Rutebeuf


La griesche d'yver Contre le temps qu'arbre desfueille, Qu'il ne remaint en branche fueille Que n'aut a terre, Por povreté qui moi aterre, Qui de toutes pars me muet guerre, Contre l'yver, Dont molt me sont changié li ver, Mon dit commence trop diver De povre estoire. Povre sens et povre memoire M'a Dieu doné, li rois de gloire, Et povre rente, Et droit au cul, quand bise vente. Li vent me vient, li vent m'esvante, Et trop souvent Plusors foïes sent le vent. Bien le m'ot griesche en covent Quanques me livre Bien me paie, bien me delivre ; Contre le sou me rent la livre : De grant poverte. Povreté est sor moi reverte : Toz jors m'en est la porte ouverte, Toz jors i sui, Ne nule foiz ne m'en eschui ; Par pluie muoil, par chaud essui. Ci a riche home, Ja ne dorm que le premier some. De mon avoir ne sai la some Qu'il n'i a point. Dieu me fait le tems si a point, Noire mousche en esté me point, En yver blanche. Issi sui com l'osiere franche Ou com li oisiaus sur la branche : En esté chante, En yver pleur et me gaimante, Et me desfueil ausi com l'ente Au premier giel. En moi n'a ne venin ne fiel ; Il ne me remaint rien souz le ciel : Tout va sa voie. Li envial que j'envioie Mont avoié quanques j'avoie Et forvoié, Et fors de voie desvoié. Fols enviaus ai envoié ; Or m'en souvient, Or voi je bien, tout va, tout vient ; Tout venir, tout aler covient Fors que, bien fait. Li dé que li detier ont fait M'ont de ma robe tout desfait ; Li dé m'ocient ; Li dé m'aguetent et espient, Li dé m'asaillent et desfient, Ce poise moi : Je n'en puis mais se je m'esmai. Ne voi venir avril ne may, Vez ci la glace. Or sui entréz en male trace. Li trahitor de pute estrace M'ont mis sanz robe. Lisiecles est si plains de lobe ! Qui auques a, si fait le gobe ; Et je que fais, Qui de povreté sent le faix ? Griesche ne me lest en paix, Molt me desroie, Molt m'assault et molt me guerroie. Jamais de cest mal ne garroie, Par tel marchié. Trop ai en mauvais lieu marchié. Li dé m'ont pris en emparchié ; Je les claim quite. Fols est qu'a lor coseil habite : De sa dete pas ne s'aquite, Ainçois s'encombre ; De jor en jor acroit le nombre. En esté ne quiert il pas l'ombre Ne froide chambre, Que nu li sont sovent li membre ; Du duel son voisin ne li membre ; Mais le sien pleure ; Griesche li a couru seure, Desnué l'a en petit d'heure, Et nul ne l'aime ; Cil qui devant cousin le claime Li dist en riant : " Ci faut traime Par lecherie. Foi que tu dois Sainte Marie, Quar va ore en la draperie Du drap acroire. Si li drapiers ne t'en veut croire, Si t'en reva droit a la foire Et va au change. Se tu jures Saint Michiel l'ange Que tu n'as sur toi lin ne lange Ou ait argent, L'en te verra molt beau sergent. Bien t'apercevront la gent, Creüs seras : Quant d'ilueques remouveras. Argent ou faille emporteras. " Or a sa paie ; Ainsi vers moi chacun s'apaie ; Je n'en puis mais. Explicit. Retour au sommaire
La Griesche d’este En recordant ma grant folie Qui n'est ne gente ne jolie, Ainz est vilainne Et vilains cil qui la demainne, Me plaing .VII. jors en la semainne Et par raison. Si esbahiz ne fut mais hom, Qu'en yver toute la saison Ai si ouvrei Et en ouvrant moi aouvrei Qu'en ouvrant n'ai riens recouvrei Dont je me cuevre. Ci at fol ovrier et fole euvre Qui par ouvreir riens ne recuevre: Tout torne a perte, Et la griesche est si aperte Qu'"eschac" dist "a la descouverte" A son ouvrier, Dont puis n'i at nul recouvrier. Juignet li fait sembleir fevrier: La dent dit: "Quac", Et la griesche dit: "Eschac". Qui plus en set s'afuble .I. sac