent et de courous, Flatist a la terre s'espee, Qui tote estoit ensanglentee, Et son escu tot depechié; De son ceval descent a pié Et dist: " A! las! Quel meschaance! Car par trop lede mesestance Ceste bataille fait avomes, Qu'entrecunneü ne nos sunmes; Car ja, se je vos conneüsce, A vos conbatus ne me fuisse, Ains me clamaisse recreant Devant le cop, je vos creant. - Conment? fait mesire Gauvains. Qui estes vos? - Je sui Yvains, Qui plus vos aim que rien del monde, Si con il est a la reonde; Car vos m'avés amé tosjors Et honneré en totes cors. Mes je vos vel de ceste afaire Tel amende et tel honnor faire Qu'outrement vencu m'otroi. - Ice feriés vos por moi? Fait mesire Gauvains li dols. Certes, mout seroie ore estos Se ge ceste amende prennoie. Ja, certes, ceste honnors n'ert moie, Ains ert vostre, ge le vos lais. - Ha! Biaus sire, ne dites mais, Que ce ne poroit avenir; Je ne me puis plus soustenir; Je sui atains et sormenés. - Certes, de noient vos penés, Fait ses amis et ses conpaings. Me je sui conquis et atains, Ne je ne le di por losenge, K'il n'a el monde si estrange Cui je autretant n'en desisse, Ancois que de cols tant soufrisse. " Ensi parlant sont descendu; S'a li uns a l'autre tendu Ses bras au col, si s'entrebaisent, Ne de ce mie ne se taisent Que cascuns vencu ne se claint. La tencons onques ne remaint Tant que li rois et li baront Vindrent tot entor environ; Si les voient entrejoiir Et mout desirent a oïr Que ce puet estre et qui il sont Qui si grant joie s'entrefont. " Signor, fait li rois, dites nos Qui a ja si tost mis entre vos Ceste amisté et ceste acorde, Qu'itel haïne et tel descorde I a hui tote jor eüe. - Sire, ja ne vos ert teüe, Fet mesire Gauvains, ses niés, La mescheance et li meschiés Dont ceste bataille a esté. Des que estes ci aresté Por oïr et por le savoir, Bien ert qui vos dira le voir. Je Gauvains, li vostre niés, sui; Mon conpaingnon ne reconnui Et mon signor, qui est ici, Tant que, la soie grant merchi, Si cum Diu plot, mon non enquist. Li uns a l'autre son non dist; Lors nos entrereconneümes Quant bien entrebatu nos fumes. Bien nos sunmes entrebatu; Se nos nos fuisons conbatus Encor .i. poi plus longement, Il m'alast mout tres malement, Car, par mon cief, il m'eüst mort Par sa proece et par mon tort Et celi qui en camp m'a mis. Mais or voil mius que mes amis M'ait outré d'arme que tué. " Lors est trestous li sans mué Mesire Yvains, et se li dist: " Ha! biaus sire, se Dius m'aït, Trop avés grant tort de ce dire; Mais bien sache li rois, me sire, Que je sui de ceste bataille Vencus et recreans sans faille. - Mes je. - Mes je ", fait cil et cil. Tant sunt andui franc et gentil Que la victore et le couronne Otroie l'uns a l'autre et donne; Ne cil ne cil ne le velt prendre, Ancois font tot par force entendre Au roi et a totes ses gens Qu'il est vencus et recreans. Mais li rois la tencon depieche, Quant les ot oïs une pieche; Et li oïrs mout li plaisoit Et ce avuec que il vooit Qu'il s'estoient entrafolé, S'avoit l'uns l'autre acolé, Enpirié erent en maint leus. " Signor, fait il, entre vos deus A grant amor, bien le mostrés Que cascuns dist qu'il est outrés. Mes or vos e metes sor moi Et je l'amenderai, je croi, Si bien qu'a honor vos sera Et tos li mons m'en loera. " Lors li ont bien acreanté Que il feront sa volenté Tot ensi con il le dira. Et li rois dist qu'il partira A bien et a foi la querele. " U est, fait il, la damoisele Qui sa seror a fors boutee De s'onor et desiretee Par force et par male merci? - Sire, fait ele, veés me ci. - La estes vos? Venés donc ca. Bien le savoie, grant pieche a, Que vos le desiretiés. Ses drois ne sera mais noiés, Car conneü m'avés le voir. Sa partie par estavoir Vos couvient clamer tote cuite. - Sire, fait ele, se j'ai dite Une parole nice et fole, Volés me vos prendre a parole? Por Diu, sire, ne me grevés! Vos estes rois, et si devés Garder de tort et de mesprendre. - Por ce, fait li rois, vuel je rendre A vostre seror sa droiture, Car je n'oc onques de tort cure. Et si avés bien entendu Qu'en ma merchi se sunt rendu