François Béchu

Reflet d'ordre

D Non pas debout comme la pierre pourtant visitée tel jour Non pas enceint bien que majestueux Mais double Et l'on découvre pour commencer qu'il n'est pas carafe qu'il est après tout tendu Or il foisonne du simple regard même s'il est le signe de l'espace ou mettre le poids de l'eau Ainsi fait, autant dire : rien ne le découvre nul ne le recueille Effort pour de l'oeil quand on l'a voulu ballonné ou avec la façon plus morne de l'enfoui Il est domaine de la trempée couché en lui sans pli par connaissance du grain Là où se rendre par le sas utile du crayon Rendez-vous donné pour l'ordre quel que soit le crime Revenir doué d'un dehors vif Savoir si c'est du sable ou un crachoir Y sous-tendre absolumment son relief Auteur tout exilé pour dire son nom mélangeur de pays suivant son servant caprice qu'on ne verra pas se consumer au feu des lignes Fruit du tamier qui surprend la mémoire Rivalité entre l'écorce et la tête Naissance du jeu jusqu'à l'appareil Alors que la forme récupère l'inattention Tu relèves du travail, et c'est moi qui te fais faire le tour de la flaque Autant pour toi l'essentiel ignore la brassée comme le mouvement jamais livré Je reste en conclusion feuille penchée dans le ciel Si l'on te considère de haut tu es supposé cime en contrebas Profil du squelette gonflé sous la terre Retour au sommaire Autour d'un acrobate différent que les livres il y a un parfum dressé face au regret On te l'a vécu en espaçant les pointes Ce n'est ni de l'histoire ni du suicide que tu viens C'est sur une marche d'escalier Je te prends le visage Après tout je pleurerai bien moi aussi Retour au sommaire Ajouter soustraire La retenue Dans mes mains Celle de ton visage il dit il avance Parmi les rayons chargés de devenir il soutient la fêlure très chère du pré Quoi qu'il pleuve ? Retour au sommaire Puis pour sortir de notre économie l'un et l'autre suivant l'inattendu au foirail on se rerouve si le rêve hypothèque En tombant sur lui le don de soi meurt Lit dessous dans la sueur dont un corps seul est défait Le sensuel crève d'investir pour perdre Retour au sommaire Reflet d'ordre A Félicien Genouel Croire c'est casser la chance de bonheur Main morte posée sur du vrai Et pour rire On rirait davantage A n'y plus croire Ce ciel. Mais métamorphosé A l'instant L'audace accuse les bras Elle tâte ton faire des gestes Coupable avec toi Quitte avec toi Retour au sommaire Rencontre La venue fige le rouleau tendre des vents Elle est boutonnière des vents Faute de l'oeil, Qui parle de pulvériser ? La féconde, Elle est devisante Ce fil de chair dénudé Haute position du fou Avec quelle femme ? La décision opère le mât triste du jars pointant Elle est majeure partie de la nuit Tutoiement folibond en permanence Comment vous m'aimez ? Elle est repoussée. Qui ? -- La Femme. C'est l'extase allée avec la solitude. Retour au sommaire Sommeil d'essayage A Caroline D... Rive poudreuse conduite par la mariée ; avancés dans l'âge et le sommeil mille enfants des trous de Loire offrant un fleuri d'herbe. La langue est mèche de toute chose, retirée comme un sexe du temps solide. Enveloppe de poudre,traînée chif- fonnée des draps où nous nous prenons poussières et cares- ses. Point de chaleur. Long terrain vague amputé par les cris. Retour au sommaire Circonstance La circonstance, possédez-la en des filets exacts Elle n'est jamais ailleurs qu'au fond d'un seau Parvenue, tout près comme au cerne roux Et s'élève tirant la ficelle qui pend de l'univers cloisonné des astres Le fil mêlè de l'aiguille du regard qui balance La circonstance aborde bien des répliques outillées il lui faut, pour aider à ce qui est porté, savoir où sont les jambes féminines les mains et les ventres mâles il lui faut obliger des formes pour vérifier le contenu des mots La circonstance fait partie des insectes ces dérangements de l'espace qui veulent boire Mais aux autres aussi donne la parole Elle voudrait que les cheveux et la sueur continuent voudrait les convertir en alliance Les couler dans sa tête La circonstance même nommée ne craint rien du regret Sûrement qu'en dehors des routes Elle retient autant qu'elle accélère Ceux qui s'y trouvent On oserait la priver d'étendue Si le refuge n'insistait pas avec beaucoup de mal La circonstance termine un reflet d'ordre Avec toi la lumière ou au chaud deviné de l'oiseau Pommiers, vents frais, accordez-vous aux crachats près des pelles A cet impossible pari de faire boire le capital-liqueur de toute chose que le rien connaît Je manisfeste La circonstance elle-même retire ses impressions Ces appartements où je m'asseois mouillant ma pipe Par terre durablement les fourmis je m'allonge sec Et sur mon corps ma glotte piquée comme un bouton de sonnette Un filet pourrissant au fond de moi sans risques Enfin peu de choses méritant d'être dites Retour au sommaire