De la griesche. De Griece vint si griez eesche. Or est ja Borgoigne briesche, Tant at venu De la gent qu'ele at retenu; Sont tuit cil de sa route nu Et tuit deschauz, Et par les froiz et par les chauz. Nes ces plus maitres seneschaus N'at robe entiere. La griesche est de tel meniere Qu'ele wet avoir gent legiere En son servise: Une hore en cote, autre en chemise. Teil gent ainme com je devise, Trop het riche home: S'au poinz le tient, ele l'asoume En court terme seit bien la soume De son avoir: Ploreir li fait son nonsavoir. Souvent li fait gruel avoir, Qui qu'ait avoinne. Tremblei m'en a la maitre woinne. Or vos dirai de lor couvainne: G'en sai asseiz; Sovent an ai estei lasseiz. Mei mars que li froiz est passeiz, Notent et chantent. Li un et li autre se vantent Que, se dui dei ne les enchantent, Il auront robe. Esperance les sert de lobe, Et la griesche les desrobe: La bourse est wide, Li gieux fait ce que hon ne cuide: Qui que teisse, chascuns deswide. Lor pencers chiet. Nul bel eschac ne lor eschiet; N'en pueent mais qu'il lor meschiet, Ainz lor en poize. Qui qu'ait l'argent, Dieux at la noize. Aillors couvient lor pencers voise, Car .II. tournois, Trois parisis, .V. viannois Ne pueent pas faire .I. borjois D'un nu despris. Je ne di pas que jes despris, Ainz di qu'autres conseus est pris De cel argent. Ne s'en vont pas longue chargent: Por ce que li argens art gent, N'en ont que faire, Ainz entendent a autre afaire: A[u] tavernier font dou vin traire. Lors entre boule; Ne boivent pas, chacuns le coule, Tant en antonnent par la goule Ne lor souvient Se robe acheteir lor couvient. Riche sont, mais ne sai dont vient Lor granz richesce. Chacuns n'a rien quant il se dresce, Au paier sont plain de peresce. Lor faut la feste, Lors remaignent chansons de geste, Si s'en vont nu comme une beste Quant il s'esmuevent. A l'endemain povre se truevent; Li dui dei povrement se pruevent. Or faut quaresmes, Qui lor a estei durs et pesmes: De poisson autant com de cresme I ont eü. Tout ont joei, tot ont beü Li uns at l'autre deceü, Dit Rutebués Por lor tabar qui n'est pas nués, Qui tot est venduz en .II. wes. C'il ont que metre, Lors les verriez entremetre De deiz panrre et de [deiz] jus metre. Et avris entre, Et il n'ont riens defors le ventre. Lors sunt il vite et prunte et entre, Eiz vos la joie! N'i a si nu qui ne s'esjoie, Plus sunt seigneur que raz en moie Tout cel estei Trop ont en grant froidure estei; Or lor at Dieux un tenz prestei Ou il fait chaut, Et d'autre choze ne lor chaut: Tuit apris sunt d'aleir deschauz. Explicit Retour au sommaire
Le dit des ribaux de grève Ribaut, or estes vos a point: Li aubre despoillent lor branches Et vos n'aveiz de robe point, Si en aureiz froit a voz hanches. Queil vos fussent or li porpoint Et li seurquot forrei a manches! Vos aleiz en été si joint, Et en yver aleiz si cranche! Vostre soleir n'ont mestier d'oint: Vos faites de vos talons planches. Les noires mouches vos ont point, Or vos repoinderont les blanches. Explicit. Retour au sommaire
