Hélinant de Froidmont

Les Vers de la Mort


I Mors, qui m'as mis muer en mue En tel estuve où li cors sue Che qu'il fist au siècle d'outraige, Tu lièves sor tous ta machue; Mès nus por ce se pel ne mue Ne ne cange son viés usaige. Mors, ti suelent cremir li saige. Or ceurt cascuns à son damaige, Qui n'i puet avenir, s'i rue : Por ce ai-je cangié mon coraige, Et ai lassié et giu et raige; Mal se moulle qui ne s'essue. Mors fera, Mors nequam Legem dans omnibus œquam. II Mors, va à chiaus qui d'amors cantent, Et qui de vanité se vantent, Si les apren si à chanter Con font cil qui por che t'encantent, Qui tôt hors del siècle se plantent Que tu ne's puisses sozplanter. Mors, tu ne sés chiaus encanter Qui le tien cant suelent canter, Et le paor Diu n'en enfantent : Cuers qui tel fruit puet enfanter, Por voir le puis acréanter Que nus tiens gius pas ne's sozplantent. Mors Domini servat; Mors sceptra ligonibus œquat. III Mors, qui en tous lius as tes rentes, Qui de toz marchiés as les ventes, Qui les riches sés desnuer, Qui le plus poissant acraventes, Qui les levés en haut adentes, Qui les honors sés remuer, Qui les plus fors fais tressuer Et les plus cointes esnuer; Qui quiers les voies et les sentes Où l'en se siaut empaluer, Je wuel mes amis saluer Par toi que tu les espoentes. Est necesse mori, Mors nulli parce t homini. IV Mors, je t'envoi à mes amis, Ne mie conme à anemis, Ne conme à gent que je point hace ; Ains proi Dieu qui el cuer m'a mis Que ce lor soille k'ai pramis, Qu'il lor doinst longe vie, et grace De bien vivre tot lor espace; Mais tu qui joes à la cache De chiaux où Dex paor n'a mis, Moult fais grans biens par ta manache Car ta péors purge et saache L'ame aussi con par un tamis. Dissimiles simili conditione trahit. V Mors, qui tos nos as pris as las, Qui en tos lius fais werreglas Por nos faire werreglachier, Certes voirs est que je te has ; Mais chiaus où je t'envoi nel' fas, Ains le fas por iaus souslachier, Pour vanité loing d'iaus cachier Qui se paine d'iaus pourcachier Tant ke aves les ait fais ou mas; Mais qui vielt se vie enlacier, Et de toutes pars embracier, Fox est s'il ne laist ses degras. VI Mors, trai ton cor et si le sone Et à Bernai et à Perone Si que Bernars premerains l'oie Qui plus est près de se corone, Se Dex nel' refuse ou séone Aussi comne fausse monoie. Mors, di li que bien sés la voie Au jovencel qui se desroie Tant conme Dex santé li done, Et quant li tout se li reproie : Fors est del ploi de le coroie Qui ne crient Dieu fors quant il tone. VII Mors, Mors, salue moi Bernart Mon chier ami que Dex me gart, Par cui mes cuers souspire et pleure : Di li que trop le voi couart D'eslire à lui la meilleur part, De torner che desous deseure. Por qoi ne vient? por qoi demeure? S'il vielt que Dex tost le sekeure, Por qoi le voi venir si tart? Fox atent tant que l'eve keure, Mais se il passe le droite heure, Dex li dira ne part ne hart. VIII Mors, Mors, salue moi Renaut De par celui qui maint en haut, Qui se fait et crimbre et amer : Di li, di li qu'il s'aparaut A encontrer l'arc qui ne faut Sans blecier et sans entamer. C'est le jour de le mort amer, Où il convient passer la mer Dont les ondes sont de fu caut. Fol puis le carpentier clamer Qui se maison laist à fermer Dusques là que la Mort l'assaut. IX Mors, qui saisis les terres franches, Qui fais ta keus de gorges blances A ton raséoir afiler; Ki la soif à l'aver estances, Qui l'arbre plain de fruit esbrances Que li rices n'ait que filer; Qui te paines de lui guiler, Qui par lonc mal le fais piler, Qui li ostes du pont le plances : Di as enfans dant Gilemer Ke tu fais l'aiguille enfiler Dont tu lor dois coudre les mances. X Mors, di l'oncle, di le neveu C'or nous convient par petit treu Passer à moult petit d'avoir, Por ce ont li saige assés en peu; Mais li avers n'aura jà preu, Car il ne set noient avoir. Mors, bien nos fais apercevoir Q'en aver n'a point de savoir, Tous jours i a del poil del leu; Mais cil te set bien decevoir, Qui poverte