Vostre chevaliers et li sens; Jo n dirai pas tos vos buens, Car vostre tors est conneüs. Et cascuns dist qu'il est vencus, Tant veut li uns l'autre honerer. A ce n'ai ge que demourer Des que la chose est sor moi mise: U vos ferés a ma devise Tot quanque je deviserai Sans faire tort, u je dirai Que mes niés est d'armes conquis. Et adonques vaura il pis, Mais je dirai contre mon cuer. " Que il ne deüst a nul fuer, Mais il le dist por asaier Se il le pooit aploier Qu'ele rendist a sa seror Son iretage, par paor, Qu'ele s'aperceüst mout bien Qu'ele ne le rendist por rien, Por chose que dire seüst, Se force u grant paor n'eüst. Mais por ce qu'ele dote et crient, Li dist: " Biaus sire, il me couvient Que je face vostre talent, Mais mout en ai le cuer dolent, Et je ferai que qu'il me griet; S'avra ma suer mout ce qu'ele quiert De sa part de mon iretage; Vos meïsme dons en estage Por ce que plus seüre en soit. - Revestés l'en tot orendroit, Fait li rois, et ele en deviengne Vostre feme, et de vos le tiengne; Si l'amés conme vostre feme, Et ele vos conme sa dame Et con sa seror germainne. " Li rois ensi la chose mainne Tant que de sa terre est saisie La pucele, si l'en merchie. Et li rois dist a son neveu, Al chevalier vaillant et preu, Et a Yvain que, se lor plest, Que lor armes oster lor laist. Lors le desarment li vasal Et les departent par ingal. Et queque il se desarmoient, Le lion corant venir voient, Qui son signor querant aloit. Tot maintenant que il le voit, Si conmenche grant joie a faire. Lors veïssiés ariere traire; Trestuit li plus hardis s'enfuit. " Estés, fait mesire Yvains, tuit. Por coi fuiés vos? Qui vos chace? Ja ne quidiés que mal vos face Li lions que venir veés. De ce, s'il vos plaist, me creés: Il est a moi et je a lui; Nos soumes conpaignon andui. " Lor sorent trestuit cil por voir, Qu'orent oï amentevoir Les aventures au lion, De lui et de son conpaignon, C'onques autres ne fu que cist. Et mesire Gauvains li dist: " Sire conpaing, se Dius m'aït, Qui le felon jaant ocist, Hui m'avés eü anemi. Mauvaisement vos ai meri Le service que me fesistes Quant vos le jaiant ocesites Por nos neveus et por mes nieches. Por ce ai a vos pensé grant pieche, Et por ce estoie angouseus Que l'en disoit qu'entre nos dex Avoit amor et acontence. Mout i ai pensé sans doutanche; Mas apenser ne me savoie N'onques parler oï n'avoie De chevalier que je seüsse En tere u je esté n eüsse, Cun li chevaliers au lion Fust onques apielés par ton non. " Desarmé sunt ensi parno parlant, Et li lions ne vient pas lent Vers son signor, la u il sist. Quant devant lui vint, si se sist Grant joie, conme beste mue. En enfremerie u en mue Les en couvient andex aler; Por lor plaies faire saner Ont mestier de mire et d'entrait. Devant lui mener les en fait Li rois, car mout cier vos les avoit. Un bon mire qui mout savoit De plaies garir plus que nus Lors a mandé le roi Artu. Et cil de garir se pena Tant que lor plaies lor sana Au mius, au plus tost que il pot. Retour au sommaire
Retour à la fontaine, le pardon de Laudine Quant anbesdex garis les ot, Mesire Yvains, qui sans retor A tot son cur mis en amor, oit bien que durer ne puet, Por la dame en fin moroit S'ele nen a de lui merchi, De lui qui se moroit por li. Et pense qu'il s'en partiroit Tos seus de cort, s'en partiroit A la fontainne guerroier; Et s'i feroit tant foudroier Et tant venter et tant plouvoir Que par force u par estavoir Li conmandera a faire pes U il ne finera jamais De la fontainne tormenter Et plouvoir et de venter. Maintenant que mesire Yvains Senti qu'il ert garis et sains, S'en parti, c'onque nus nel sot; Mais son lion avuec lui ot, Car onques en tote sa vie Ne vaut laissier sa conpaingnie. Puis errerent tant que il vinrent La fontanne, et plouvoir le firent. Ne cuidiés pas que je vos mente, Qu'ensi fu faite la tormente Que nus n'en conteroit le disme; Il sanbloit que dusqu'en abisme Deüst tote la forés fondre. La dame dou castiel se doute Qu'il ne fonde trestos ensanble; Li murs crolent et la tors tranble, Si que por poi qu'ele ne verse. Mius