Le mariage Rutebeuf En l'an de l'Incarnacion, Mil deux cens, à m'entencion En l'an soissante, .VIII. jors aprés la nacion Celui qui soffri passion, Qu'abres ne fuelle, oizel ne chante, Fis je toute la riens dolante Qui de cuer m'aimme. Nez li muzars musart me claimme. Or puis fileir, qu'il me faut traimme: Mout ai a faire. Diex ne fist cuer tant deputaire, Tant li aie fait de contraire Ne de martyre, C'il en mon martyre ce mire, Qu'il ne doie de boen cuer dire: "Je te clain quite". Envoier .I. home en Egypte, Ceste doleur est plus petite Que n'est la moie. Je n'en puis mais se je m'esmoie. L'an dit que fox qui ne foloie Pert sa saison: Que je n'ai borde ne maison, Suis je mariez sans raison? Ancor plus fort: Por doneir plus de reconfort A cex qui me heent de mort, Teil fame ai prise Que nuns fors moi n'aimme ne prise, Et c'estoit povre et entreprise Quant je la pris, At ci mariage de pris, Qu'or sui povres et entrepris Aussi com ele! Et si n'est pas jone ne bele: Cinquante anz a en son escuele, C'est maigre et seche. N'ai mais paour qu'ele me treche! Despuis que fu neiz en la creche Diex de Marie, Ne fut mais tele espouzerie. Je sui droiz foux d'ancecerie: Bien pert a l'uevre. Or dirat on que mal ce cuevre Rutebuez qui rudement huevre: Hom dira voir, Quant je ne porrai robe avoir. A toz mes amis fais savoir Qu'ils ce confortent, Plus bel qu'il porront ce deportent (A cex qui ces noveles portent Ne doignent gaires!) Petit douz mais prevoz ne maires. Je cuit que Dex li debonaires M'aimme de loing: Bien l'ai veü a cest besoing. Lai sui ou le mail mest le coing: Diex m'i at mis. Or fais feste a mes anemis, Duel et corrouz a mes amis. Or dou voir dire! S'a Dieu ai fait corrouz et ire, De moi se puet joeir et rire, Que biau s'en venge. Or me covient froteir au lange. Je ne dout privei ne estrange Que il riens m'emble. N'ai pas buche de chesne encemble; Quant g'i suis, si a fou et tremble: N'est ce asseiz? Mes poz est briziez et quasseiz Et j'ai touz mes bons jors passeiz. Je qu'en diroie? Nes la destrucions de Troie Ne fu si granz com est la moie. Ancor i a: Foi que doi Ave Maria, S'onques nuns hons por mort pria, Si prist pour moi! Je n'en puis mais se je m'esmai. Avant que vaigne avriz ne mai Vanrra Quarenmes. De ce vos dirai ge mon esme: De poisson autant com de cresme Aura ma fame. Boen loisir a de sauver s'ame: Or geünt por la douce Dame, Qu'ele at loizir, Et voit de haute heure gezir, Qu'el n'avra pas tot son dezir, C'est sans doutance! Or soit plainne de grant soffrance, Que c'est la plus grant porveance Que je i voie. Par cel Seigneur qui tot avoie, Quant je la pris, petit avoie Et elle mains. Si ne sui pas ovriers de mains. Hom ne saura la ou je mains Por ma poverte. Ja ne sera ma porte overte, Car la maisons est trop deserte Et povre et gaste: Souvent n'i a ne pain ne paste. Ne me blameiz ce ne me haste D'aleir arriere, Que ja n'i aurai bele chiere, C'om n'a pas ma venue chiere Ce je n'aporte. C'est ce qui plus me desconforte Que je n'oz entreir en ma porte A wide main. Saveiz coumant je me demaing? L'esperance de l'andemain, Si sunt mes festes. Hom cuide que je fusse prestres, Que je fas plus segnier de testes (Ce n'est pas guile). Que ce ge chantasse Ewangile. Hon se seigne parmi la vile De mes merveilles. Hon les doit bien conteir au veilles, Qu'il n'i aura ja lor pareilles, Se n'est pas doute. Il pert bien que je ne vi goute. Diex n'a nul martyr en sa route Qui tant ait fait. C'il ont estei por Dieu deffait, Rosti, lapidei ou detrait, Je n'en dout mie, Car lor poinne fu tost fenie, Et ce duerra toute ma vie Sanz avoir aise. Or pri a Dieu que il li plaise Ceste doleur, ceste mesaise Et ceste enfance M'atourt a sainte penitance Si qu'avoir puisse s'acointance. Amen. Explicit. Retour au sommaire