set recevoir, Et keurt tous nus à ton hareu. XI Mors, en cui miréoir se mire L'ame quant des cors se descbire, Et bien voit en son livre escrit Qu'il nos covient por Dieu eslire Cele vie qui est le pire Selonc le corporel delit ; Di mes amis que tout eslit Ont fait en Paradis lor lit Por souffrir dolor et martire : Or facent dont ce qu'il m'ont dit, Car ame qui Dieu ment s'ocit, Et moult a entre faire et dire. XII Mors, qui deffens à estoier L'avoir que cil doit emploier Ainçois qu'il oie tes assaus. As prinches te vuel envoier Ki trop suelent chiaus gerroier Ki sueffrent les frois et les caus. Mors, tu venges les bas des haus Qui tuit se sont pris à l'assaus Por sains martirs miex gerroier. Tu trences par mi à tes faus Faucons et ostoirs et gierfaus Que tu vois au ciel coloier. XIII Mors, qui venis de mors de pome Primes en feme et puis en home, Tu bas le siècle conme toile, Va moi saluer le grant Rome Qui de rungier à droit se nome, Car le char runge et le cuir poile; Et fait as symoniaus voile De Cardonax et d'Apostoile. Rome est li mail qui tôt assome, Rome nos fait de siu candoile Quant son légat vent conme estoile, Jà n'iert tant tainz de noire gone. XIV Mors, fai enseler tes chevaus Por sus monter ces cardonaus Qui luisent conme mort carbon, Por le clarté qu'il ont en iaus. Di lor que moult ies dure à chiaus Ki plus aerdent de cardon Au grant present et au grant don, Et por ce ont Cardonal à non ; Mais Rome emploie deniers faus, Et tout brisie et tout séon, ' Et si sorargente le plon C'on ne connoist les bons des Maus. XV Mors, crie à Rome, crie à Rains, Seigneur, tot estes en mes mains, Aussi li haut conme li bas; Ouvrés vos iex, chaingniés vos rains Anchois que je vos tiegne as frains, Ke ne vos face crier, las! Certes j'akeur plus que le pas, Et s'aport dez de deus et d'as Por vos faire jeter del mains. Laissiés vos chifflois et vos gas, Tex me cuevre dessous ses dras Qui cuide estre tous fors et sains. XVI Mors, va à Biauvais tôt corant A l'Evesque qui m'aime tant, Et qui toz jours m'a tenu chier. Di li qu'il ait sans contremant Un jour à toi, mais ne sai quant : Or se paint dont d'espeluchier Sa vie et sa nef espuisier, Et de bones muers aluchier. Or se doit mais véir engrant, Puisqu'il t'ot à son huis huchier Por sa chéiere trebuchier, Et pour escorre en son devant. XVII Mors, qui les haus en prison tiens Aussi conme uns povres chiens Ke li siècles a en despit, Salue deux evesques miens, Celui de Noion et d'Amiens ; Di leur qu'il ont mains de respit Ke en lor faces n'est escrit : Tu fais de lonc terme un petit. Or se gardent de tes engiens; Tu prens le dormant en son lit, Tu touls au riche son delit, Tu fais biauté devenir fiens. XVIII Mors, qui as contes et as rois Acorches lor ans et lor mois, Conques hom alongier ne pout, Chartres et Chaalons et Blois, Salue pour les Tibaudois Loéis, Renaut et Rotrout. Mors, tu mengues quanc'on mout, Et qui rehapes quanc'on tout, Di à mes amis, à ces trois, Ke ne prestres ne Dex n'assout Chelui qui se dete ne sout Ains que tu l'aies pris à quois. XIX Mors, qui prens chiaus soudainement Qui quident vivre longuement, Et qui pekent en esperanche, Va moi semondre vivement Tous nos prelas isnelement, Lombars, Englès et chiaus de France, Pourquoi ne font sans demorance Justise de roial poissance Qui Dieu gerroie apertement. Bastons ont por faire venjanche, Et cornes en senefiance K'il doivent hurter durement. XX Mors, Mors, qui jà ne seras lasse De muer haute cose en basse, Moult volentiers fesisse aprendre Rois et princes, se je osasse, Conment tu trais rasoir de casse Pour chiaus rere qui n'ont que prendre. Mors, qui les montés fais descendre, Et qui des cors as rois fais rendre, Tu as tramail et rois et nasse Por devant les haus homes tendre, Qui por se poesté estendre Son ombre tressaut et trespasse. XXI Mors, tu abas à un seul jour Aussi le roi dedens sa tour Con le pouvre desous son toit ; Tu erres adès sans sejour Por cascuns semonre à son tour De paier Dieu trestot son