amast estre prise en Perse Li plus hardis, entre les Turs, Qu'il fust la dedevens repuns. Tel paor ont que il maudïent Lor ancessors, et trestuit dïent: " Maleois soit li premiers honm Qui en ces païs fist maison Et cil qui le castel fonderent! Qu'en tot le monde ne troverent Liu que on deüst plus haïr, C'uns seus hom le deust envaïr Et tormenter et travillier. " " De ceste chose consillier Vos couvient, dama, fait la dame Lunete. Ne troveriés qui s'entremete De vos aidier a cest besoig Se on nel fait querre mout loing. Jamais voir ne reposerons En cest castiel, ne n'oserons De la porte le mur passer. Qui avroit fait tos amaser Vos chevaliers a cest afaire, Ne s'oseroient avant traire Tos li miudres, bien le savés. S'est ore ensi que vos n'avés Qui desfende vostre fontainne, Si sanbleroit fole et vilainne; Mout biel honnor i avrois ja Quant sans bataille s'en ira Cil qui si vos a villie. Certes vos estes mal baillie S'autrement de vos ne pensés. -Tu, fait la dame, qui tant sés, Me di conment en penserai, Et jo a ton los en ferai. - Dame, certes, se je savoie, Volentiers vos conselleroie; Mais vos ariés grant mestier De plus rainnable consillier. Avuec les autres souferai, Se Diu plaist, tant que je vivrai. En vo cort a aucunc prodome Qui prendra le fais et le sonme De ceste bataille sor lui; Mes je ne sai se ce ert hui, Si vaudra pis avuec vostre oés. " Et la dame li respont leus: " Damoisele, car parlés d'el! Laissiés les gens de mon chastiel, Que en eus n'ai je nule atendue Que par nul d'eus soit desfendue La fontainne ne li perrons. Mais, se Diu plest, or i verrons Vostre consel et vostre sen, Car au besoing, cors jors dist l'en, Puet on som ami esprover. - Dame, qui cuideroit trover Celui qui le jaiant ocist Et les trois chevaliers conquist, Il le feroit mout tres bon querre. Mes tant con il avra la guerre Et l'ire et le torment sa dame, N'a il sous ciel honme ne feme Ou il eüst, mon ensiant, Jusques il li jurt et fiant Qu'il fera tote sa poisance De racorder la mescheance Que sa dame a si grant vers lui; Il en muert de honte et d'anui. " Et la dame dist: " Je sui preste, Ans que tu te mes en la queste, Que je te plevirai ma foi; Et juerai, s'il vient a moi, Que je, sans guille et sans faintisse, Li ferai tot a sa devise Sa pes, se je faire le puis. " Et Lunete li respont puis: " Dame, de ce ne doutés rien Que vos ne li puissiés mout bien Sa pes faire, se il vos siet; Mes del sairement ne vos griet, Car jel prenderai totevoie Ains que je me mete a la voie. - Ce, fait Lunete ne me poisse. " Lunete, qui mout fu cortoisse, Li a fors maintenant fors traire Un mout presieus saintuaire; Et la dame a genos s'est misse, Cui amors angousse et atisse. Lunete mout cortoisement Li eschari le sairement; Que de son preu n'i oublia Cele qui eschari li a. " Dame, fait il, levés la main! Je ne voil pas qu'aprés demain M'en reprociés ne ce ne quoi, Car vos n'en ferés rien por moi. Por vos meïsme le feroies! S'il vos plest, s juerois Por le Chevalier au lion Que vos, en tel entencion, Vos penerois tant qu'il avra Que l'amor de la dame avra Tot ausi bien con il l'ot onques. " Le main destre leva adonques La dame et dist: " Trestout ausi Cum tu le dis, et je le le di, Ensi m'aït Dius et cist sains, Que ja mes cuers ne sera fains Que tosjors mon pooir ne face. L'amor li rendrai et la garce Que il seut a sa dame avoir, Se j'en ai force ne pooir. " Or a bien Lunete esploitié; De rien n'avoit tel couvoitié Que de ce qu'il avoit ce fait. Et l'en li avoit ja fors trait .I. palefroi souef anblant. A biele chiere, a biel sanblant, Monte Lunete; si s'en va, Tant que desous .i. pin trova Celui qu'ele ne quidoit pas Trouver a si petit de pas, Ains quidoit qu'il le couvenist Mout querre ains que a lui venist. Por le lion l'a conneü Tantost con ele l'a veü; Si vient vers li grant aleüre Et descent jus a terre dure. Et mesire Yvains la recut Tot errant con il le connut; Lors le salue, et ele lui. " Sire, fait ele, mout lie sui Que je vos ai trové si pres. " Et mesire Yvains dist aprés: " Coment? Me queriés vos