La Complainte Rutebeuf Ne covient pas je vos raconte Coument je me sui mis a hunte, Quar bien aveiz oï le conte En queil meniere Je pris ma fame darreniere, Qui bele ne gente nen iere. Lors nasqui painne Qui dura plus d’une semainne, Qu’el coumensa en lune plainne. Or entendeiz, Vos qui rime me demandeiz, Coument je me sui amendeiz De fame panrre. Je n’ai qu’engagier ne que vendre, Que j’ai tant eü a entendre Et tant a faire, Et tant d’anui et de contraire, Car, qui le vos vauroit retraire, Il durroit trop. Diex m’a fait compaignon a Job: Il m’a tolu a un sol cop Quanque j’avoie. De l’ueil destre, dont miex veoie, Ne voi ge pas aleir la voie Ne moi conduire. Ci at doleur dolante et dure, Qu’endroit meidi m’est nuit oscure De celui eul. Or n’ai ge pas quanque je weil, Ainz sui dolanz et si me dueil Parfondement, C’or sui en grant afondement Ce par ceulz n’ai relevement Qui jusque ci M’ont secorru, la lor merci. Moult ai le cuer triste et marri De cest mehaing, Car je n’i voi pas mon gaaing. Or n’ai je pas quanque je aing: C’est mes damaiges. Ne sai ce s’a fait mes outrages. Or devanrrai sobres et sages Aprés le fait Et me garderai de forfait. Mais ce que vaut quant c’est ja fait? Tart sui meüz. A tart me sui aparceüz Quant je sui en mes laz cheüz Ce premier an. Me gart cil Diex en mon droit san Qui por nous ot poinne et ahan, Et me gart l’arme ! Or a d’enfant geü ma fame; Mes chevaux ot brizié la jambe A une lice; Or wet de l’argent ma norrice, Qui m’en destraint et m’en pelice Por l’enfant paistre, Ou il revanrra braire en l’aitre. Cil sire Diex qui le fit naitre Li doint chevance Et li envoit sa soutenance, Et me doint ancor alijance Qu’aidier li puisse, Et que miex son vivre li truisse, Et que miex mon hosteil conduisse Que je ne fais. Ce je m’esmai, je n’en puis mais, Car je n’ai douzainne ne fais, En ma maison, De buche por ceste saison. Si esbahiz ne fu nunz hom Com je sui voir, C’onques ne fui a mainz d’avoir. Mes hostes wet l’argent avoir De son hosteil, Et j’en ai presque tout ostei, Et si me sunt nu li costei Contre l’iver, Dont mout me sunt changié li ver (Cist mot me sunt dur et diver) Envers antan. Par poi n’afoul quant g’i enten. Ne m’estuet pas tenneir en ten; Car le resvuoil Me tenne asseiz quant je m’esvuoil; Si ne sai, se je dor ou voil Ou se je pens, Queil part je panrrai mon despens De quoi passeir puisse cest tens: Teil siecle ai gié. Mei gage sunt tuit engaigié Et d’enchiez moi desmenagiei, Car g’ai geü Trois mois, que nelui n’ai veü. Ma fame ra enfant eü, C’un mois entier Me ra geü sor le chantier. Ge [me] gisoie endementier En l’autre lit, Ou j’avoie pou de delit. Onques mais moins ne m’abelit Gesirs que lors, Car j’en sui de mon avoir fors Et s’en sui mehaigniez dou cors Jusqu’au fenir. Li mal ne seivent seul venir; Tout ce m’estoit a avenir, C’est avenu. Que sunt mi ami devenu Que j’avoie si pres tenu Et tant amei? Je cuit qu’il sunt trop cleir semei ; Il ne furent pas bien femei, Si sunt failli. Iteil ami m’ont mal bailli, C’onques, tant com Diex m’assailli E[n] maint costei, N’en vi .I. soul en mon ostei. Je cui li vens les m’at ostei, L’amours est morte: Se sont ami que vens enporte, Et il ventoit devant ma porte, Ces enporta, C’onques nuns ne m’en conforta Ne tiens dou sien ne m’aporta. Ice m’aprent Qui auques at, privei le prent; Et cil trop a tart ce repent Qui trop a mis De son avoir a faire amis, Qu’il nes trueve entiers ne demis A lui secorre. Or lairai donc Fortune corre, Si atendrai a moi rescorre, Se jou puis faire. Vers les bone gent m’estuet traire Qui sunt preudome et debonaire Et m’on norri. Mi autre ami sunt tuit porri: Je les envoi a maitre Horri Et cest li lais, C’on en doit bien faire son lais Et teil gent laissier en relais Sens reclameir, Qu’il n’a en eux riens a ameir Que l’en doie a amor clameir. [Or prie Celui Qui trois parties fist de lui, Qui refuser ne set nului Qui le reclaime, Qui l’aeure et seignor le claime, Et qui cels tempte que il aime, Qu’il m’a tempté, Que il me doint bone santé, Que je face sa volenté] Mais cens desroi. Monseigneur qui est fiz de roi Mon dit et ma complainte envoi, Qu’il m’est mestiers, Qu’il m’a aidé mout volentiers: C’est li boens cuens de Poitiers Et de Toulouze. Il saurat bien que cil golouze Qui si faitement se dolouze. Explicit. Retour au sommaire