droit. Mors, tant tiens l'ame en ton destroit Qu'ele ait paié quanqu'ele doit Sans nule faute et sans retour : Por ce est fox qui seur s'ame acroit, Qu'ele n'a gaige qu'el emploit, Puis qu'ele vient nue à l'estor. XXII Mors, moult as bien assis le monde, De totes pars à la réonde Tu lieves seur toz ta baniere ; Tu ne trouves qui te reponde Ne par force ne par faconde, Tant par as espoentant chiere. Tu nos assaus en tel manière, De près getes à la perriere, De loing menaches à la fonde : Tu tornes cbou devant derriere, Car premeraine fais le biere C'on atendoit tierce ou seconde. XXIII Mors, douce as bons, as max amere, A l'un ies large, à l'autre avere, Les uns cache, les autres fuit; Tex ne la crient qui la compere, Et prent le fil devant le pere, Et kieult le fleur devant le fruit, Et le cors boute ains qu'il s'apuit, Et tolt l'ame ains qu'ele s'aquit, Et fiert anchois qu'ele s'apere; Mors, vait conme lerres par nuit, Et l'endormi en son déduit Semont tost avant de li rere. XXIV Mors, qui est véue et escrite En le vielle face despite, Se repont bien en jovenciax, Et plus entor chiaux se delite Qui par fierté li dient, fui-te; C'est en ces cointes damoisiax Qui vont as kiens et as oisiax, Qui font homaige as bons morsiax, Qui plus ardent que lesche-fruite : Et tu lor joes des coutiaux, Et lor afubles tex mantiaux Ke de plain midi lor anuite. XXV Mors, en sainte ame et en eslite, Kel char qu'el ait, maigre ou porfite, N'as de poesté fors moult poi : Lués qu'el est hors le claime quite, Por ce est saiges qui s'aquite Endementiers qu'il a de quoi ; Car en ame qui est sans foi, Qui laist son cors vivre sans loi, Mors permanablement habite. Or ait cascuns merchi de soi, Car qui n'en prent hastiu conroi Ne puet falir à mort soubite. XXVI Mors est soubite à droit nomée Quant le vie n'est ordenée Anchois que l'ame isse del cors; Et l'ame qui s'en est alée Miex li venist qu'ainc ne fust née, Tant par troeve chier tans dehors. Por ce n'est nus mieldres confors Que Dieu prier par bone amors En jouene cuer enracinée. Kexque li cors soit blans ou sors, Mieus retrait adès cestui mors Dont l'ame est primes abevrée. XXVII Ke vaut quanques li siecles fait? Mors à une heure tot deffait, K'el ne goe mie à refaire; Ke vaut quanq'avarice atrait? Mors en une heure tôot fortrait, Qui ne pert nul giu par mestraire. Mors fait les plus emparlés taire, Les plus joans plorer et braire ; Mors fait tos jors de bel tans lait, Mors fait valoir et sac et haire Autant con porpre et robe vaire ; Mors contre tos desraine au plait. XXVIII Ke vaut biautés, que vaut rikece, Que vaut honors, que vaut hautece, Puisque Mors tot à sa devise Fait sor toz pluie et sekerece, Puisqu'il a tout en sa destrece Quanc'on despit et quanc'on prise ? Ki paor de mort a jus mise, C'est cil cui la Mors plus atise Et vers cui ele ançois s'adrece. Cors bien norris, char bien alise Fait de fust et de vers kemise, Ke plus s'aaise, plus se blece. XXIX Mors, prové ai, de rien n'en dout, C'autant ne vaille peu con mout; De tote rien qui muert et seche Mors mostre ke noiens est tout, Et quanque glotrenie englout, Et quanque lecherie leche. Mors fait que saige rien ne peche, Por ce que riens ne li conteche Où ele puit doner un bout. Mors met à un pris grange et creche, Vin et iaue, saumon et seche; Mors dist à totes coses prout. XXX Mors est le rois qui tout atrape, Mors est le mains qui tot agrape,' Tout li remaint quanq'ele aert; Mors fait à tous d'ysembrun cape, Et de la pure terre nape, Mors à trestoz égaument sert, Mors toz secrés mostre en apert, Mors fait de franc home cuivert, Mors acuivertist Roi et Pape, Mors rent cascun ce qu'il desert, Mors rent au povre quanqu'il pert, Et toit au riche quanqu'il hape. XXXI Mors fait à cascun se droiture, Mors fait cascun droite mesure, Mors poise toz à juste pois, Mors venge cascuns de s'injure, Mors met orguel à porreture, Mors fait falir la guerre as Rois, Mors fait garder decrès et lois, Mors fait laissier usure et crois, Mors fait de souef