donques? - Oïl, voir, et si ne fui onques Si lie des des que je fui nee, Car j'ai ma dame a ce menee, S'ele parjurer ne se velt, Que tot ausi con ele seut, Ert vostre dame et vos se sire; Par verité le vos puis dire. " Mesire Yvains forment s'esjot De la nouviele, que il ot K'il nel cuidoit ja oïr. Lunete prist a conjoïr Por co que ce li a porquise. Les ieuz li baise et puis le vis, Et dist: " Certes, ma doce amie, Certes, ce ne vos puis je mie Gueredonner, en nule guise. A vos faire honnor et servisce Crien que pooirs et tans me faille. - Sire, fait ele, or ne vos caille, Et si n'en soiés ja en pens, Car asés avrés liu et tans A bien faire et moi et autrui. Se je ai fait cou que je dui, Si m'en doit on tel gré savoir Cunme celui qui autre avoir Enprunte, et puis si le repaie. Encor cuic je que je vos aie Rien rendu de ce que devoie. - Si avés, ensi Dius me voie, Et plus de .v..c. mile drois! Or en irons quant vos vaudrois. Mes avés vos dit de moi Qui je sui? - Naie, par ma foi, Ne set con vos avés a non Se Chevaliers au lion non. " [E]nsi parlant s'en vont adiés, Et li lions le siut de pres; Ainc ne disent ne co ne quo Tant qu'au castiel vinrent tot .iii.; En rue n'ot honme ne feme, Tant que il vint devant sa dame. Et la dame mout s'esjoï Si tost cun la nouvielle oï Que la pucele revenoit, Et de ce que ele amenoit Le lion et le chevalier Qu'ele voloit mout acointier Et mout connoistre et mout veoir. A ses piés s'est laisiés caoir Mesir Yvains, qui fu armés. Et Lunete, qui fu dalés, Et dist: " Dame, relevés l'en, Et si metés et force et sen A la pais faire et au pardon, Car nus ne li puet, se vos non, En tot le monde porcerchier. " Lors le fait la dame drechier Et dist: " Mes pooirs est tos soens. Sa volenté faire et ses buens Vauroie mout que je peusse. - Certes, dame, ja nel deïsse, Fait Lunete, se ne fust voirs. Tos en est vostres li pooirs Asés plus que dit ne vos ai. Mais desormais, le vos dirai, La verité si le savrois: Ainc n'eüstes ne ja n'avrois Si bon ami conme cestui. Dius, qui velt entre n vos et lui Ait bone pes et bonne amor, Itel qui ne faille a nul jor, Le m'a hui fait si pres trover; Que a la verité prover N'i covient autre raison dire. Dame, pardonnés li vostre ire, Car il ne aime autrui que vos: Dame, c'est Yvains, vostre espos. " A cest mot la dame tressaut Et dist: " Se Damesdius me saut, Bien m'avés a querele prise! Celui qui ne m'ainme ne prisse Me ferés amer mau gré mien. Or avés esploitié mout bien. Si m'avés mout a gré servie! Mius amaisse tot ma vie Vens et orages endurer! Et se ne fust de parjurer Trop laide cose et vilainne, Jamais a moi, por nule painne, Pais ne acorde ne trovast. Tosjors mais el cuer me couvast, Conme li feus couve en la cendre, Ce donc je ne me vel or plandre. Je ferai quant faire l'estuet, Car autrement estre ne puet. " [M]esire Yvains ot et entent Que ses afaires bien li pnt, Qu'il avra misericorde. " Dame, fait il, pas et acorde Doit on de peceor avoir. Conperé ai mon fol savoir, Et jel dui mout bien conperer. Folie me fist demourer, Si me renc copable et mesfait; Et mout grant hardiment ai fait Quant devant vos osai venir. Mais s'or me volés retenir, Jamais ne vos mesferai rien. - Certes, fait ele, je vel bien, Por cho que parjure en seroie Se tot mon pooir n'en faisoie, De pes faire entre vos et moi. Se il vos plest, jel vos otroi. - Dame, fait il, .v..c. mercis! Si m'aït li Sains Esperis, Que Dius en cest sicle mortel Ne me peüst lié faire d'el! " [O]r a mesire Yvains sa pes, Et saciés bien que onques mais Ne fui de nule rien si liés, Conment qu'il ait esté iriés. Mout estoit a bon cief venus, Qu'il est amés et chier tenus De sa dame, et ele de lui. Ne li sovient de nul anui, Car por sa joie les oublie Qu'il a de sa tres ciere amie. Et Lunete rest mout aise: Ne faut cose qui li plaise, Des qu'ele a fait la pais sans fin De monsignor Yvain la fin Et de sa feme chire et fine. Del Chevalier au lion fine Crestiens son ronmant et ensi, C'onques plus parler n'en oï Ne ja plus n'en orés parler S'on n'i velt menconne aconter. Retour au sommaire