La pauvreté Rutebeuf I Je ne sai par ou je coumance, Tant ai de matyere abondance Por parleir de ma povretei. Por Dieu vos pri, frans rois de France, Que me doneiz queilque chevance, Si fereiz trop grant charitei. J'ai vescu de l'autrui chatei Que hon m'a creü et prestei: Or me faut chacuns de creance, C'om me seit povre et endetei. Vos raveiz hors dou reigne estei, Ou toute avoie m'atendance. II Entre chier tens et ma mainie, Qui n'est malade ne fainie, Ne m'ont laissié deniers ne gages. Gent truis d'escondire arainie Et de doneir mal enseignie: Dou sien gardeir est chacuns sages. Mors me ra fait de granz damages; Et vos, boens rois, en deus voiages M'aveiz bone gent esloignie, Et li lontainz pelerinages De Tunes, qui est leuz sauvages, Et la male gent renoïe. III Granz rois, c'il avient qu'a vos faille, A touz ai ge failli sans faille. Vivres me faut et est failliz; Nuns ne me tent, nuns ne me baille. Je touz de froit, de fain baaille, Dont je suis mors et maubailliz. Je suis sanz coutes et sanz liz, N'a si povre juqu'a Sanliz. Sire, si ne sai quel part aille. Mes costeiz connoit le pailliz, Et liz de paille n'est pas liz, Et en mon lit n'a fors la paille. IV Sire, je vos fais a savoir, Je n'ai de quoi do pain avoir. A Paris sui entre touz biens, Et si n'i a nul qui soit miens. Pou i voi et si i preig pou; Il m'i souvient plus de saint Pou Qu'il ne fait de nul autre apotre. Bien sai Pater, ne sai qu'est notre, Que li chiers tenz m'a tot ostei, Qu'il m'a si vuidié mon hostei Que li credo m'est deveeiz, Et je n'ai plus que vos veeiz. Explicit. Retour au sommaire
La prière de Rutebeuf I Mon boen ami, Dieus le mainteingne! Mais raisons me montre et enseingne Qu'a Dieu fasse une teil priere: C'il est moiens, que Dieus l'i tiengne! Que, puis qu'en seignorie veingne, G'i per honeur et biele chiere. Moiens est de bele meniere Et s'amors est ferme et entiere, Et ceit bon grei qui le compeingne; Car com plus basse est la lumiere, Mieus voit hon avant et arriere, Et com plus hauce, plus esloigne. II Quant li moiens devient granz sires, Lors vient flaters et nait mesdires: Qui plus en seit, plus a sa grace. Lors est perduz joers et rires, Ces roiaumes devient empires Et tuient ensuient une trace. Li povre ami est en espace; C'il vient a cort, chacuns l'en chace Par groz moz ou par vitupires. Li flateres de pute estrace Fait cui il vuet vuidier la place: C'il vuet, li mieudres est li pires. III Riches hom qui flateour croit Fait de legier plus tort que droit, Et de legier faut a droiture Quant de legier croit et mescroit: Fos est qui sor s'amour acroit, Et sages qui entour li dure. Jamais jor ne metrai ma cure En faire raison ne mesure, Ce n'est por Celui qui tot voit, Car s'amours est ferme et seüre; Sages est qu'en li s'aseüre: Tui li autre sunt d'un endroit. IV J'avoie un boen ami en France, Or l'ai perdu par mescheance. De totes pars Dieus me guerroie, De totes pars pers je chevance: Dieus le m'atort a penitance Que par tanz cuit que pou i voie! De sa veüe rait il joie Ausi grant com je de la moie Qui m'a meü teil mesestance! Mais bien le sache et si le croie: J'avrai asseiz ou que je soie, Qui qu'en ait anui et pezance. Explicit. Retour au sommaire