vie dure, Mors as porées et as pois Done savor de bon craspois En encloistre où on crient luxure. XXXII Mors apaise les emplaidiés, Mors amastit les envoisiés, Mors totes les mellées fine, Mors met à droit les faux croisiés, Mors fait droit à toz les boisiés, Mors toz les plais à droit termine, Mors dessoivre rose d'espine, Paille de grain, gruis de ferine, L'erbe des prés, vins des celiers; Mors voit parmi voile et cortine, Mors seule scet et adevine Con cascuns est à droit proisiés. XXXIII Mors, honis est qui ne te crient, Et cil folement se contient Qui croit que cil siecles ne faille : Faillir sans faille le convient, Peu le tenra qui plus le tient. Kanc'on alonge Mors retaille, Mais li fol dient : Nos que caille De quele heure Mort nos assaille? Prendons chi le bien qui nos vient, Après que puet valoir si vaille : Mors est le fin de le bataille, Ame et cors à nient devient. XXXIV Piecha que ceste error conmenche De cele seculer sentence Dont fu la vies phylosophie, Nascui ceste pesme science Ki tolt à Dieu se providence, Ki dist qu'autres siècles n'iert mie; Selonc che a la meillor partie Chil qui s'abandone à folie, Que cil qui garde continence : Car certes s'il n'est autre vie, Entre ame à home et ame à truie N'a donques point de différence. XXXV S'autres siècles n'est, donques viaus Ait ci li cors toz ses aviaus Et faiche quanque li delite; Vive li hom conme porchiaus, Car tous pechiés est bons et biaus Se vertus n'a point de merite. Dex ! que feront dont cil hermite Ki por Dieu ont lor char afflite Et béu tant d'amers jussiaux, S'après la mort est quite et quite ? Trop ont le pior vie eslite Tuit cil del ordre de Cistiaux. XXXVI Se Diex à ciax nul bien ne rent, Plus kier as blans c'as noirs se vent, Moult ont le mieus cil as gros cols Ki ne tienent Dieu nul covent, Ki font profession souvent As bons morsiax et as lits molx : Car certes, si con dist sains Polx, Cil qui set dire les bons copx, Ki le bien quant il vient ne prent, Ains sueffre por Dieu les durs copx, Moult est maléurex et folx, S'il autre bien de Dieu n'atent. XXXVII Se Dex ne rent repos por laste A celui qui n'a pain ne paste, Ou qui por lui s'est essilliés En l'ordure où li cors se gaste Por faire s'ame sobre et caste, Fox est cil et moult engigniés, Quant por Dieu s'est si avilliés, Ke en blanc ordre est kevilliés, Quant d'aler à Dieu ne se haste. Dont fu bien sains Laurens truilliés Ki fut rostis et graeilliés, Et fist por Dieu de son cors haste. XXXVIII Bien nous ont monstré tuit li saint Qui tant furent por Dieu destraint, Ke ce que Dex dist n'est pas fable, Ne ce n'est contrueve ne faint Chou que sainte Escripture paint De mort, de vie parmanable. Bien ont doné tesmoing créable Ke li torment sont pardurable Où cil seront cui le char vaint : Or sont assis à haute table Prince del ciel et conestable : Ki honor cache, honor ataint. XXXIX Mors, se rice home à ti pensassent, Jà lor ames là ne cachassent Où n'a mestier or ne argent ; Jà lor vix cors si n'aaisassent, Ne lor ongles si n'aguisassent Por escorchier les povres gens : Car en chiaus fiches-tu tes dens Plus en parfont et plus dedens Ki deseur le povre gent passent Ke Dex abandone à tous vens, Ki de lassus tence as dolens, La fain d'avarice trespassent. XL Mors, tu deffies et guerroies Chiaus qui de tailles et de proies Font les forfais et les outraiges ; Toz les tormens en chiaus emploies Ki d'autrui dolors fout lor joies, Neporquant c'est mais li usaiges Par trestoz en nos segnoraiges : Icil tempeste, icil oraiges Cache lor ames maies voies ; Certes ce n'est nus vasselages Faire son preu d'autrui damages, Et d'autrui cuir larges coroies. XLI Mors, tu keurs là où orguel fume Por estaindre quanqu'il alume, Les ongles sans oster i fiches Et riche qui art et escume Seur le povre cui sanc il hume. Ha! rikece, por qoi nos triches? Ke plus as bascons, plus tols fliches, Ke plus as castiaus, plus tols miches : Certes tele est mais le costume Ke plus est là fors li hom riches, Tant est-il plus avers