La repentance Rutebeuf I Laissier m'estuet le rimoier, Car je me doi moult esmaier Quant tenu l'ai si longuement. Bien me doit li cuers larmoier, C'onques ne me soi amoier A Deu servir parfaitement, Ainz ai mis mon entendement En geu et en esbatement, C'onques n'i dignai saumoier. Ce pour moi n'est au Jugement Cele ou Deux prist aombrement, Mau marchié pris a paumoier. II Tart serai mais au repentir, Las moi, c'onques ne sot sentir Mes soz cuers que c'est repentance N'a bien faire lui assentir. Coment oserai je tantir Quant nes li juste auront doutance? J'ai touz jors engraissié ma pance D'autrui chateil, d'autrui sustance: Ci a boen clerc, a miex mentir! Se je di: "C'est par ignorance, Que je ne sai qu'est penitance". Ce ne me puet pas garentir. III Garentir? Diex! En queil meniere? Ne me fist Diex bontés entiere Qui me dona sen et savoir Et me fist en sa fourme chiere? Ancor me fist bontés plus chiere, Qui por moi vout mort resovoir. Sens me dona de decevoir L'Anemi qui me vuet avoir Et mettre en sa chartre premiere, Lai dont nuns ne se peut ravoir Por priere ne por avoir: N'en voi nul qui revaigne arriere. IV J'ai fait au cors sa volentei, J'ai fait rimes et s'ai chantei Sus les uns por aux autres plaire, Dont Anemis m'a enchantei Et m'arme mise en orfentei Por meneir au felon repaire. Ce Cele en cui toz biens resclaire Ne prent en cure m'enfertei, De male rente m'a rentei Mes cuers ou tant truis de contraire. Fusicien n'apoticaire Ne m'en pueent doneir santei. V Je sai une fisicienne Que a Lions ne a Vienne Non tant com touz li siecles dure N'a si bone serurgienne. N'est plaie, tant soit ancienne, Qu'ele ne nestoie et escure, Puis qu'ele i vuelle metre cure. Ele espurja de vie oscure La beneoite Egyptienne: A Dieu la rendi nete et pure. Si com est voirs, si praigne en cure Ma lasse d'arme crestienne. VI Puisque morir voi feble et fort, Coument pantrai en moi confort, Que de mort me puisse deffendre? N'en voi nul, tant ait grant effort, Que des piez n'ost le contrefort, Si fait le cors a terre estendre. Que puis je fors la mort atendre? La mort ne lait ne dur ne tendre Por avoir que om li aport. Et quant li cors est mis en cendre, Si couvient l'arme raison rendre De quanqu'om fist jusqu'a la mort. VII Or ai tant fait que ne puis mais, Si me covient tenir en pais. Diex doint que ce ne soit trop tart! J'ai touz jors acreü mon fait, Et j'oi dire a clers et a lais: "Com plus couve li feux, plus art." Je cuidai engignier Renart: Or n'i vallent enging ne art, Qu'asseür [est] en son palais. Por cest siecle qui se depart Me couvient partir d'autre part. Qui que l'envie, je le las. Explicit Retour au sommaire
Le dit de Brichemer I Rimer m'estuet de Brichemer Qui de moi se joe a la briche. Endroit de moi jou doi ameir, Je nou truis a eschars ne chiche; N'a si large jusqu'outre mer, Car de promesses m'a fait riche: Au fromant qu'il fera semeir Me fera ancouan flamiche. II Brichemers est de bel afaire, N'est pas .I. hom plainz de desroi: Douz et cortois et debonaire Le trueve hon, et de grant aroi. Je n'en puis fors promesse traire, Je n'i voi mais autre conroi: Auteil atente m'estuet faire Com li Breton font de lor roi. III Ha! Brichemers, biau tres dolz sire, Paié m'aveiz cortoizement, Que votre borce n'en empire, Ce voit chacuns apertement. Un pou de choze vos wel dire Qui n'est pas de grant coustement: Ma promesse faites escrire, Si soit en vostre testament. Explicit. Retour au sommaire