et niches, Et plus a froit qui plus a plume. XLII Li miex vestus et li plus cras, Chiaus à poi pain et poi de dras Poilent adès ; mais ce vos prueve Que Dex sans faille o eus n'est pas, Qui juge les haus et les bas Lués qu'il issent de ceste esprueve, Et rendent l'ame ou viés ou nueve Qui tos les biens et les maus troeve, Lués qu'ele est venue au trespas. Illuec aprent-ele en esprueve Ke faire estuet che que Deu rueve : Hom n'est pas fait por vivre à gas. XLIII Dex, qui nos forma uns et uns, Ou il est or fel et enfruns Au povre, ou il est ses vengerres : Car ce voit bien as iaus cascuns Ke meillor de soi foule aucuns. De Noiron qui tant fu pecierres, Ki fut sor toz fel et lechierres, Fu penés me sire sains Pierres, Et plus eut deseur toz dehuns Cil sains, et quant il fu peschierres Et puis qu'il devint préeschierres Fu tous jors des meilleurs li uns. XLIV Moult fu li tans à chiaus divers, A l'un estés, à l'autre yvers; Cil fu blamés, cil losangiés; Paradis fu l'un, l'autre enfers; Cil fu en buies et en fers, Cil ne fu onques mis en giés, Ains fu de toz bien aengiés; Cil fu de toz biens calengiés. Diex ! cil leus dévora tes sers, Cist aigniaus fu de lui mengiés : Certes s'or n'est par toi vengiés, Dont ies-tu jugierres pervers. XLV Diex ! qui demande plus aperte Venjanche que la descouverte En plain marchié, en plaine foire, Piecha que sainte Eglise est certe K'aura cascuns lonc sa deserte ? Li miracles moustre la gloire Où cil est venus par victoire, Et ce méismes nos fait croire C'or est-il chéus en poverte Qui venus est à la mer boire En chartre ténébreuse et noire Où nus ne recuevre sa perte. XLVI Chil qui tans livres et tans mars Del avoir par le monde épars Tolut à destre et à senestre ; Qui les vendoises et les dars, Mulés, salmons, esturjons, bars Faisoit desor la table metre ; Ki tant mist en vestir et pestre Son cors vil et puant et flestre, K'il n'aloit onques sans mil chars ; Ki sougis à Dieu ne volt estre : Or a le fu d'enfer à mestre ; Mal est caufés qui tous est ars. XLVII Se cil qui les gregnors biens ont En cest siecle, et les grans max font S'en alassent si sans juise, Et passassent si quite au pont Con cil qui par mesaise i vont A l'eise que Dex a promise : Donc déist l'en en plaine église Qu'en Dieu n'éust point de justise; Mais ce n'iert pas : anchois auront Li gros poisson à leur assise Ri or menguent le menuise, Ne de nului jugié ne sont. XLVIII Tuit atendons conmunalment Primes mort, et puis jugement; Contre ces deux a deux confort, C'est repentir hastivement, Espurgier soi parfaitement De quanque li cuers se remort. Ki ce ne fait devant le mort, A tart se plaindra et à tort, Quant Dex en prendra vengement. Ains c'on mueve le nef du port, La doit-on joindre si très fort C'on voist par mer séurement. XLIX Ha Dex ! porqoi est desirrée Joie charnex envenimée Qu'issi corront nostre nature Qui or a si corte durée? Après est si chier comperée, Moult est male ceste painture Qui fait l'ame acroire à usure Amertume qui tos jors dure, Por douçor qui lués est alée. Fui, lecherie; fui, luxure: Je n'ai de si kier morsel cure, J'aim miex mes pois et ma porée. Icist finent les vers Bouchart Dict de Marly, que Dieu gart De celui feu qui tout jor art, Einz le preingne à le sue part. AMEN, AMEN. FIAT, FIAT. *** Mors, où tout somes en atente Que te nos requires ta rente, Bien nos as fors loiié le poinct. Tu prens celui en sa jouvente, A vingt-huit ans ou à trente, Qui cuide estre en son millor point; Com plus s'acesme et plus se joint, Tost l'as de ton aigullon point Qui plus entosque que tarente : Por c'est drois que cascuns ressoint; Car qui delis du siècle voint, Moult pert de lui l'ame dolente.

Cette stance est la xxv dans le manuscrit du XIIIe siècle, ancien fonds du Roi, n° 7534, d'où elle est tirée. Le titre, le latin qui se lit à la suite des quatre premières stances, et les quatre derniers vers où l'auteur est nommé, manquent dans ce manuscrit.


			***

	Edition 1835 - Dominique Méon

	


Retour au sommaire